Pas encore ouverte, Union School Paris a déjà forgé une vraie communauté

Par Laurent Colin | Publié le 19/05/2022 à 16:52 | Mis à jour le 20/05/2022 à 12:01
Photo : Union School Paris
Nouvelle école bilingue Union School Paris arbre cour de récré

Il y a six mois, nous avions déjà rencontré Barbara de Baudry d'Asson, la fondatrice d’Union School Paris, qui nous présentait en détail le projet de son école bilingue pour les deux à onze ans, dont l’ouverture se fera en septembre prochain. Aujourd’hui, la construction du bâtiment est quasiment achevée et l’équipe d’enseignants est au complet. Elle nous livre son enthousiasme et ne cache pas son impatience d’entendre les rires d’enfants animer la cour de récréation.

 

Bonjour Barbara, rappelez-nous tout d’abord les fondamentaux de votre école

Pour faire bref, c’est une nouvelle école bilingue qui voit le jour dans le 16e arrondissement de Paris, 27 rue de La Faisanderie. Nos élèves de la toute petite section au CM2 pratiqueront l’anglais 17h30 par semaine, en immersion avec des enseignants natifs. Les enfants passeront d’une langue à l’autre tout au long de la journée. Nous enseignerons le programme de l’Éducation nationale en allant bien au-delà de ses attentes et suivrons aussi le English curriculum.

 

Quelles sont les plus grosses avancées depuis notre dernier entretien ?

Sans hésiter, la construction du bâtiment. Il y a six mois, nous en étions aux fondations. Aujourd’hui menuisiers et peintres s’activent dans les salles de classe, le gymnase et la bibliothèque. Les architectes du cabinet REV Studio ont vraiment effectué un travail remarquable tant pour l’édifice lui-même, que pour le découpage et l’organisation des salles de classe, du gymnase, la réalisation des espaces extérieurs avec trois cours de récréation et un potager. Nos graphistes - PoliceStudio - s’occupent quant à eux de de toute la signalétique intérieure en phase avec notre image.

 

Les enfants vont donc avoir le plaisir d’entrer dans une école toute neuve…

Effectivement. À Union School Paris, tout sera neuf et pensé dans les moindres détails. Nous sommes d’ailleurs dans une logique participative puisque les futures maîtresses de nos classes de maternelle sont complètement associées à l’agencement et au choix du matériel. Une grande partie de notre mobilier est signé par Les Gambettes, créateur de produits qui associent design, ergonomie et confort. C’est un vrai travail d’équipe avec toute une réflexion menée en amont. Nous nous réunissons avec toute l’équipe enseignante une fois par mois à Paris autour d’un dîner pour échanger autour de différents projets. Cela crée un vrai lien et nous permettra d’aborder la rentrée en étant tout sauf des « étrangers ».

 

La nouvelle école bilingue Union School Paris ouvre ses portes avec des élèves heureux

 

Le recrutement de votre équipe éducative est donc achevé ?

Oui, tout le staff et les enseignants ont déjà été recrutés pour la rentrée. Nous avons d’ailleurs déjà commencé à partager certains profils sur nos réseaux sociaux. Le premier CV mis en ligne sur LinkedIn a fait quelque 2 000 vues en 24h. Cela prouve l’intérêt suscité par la naissance de notre école, mais fait aussi écho au parcours exceptionnel et inspirant d’Ellen qui chapeautera l’équipe des enseignants de maternelle. Ses trente années d’expérience lui ont déjà permis de vivre de nombreuses aventures éducatives. Elle a notamment dirigé une école bilingue à Singapour et enseigné à l’École européenne de Strasbourg, un fleuron de l’Éducation nationale à l’origine réservé aux familles dont les parents travaillaient au sein des institutions européennes. Ellen enseignera l’anglais pour les petites et les moyennes sections, avec son binôme plus jeune et une assistante. Elle est remarquable, et elle n’est pas la seule !

 

Peut-on mentionner d’autres profils ?

Nous pouvons aussi parler de Marie-Laurence Hagopian, en charge de la coordination des deux curriculums pour l’école. Originaire de Marseille, elle a étudié et travaillé au Royaume-Uni pendant 18 ans où elle a notamment décroché un Master dédié à la Recherche en Linguistique Appliquée. Professeur de Français dans différentes écoles privées réputées de Londres, dont Norland Place School, elle a toujours adoré faire partie de l’aventure éducative des enfants. Comme elle le dit elle-même : « Je serai là pour les aider à réaliser leur plein potentiel, non seulement académique, mais aussi explorer et développer leurs talents afin de leur permettre de devenir la version la plus heureuse et épanouie d'eux-mêmes ». Une belle promesse ! Pour nos lecteurs, ce nom ne vous est pas inconnu puisque nous avons eu l’habitude de relayer de nombreux événements culturels organisés par Marie-Laurence à Londres, notamment la rencontre avec le réalisateur Azize Kabouche, lors d'un cocktail et d'une projection privée.

 

Impossible évidemment de mentionner tout le monde. Mais j’évoquerai encore une autre maîtresse, née à Toronto, ayant grandi en Serbie où elle a fréquenté l’École française de Belgrade. Enseignante dans une école bilingue internationale pendant cinq ans, elle parle six langues et cerise sur le gâteau, elle joue au football. Elle devrait bien s’entendre avec les élèves et sera en mesure de les challenger ballon au pied dans nos cours de récréation (sourire). Elle arrive à Union School Paris avec toute sa joie de vivre et sa passion pour l'éducation.

 

Vous le voyez, l’armature qui a été mise en place par notre directeur Ian Tysoe est très solide. Nous sommes ainsi certains que les deux curricula seront d’un très bon niveau. Nous avons d’ailleurs retiré des heures de classe à nos enseignants pour qu’ils puissent planifier et se coordonner entre binômes.

 

Un élève dans la cour de récréation de la nouvelle école bilingue Union School Paris

 

Vous ouvrez neuf classes de vingt élèves de la toute petite section jusqu’au CM2. Peut-on encore s’inscrire ?

Nous recevons chaque semaine plusieurs demandes, mais il reste encore des places, oui. L’inscription suit toujours le même processus. Nous tenons à rencontrer toutes les familles pour savoir si elles « matchent » avec la philosophie de notre établissement. Cela se déroule en face à face ou par vidéo-conférence si elles sont à l’étranger.

Le troisième échange est exclusivement consacré aux enfants. Ils peuvent ainsi poser toutes les questions qu’ils veulent sur l’école. C’est essentiel pour qu’ils puissent se projeter au maximum et se sentir déjà un peu chez eux. Les interrogations portent en général sur la cantine, l’emploi du temps, le sport… C’est une conversation ouverte et très « friendly » car nous voulons casser l’image du directeur classique et le rendre très accessible.

Lors de ces échanges nous vivons parfois de purs moments de bonheur. Nous avons l’exemple d’une petite fille de quatre ans qui se confie à Ian Tysoe notre directeur. Il lui parle de l’école, des salles de classe et lui indique que tout va être nouveau. Elle le regarde alors avec ses grands yeux et lui dit avec son naturel « But you are not new, you ». C’était vraiment très drôle.

 

Nous sentons déjà beaucoup de proximité avec les parents…

Une complicité naît il est vrai assez rapidement entre notre équipe et les familles. Et cela peut dépasser le simple cadre éducatif. Certains parents qui n’ont pas encore trouvé d’appartement me demandent parfois de les aider dans leurs recherches. D’autres m’appellent déjà par mon prénom ou m’invitent à dîner. Je pense que notre personnalité – celle des créateurs et managers de l’école - se diffuse progressivement. Ce sera un établissement différent aussi pour cette raison-là. Un lien de confiance s’est tissé avant même l’ouverture de l’école. Les parents font partie intégrante du projet. Ma porte, comme celle de Ian ou de Katia, notre « magicienne et super assistante de l’école » restent toujours ouvertes.

 

Plus qu’une nouvelle école bilingue, peut-on dire qu’Union School Paris est une grande famille ?

C’est l’impression que nous avons en effet. D’ailleurs, alors que l’école n’a même pas encore ouvert ses portes, nous avons déjà près de 1 500 abonnés sur Instagram. Nous sommes très actifs sur les réseaux sociaux. La première vidéo d’Union School diffusée a été vue plus de 7 000 fois sur LinkedIn, comme la première photo du bâtiment. C’est dire si l’attente est grande.

 

Vous parlez d’Instagram, mais nous avons aussi remarqué l’école sur Spotify. Expliquez-nous…

Nous avons pour l’instant créé cinq playlists Spotify. Pour la dernière, j’ai demandé aux enseignantes de me communiquer leurs chansons préférées. Leurs inspirations du moment ou ce qui les fait vibrer. L’une d’entre-elles, qui vient d’Inde, m’a proposé une chanson hindi. Une autre a opté pour du rock ukrainien, car elle a pris le dernier avion ayant quitté l’Ukraine juste avant le début des hostilités. Ces chansons reflètent une partie de leur personnalité ou de leur histoire. Il est aussi possible d’écouter la playlist de l’équipe fondatrice ou des ados. Cela donne encore une autre perspective de l’école.

 

Comment imaginez-vous le jour de la rentrée ?

Je me vois avec un balai (rires) en train de dépoussiérer les salles de classe. Ce rêve montre certainement à quel point je souhaite que tout soit prêt le Jour-J et combien j’ai hâte que les travaux soient terminés. Mais tout sera opérationnel début septembre je vous rassure. Le jour de la rentrée, de 16h à 19h, nous organisons une grande fête où seront invités les enfants, les parents, le maire… et d’une manière générale toutes les personnes qui ont contribué à l’aventure, qui ont donné du temps et des conseils, parfois gratuitement. J’ai envie ce jour-là que toutes les familles puissent se promener dans l’école afin de s’approprier les lieux. À Union School, nous sommes vraiment tous là pour les enfants, c’est ce qu’il faut retenir.

 

Le bâtiment de la nouvelle école bilingue Union School Paris

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale