Samedi 17 avril 2021
Édition Internationale
Édition Internationale

Ecriture inclusive : évolution de la langue ou aberration ?

Par Damien Bouhours | Publié le 24/03/2021 à 18:00 | Mis à jour le 25/03/2021 à 18:59
écriture inclusive

Alors que la francophonie est célébrée en ce mois de mars, la question de l’écriture inclusive refait surface. « Indigeste », « illisible », voire « péril mortel » pour certains, cette écriture est le meilleur moyen de combattre les stéréotypes de sexe pour d’autres. Faut-il féminiser la langue française et si oui à quel point ?

« Vous n’avez pas pu résister à l’écriture inclusive. Quel intérêt de saboter la langue française ?Impossible de lire un article jusqu’au bout. Je ne comprends pas cette obsession pour des choses qui sont tout, sauf de vrais combats », nous expliquait une lectrice après la publication de l’article : Vous êtes fatigué.e ? La faute à la pandémie !. Ce message mécontent n’est pas isolé. Nous en recevons des dizaines à chaque utilisation de ce qui pourrait s’apparenter à un point médian. En ce mois de la francophonie, nous avons voulu savoir pourquoi l’écriture inclusive divise-t-elle autant ?

Qu’est-ce que l’écriture inclusive ?

L’écriture inclusive est avant tout une manière de comprendre les stéréotypes de sexe et combattre les inégalités femmes-hommes inhérents à la langue. Pour de nombreux historiens et grammairiens, le français d'il y a 400 ans était d'ailleurs beaucoup plus inclusif. L’historien du langage, Bernard Cerquiglini, évoque ainsi une « vague de masculinisation » du français au 17e et 18e siècle. Le Conseil de l’Europe a adopté, en 2008, une recommandation visant « l’élimination du sexisme dans le langage et la promotion d’un langage reflétant le principe d’égalité entre les femmes et les hommes», qui avait ensuite été reprise et complétée dès 2015 par le Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes dans un guide qui fait référence.

Le débat d'une langue moins sexiste ne concerne pas que le français. Le suédois a ainsi inclus "hen" un pronom non-genré, de plus en plus utilisé. L’allemand innove avec le *innen au pluriel. L'astérisque remplace le point médian pour l'italien inclusif. Les mots peuvent se terminer en a/o en espagnol.

 

écriture inclusive

 

Quelles sont les recommandations principales de l’écriture inclusive ?

  • Accorder les noms de métiers, titres, grades et fonctions : Ce n’est qu’à partir du 17e siècle que les règles de masculinisation sont entrées en vigueur pour les métiers et les fonctions. Le guide préconise l’utilisation de noms féminisés comme « cheffe », « autrice/auteure » ou encore « pompière ».

 

  • User du féminin et du masculin dans les messages adressés à tous et toutes : Dans la langue française, le masculin l’emporte quand on évoque un groupe de personnes. L’utilisation du point médian permet d’exprimer le masculin et le féminin. On pourrait ainsi écrire : « les électeur.rices », « les sénateur.rice.s » ou « les enseignant.e.s ». L’usage du point médian, considéré par beaucoup comme illisible, peut être évité en utilisant des termes neutres comme « les élèves » ou en énumérant les termes masculin et féminin : « les électeurs et électrices » ou « les lycéennes et les lycéens». Le guide conseille dans ce cas de classer par ordre alphabétique pour ne pas avoir toujours le masculin en premier, ou le féminin par galanterie.

 

  • Accorder l’adjectif avec le sujet le plus proche : Les promoteurs de l’écriture inclusive recommandent de ne pas systématiquement accorder au masculin avec le pluriel mais de privilégier l’accord de proximité. On écrira donc « les électeurs et électrices sont divisées » ou « les Français et les Françaises sont heureuses ». Comme le rappelle le Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe : « l’usage du masculin n’est pas perçu de manière neutre en dépit du fait que ce soit son intention ».

 

  • Eliminer les formulations sexistes : L’écriture inclusive veut avant tout combattre les stéréotypes sexistes et les formulations occultant le féminin. Les expressions « chef de famille » ou « mademoiselle » sont alors bannis, de même pour « droits de l’Homme » qui devient « droits humains », ou « journée de la femme » qui se transforme en « journée du droit des femmes ».

 

La langue française se trouve désormais en péril mortel

Qui veut la peau de l’écriture inclusive ?

L’écriture inclusive ne date pas d’hier mais fait l’objet d’une levée de boucliers en France depuis 2017 et la publication d’un manuel d’histoire-géographie des éditions Hatier incluant une féminisation des métiers et l’utilisation du point médian. Le Premier ministre de l’époque, Edouard Philippe, avait alors «  invité » les membres du gouvernement  « en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française, à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive ».

Jugée illisible et trop politisée, l’écriture inclusive fait débat sur la toile mais également sur les bancs de l’Assemblée nationale. Une proposition de loi a été déposée le 23 février dernier par 60 députés Les Républicains et La République en marche pour interdire son usage dans les documents administratifs. L’Académie française, bien qu’elle soit favorable à une féminisation des noms de métiers, a mis en garde en 2017 contre l’écriture inclusive : « devant cette aberration « inclusive », la langue française se trouve désormais en péril mortel, ce dont notre nation est dès aujourd’hui comptable devant les générations futures ».

Eugénie Pettigrew-Leydier, orthopédagogue, et lauréate du Prix du public des Trophées des Français de l’étranger 2021, souligne que l’apprentissage du français est également compliqué par l’utilisation de l’écriture inclusive : « l’écriture inclusive engendre des obstacles dans l'utilisation et l'apprentissage du langage écrit, particulièrement dans le cas des élèves qui ont une dyslexie par exemple, où la lecture n'est pas automatisée. » La fondatrice d’AIDEOR, soutien en ligne pour les élèves français à l’étranger, ajoute : « lorsqu'on dit ''écriture inclusive'', on entend ''retrouver un tronc commun et ajouter l'accord du genre''. C'est une gymnastique mentale et un cout cognitif important à investir pour un élève qui a déjà des difficultés avec la lecture et/ou l’écriture. »

 

Les réticences se cristallisent aujourd'hui sur le point médian

Un point final sur le point médian ?

Raphaël Haddad, directeur associé de l'agence de communication Mots-Clés et auteur du Manuel d'écriture inclusive, nous a témoigné que l’écriture inclusive était « un levier pour faire progresser l'égalité femmes-hommes en changeant nos manières d’écrire ». « Nous en constatons désormais les effets au sein des collectivités et des entreprises que nous accompagnons sur cet enjeu », a-t-il ajouté. Selon lui, « les réticences se cristallisent aujourd'hui sur le point médian », qui n’est pourtant pas obligatoire dans l’utilisation de l’écriture inclusive. « Nous préconisons un usage raisonné de ce point. En limiter l'usage aux mots très proches dans les formes féminines et masculines : "salarié·e" fonctionne, mais pas "agriculteur·rice" ni "joyeux·euse" ! », nous a-t-il confié. Le formateur ajoute : « Dans les faits, ce point est une abréviation. De la même manière que "Madame" peut s'écrire "Mme" et "Monsieur" "M.", "citoyennes et citoyens" peut s'écrire "citoyen·nes" par convention d'écriture. Et cela s'oraliser de manière dépliée  "citoyennes et citoyens". Ainsi précisé, on comprend bien que le point milieu n'est pas si difficile ; en tout cas pas davantage que l'accord des verbes pronominaux placés après le COD que l'on enseigne en 5ème, ou l'imparfait du subjonctif rencontré en 3ème. »

En ce mois de la francophonie, le débat autour de l’écriture inclusive prouve bien une chose : l’évolution de la langue française attise les passions. Une manière de prouver, si besoin était, que la 5e langue mondiale est loin d’être morte.

Que pensez-vous de l'écriture inclusive ?

Choices

Nous vous recommandons

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
9 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

virgo34 sam 27/03/2021 - 16:29

L'écriture inclusive est une action de communication provoquée par des incultes. Si on avait quelques notions de langue, on ne s'aventurerait pas dans une telle aventure. En plus, les élèves et même beaucoup d'adultes ont déjà des difficultés avec notre langue... Pourquoi en rajouter ? Une langue évolue par l'oral et non pas par l'écrit, surtout celui que des incultes veulent imposer sous un prétexte fallacieux. Ce n'est pas par l'écriture qu'on donnera à la femme la place qu'elle mérite dans la société.

Répondre
Commentaire avatar

Rippert sam 27/03/2021 - 09:10

Le sondage ne distingue pas le cas spécial du point médian alors que vous dites que c'est lui qui cristallise l'opposition à l'écriture inclusive ? Personnellement c'est uniquement le point médian qui me dérange car il bafoue la grammaire et rend notre langue plus humano-centree puisqu'il n'est pas question de l'appliquer aux choses inanimées. Sans compter qu'à l'heure de l'IA, il rendrait le français moins adapté aux nouveaux outils, lui faisant encore perdre du terrain.

Répondre
Commentaire avatar

Armand CHANEL ven 26/03/2021 - 18:04

Merci pour cet article qui montre que l'écriture inclusive n'est pas forcément un tout à prendre ou rejeter en bloc ! Je suis bien sûr pour la féminisation des noms de professions et l'intérêt de trouver des formules inclusives (comme les Droits Humains)! Mais résolument contre le point médian qui complique inutilement la lecture : DeGaulle disait "Françaises et Français" et tout le monde pouvait lire cela sans problèmes ! Sinon, comment un étranger ou un enfant va t il pouvoir lire : Francai-s-ses ??

Répondre
Commentaire avatar

Pat ven 26/03/2021 - 09:56

On ferait mieux de s'attaquer réellement au problème de la violence contre les femmes, l'égalité salariale, etc plutôt que nous emmerder avec cette écriture qui va compliquer la vie à beaucoup et qui va coûter un poignon de dingue. Par ailleurs l'imposer à l'écrit puis rant qu'on y est Pourquoi ne pas l'imposer à l'oral aussi. Tant qu'à faire iech le monde autant aller à fond.

Répondre
Commentaire avatar

Lolei ven 26/03/2021 - 03:37

N'oublions pas que notre langue est latine, or le latin employait le masculin , le féminin, et le neutre, donc sans e. Ne peut on pas retenir ce neutre propre à satisfaire les femmes , les hommes et les trans, et donc finalement 100 % de notre population.

Répondre
Voir plus de réactions

Société

Lisbonne Appercu
BIEN-ÊTRE

Le bien-être apporté par le Feng Shui

Il est des gestes et des habitudes simples et à la portée de tous qui favorisent un bon Feng Shui toute l'année. Ainsi notre habitat deviendra un lieu de ressourcement sain.

Ma Vie d'Expat

Singapour Appercu
#MAVIEDEXPAT

Delphine Leon – d’apres nous D&B, des projets clés-en-main

Delphine Leon est arrivée à Singapour en 1998, avec un Diplômée de l’Ecole Camondo comme Architecte d’intérieur et design de produits d’environnement. Elle a pris l’avion avec un sac à dos, un billet

Voyage

Les astuces pour trouver un billet de train pas cher

Il est bien évidemment difficile de se projeter pour voyager, les règles à ce sujet changeant constamment. Cependant, qu’il s’agisse d’un retour à la maison pour voir la famille ou d’un projet de…