Conférence Dialogo: Le rôle de l'Espagne et de la France dans la défense européenne

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 05/10/2022 à 16:35 | Mis à jour le 05/10/2022 à 18:06
Photo : général Jérôme Pellistrandi, la journaliste Pilar Requena, Soraya Sáenz de Santa María, général Francisco José Dacoba, colonel Ronan de Cadoudal, Pere Kirchner, de Cuatrecasas
photo de famille des personnes qui ont participé à la conférence

Face à l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes et aux changements géostratégiques soulignés à Madrid lors du sommet historique de l'OTAN, quel est le rôle de l'Espagne et la France et où en est leur collaboration?

 

 

Ces questions, et bien d'autres, ont été passées en revue lors d'un débat passionnant organisé para l'association Dialogo qui a réuni le général Jérôme Pellistrandi, rédacteur en chef du magazine Défense Nationale et le général espagnol Francisco José Dacoba, directeur général de l'Institut espagnol d'études stratégiques. L'ancienne vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Sáenz de Santa María, aujourd'hui associée de Cuatrecasas, était également présente.

Guerre en Ukraine: il n'y a que deux issues, l'une est mauvaise et l'autre est pire

Un avant et un après 24 février

Comme l'a avancé Jérôme Pellistrandi, "tout le monde se souvient de l'endroit où il se trouvait le 11 septembre 2001. Mais pas du 24 février… Or, l'invasion de l'Ukraine par la Russie est beaucoup plus grave. Nous ne savons pas où nous allons", et il n'y a que deux issues, selon Francisco José Dacoba: "l'une est mauvaise et l'autre est pire"…

 

En outre, le général espagnol a renchéri en affirmant que "l'invasion a porté un coup terrible à l'échiquier géostratégique de l'Europe", et que la guerre en Ukraine n'avait pas commencé le 24 février, mais il y a huit ans. Dacoba a averti que "l'arbre de l'Ukraine ne doit pas nous empêcher de voir la forêt de la mondialisation. Au final, les acteurs sont les mêmes. Il y a un an à peine, nous aurions parlé exclusivement de l'Afghanistan".

L'Espagne et la France partage plusieurs menaces, telles que le terrorisme, le crime organisé, le trafic de drogue, d'armes, d'êtres humains, etc. 

Les temps ont donc bien changé et, comme l'a souligné Soraya Sáenz de Santa María, "si vous m'aviez dit il y a des années que nous allions augmenter le budget de la défense, je ne l'aurais jamais cru!" Mais, face à la situation actuelle et aux menaces, c'est devenu une priorité pour diverses raisons.

 

soraya Saenz de santamaria
L'ancienne vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Sáenz de Santa María, aujourd'hui associée de Cuatrecasas, était également présente.

 

Pourquoi une défense?

Jérôme Pellistrandi le résume parfaitement: "Nous voulons défendre nos libertés et notre démocratie, et les jeunes doivent comprendre cela. Ce n'est pas seulement une défense militaire, nous l'avons vu pendant la pandémie, il y a aussi les cyber-attaques, par exemple, et c'est un problème pour tout le monde".

Si vous m'aviez dit il y a des années que nous allions augmenter le budget de la défense, je ne l'aurais jamais cru!

La réponse n'est pas seulement militaire

De son côté, Francisco José Dacoba explique également que le concept de défense a évolué et que la défense d'un pays est aujourd'hui loin d'être seulement militaire. "Quand j'étais enfant -se souvient-il-, je regardais un programme sur l'armée à la télévision qui s'appelait 'Par terre, mer et air'. Maintenant on devrait l'appeler 'Par terre, mer, air, espace, cyberespace, etcetera'!".

 

On l'a donc bien compris. Les menaces ne sont donc plus seulement militaires. Preuve en est, le document sur lequel ont travaillé les délégations lors du dernier sommet de l'OTAN à Madrid. Sur les 17 risques recensés du document, un seul est réellement militaire. D'ailleurs, le document est passé de "Livre blanc de la défense", qui dépendait du ministère de la Défense, à celle de "Stratégie de sécurité", sous l'autorité de la présidence du gouvernement.

L'arbre de l'Ukraine ne doit pas nous empêcher de voir la forêt de la mondialisation

Autonomie stratégique européenne

En 2019, Emmanuel Macron avait alors déclaré que l'OTAN était en état de mort cérébrale. La pandémie a montré la vulnérabilité de l'Europe et la nécessité d'être plus autonome, et ce, avant même l'invasion de l'Ukraine qui a modifié encore l'échiquier géostratégique en Europe, les perspectives et les priorités. L'OTAN a ainsi repris du poil de la bête et le sommet de Madrid a été historique à plusieurs points de vue. Chaque pays revoit également son budget militaire national. Ainsi, en France, le budget de défense va augmenter pour atteindre 44 milliards en 2023, l'objectif étant d'arriver à 52 milliards en 2025. Quant à l'Espagne, elle va l'accroitre de 25% en 2023, du jamais vu.

Le danger vient du sud

Quant aux relations France-Espagne, les deux voisins sont les pays qui ont le plus de projets en commun en matière de défense dans l'UE. Les participants à la table ronde ont par ailleurs affirmé que les deux pays du Sud de l'Europe partagent la position de solidarité avec les pays de l'Est mais qu'ils demandent la même solidarité avec le flanc sud.

 

ronan de Cadoudal
L'attaché militaire de l'Ambassade de France en Espagne, le Colonel Ronan de Cadoudal, a souligné l'intense collaboration entre les deux pays

 

Pour l'attaché militaire de l'Ambassade de France en Espagne, le Colonel Ronan de Cadoudal, "il y a une dimension stratégique dans les relations entre la France et l'Espagne. Ce sont deux pays qui ont une vision très similaire, notamment pour le flanc méridional, et la stabilité dans cette région est fondamentale pour nous. Il y a de nombreux défis, tels que le terrorisme, le crime organisé, le trafic de drogue, d'armes, d'êtres humains, etc. Nous partageons ces menaces".

 

Pendant les six mois de la présidence française de l'UE, le colonel a également signalé que les deux pays en ont profité pour travailler sur un document visant à donner une importance particulière au flanc méridional et qu'il en sera de même lorsque l'Espagne occupera la présidence au dernier semestre de 2023.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale