TEST: 2269

Jour 20 : le petit Pineau qui cohabitait avec son majestueux aîné

Par Luther Beaumont | Publié le 22/12/2020 à 09:50 | Mis à jour le 22/12/2020 à 11:02
Photo : Luther Beaumont
pineau des Charentes acheter londres

Une terre discrète et pourtant bénie des dieux va constituer le pays merveilleux du vingtième opus de notre illustre calendrier de l’Avent viticole. Le conteur de vins Thibault Lavergne nous emmène dans l’Eldorado de sa région natale. Ce bout de terroir charentais que les barons Cognac, Jarnac et Segonzac protègent depuis des siècles : le triangle d’or. En son sein jaillissent des pourtours de châteaux des fontaines phosphorescentes toutes bleues, et l’or rose demeure la si belle couleur de l’élixir invoqué ce jour par notre enchanteur.

 

Ce fruit du hasard devenu légende

La légende du pineau des Charentes trouve sa genèse au XVIe siècle. Notre historien de la vigne nous avait jusqu’ici régalé de récits nous permettant de retracer comment ses fidèles compagnons vignerons avaient su acquérir et transmettre leur savoir-faire. S’il est communément admis que l’homme a su créer de majestueux hydromels grâce à toute son opiniâtreté et inventivité, l’imprévisibilité de la vie est aussi parvenue à interférer pour favoriser l’apparition de potions enchanteresses.

Nous sommes en 1589, lorsqu'un vigneron charentais commit non pas l’irréparable, mais plutôt ce qui allait marquer un nouvel avènement pour un terroir consacré par les cieux. Alors qu’il venait de vendanger, il versa par erreur du moût de raisin dans cette innocente barrique qui traînait là dans son chai, mais qui contenait, sans qu’il ne puisse sans douter, une certaine quantité d’eau de vie de cognac.

Lorsque la barrique fut ouverte quelques mois plus tard, le pineau des Charentes venait de voir le jour. Il constitue donc le mélange d’un moût de raisin qui commence tout juste à fermenter avec le plus majestueux des alcools en la personne du Baron cognac. La stratégie du mutage lui permet d’exprimer l’ensemble de son potentiel, en interrompant la fermentation via l’ajout d’un alcool fort. Le petit Pineau a bien grandi depuis, il parvint même à devenir le premier vin de liqueur à être reconnu tel une appellation d’origine contrôlée dès 1945. Ceci inspira d’autres contrées du royaume viticole de France ! Pensons à ses nobles cousins le ratafia de Bourgogne, ou encore le Floc de Gascogne…

 

Un producteur de cognac armé de belles vignes

Il existe plusieurs sortes de pineau des Charentes. Les breuvages s’illuminent aux couleurs du blanc, du rouge ou du rosé. Les ingrédients de la potion se proportionnent avec un tiers d’eau de vie de cognac et deux tiers du chevalier cépage sélectionné. Notre maître producteur de cognac Grande Champagne, Daniel Boujou, a souhaité utiliser de vieux fûts ayant contenu auparavant son cognac.

Il élève en leur sein son pineau des Charentes non pas pendant les 18 mois propres à la réglementation, mais pour une période minimum de quatre ans. Son apparence nous fait penser à une couleur cerise. La cuvée s’intitule François de Marange. L’enchantement est limpide et brillant, avec des arômes intenses de fruits rouges. Votre palais sera littéralement envoûté par des saveurs sucrées et fruitées.

Le taux d’alcool à 18% en fait le vassal parfait de votre apéritif, mais pourrait tout aussi bien greffer une élégance insoupçonnée à des mets de Noël tant salés que sucrés. Les fromages persillés comme le Stilton très prisé de nos amis anglais pendant les fêtes se marieront aussi si bien avec ce nectar charentais. Que voulez-vous, en ces derniers jours de l’Avent, Thibault Lavergne endosse un rôle de génie oenologue, en nous suggérant “pourquoi pas” cette alternative pour notre repas de fêtes.

 

Commandez ce pineau des Charentes d'exception 

Sachez de plus chers lecteurs, que de par ce statut de fidèles à notre édition, vous bénéficiez d’une remise de 10% exclusive. Vous pouvez donc partir en quête de ce vin pour £19,70 la bouteille, au lieu de £21,90 habituellement. Pour ce faire, il vous suffit de contacter l’enseigne par mail en n’oubliant surtout pas de mentionner que vous faites partie du cercle des personnes qui nous lisent !

Vous pouvez aussi bénéficier de ce taux de remise préférentiel sur l’ensemble de la carte de vins proposée par The Wine Story Club !

Sur le même sujet
Luther Beaumont journaliste Londres

Luther Beaumont

Prendre la decision de devenir journaliste demeure la concrétisation de ce que certains pourraient décrire comme une passion. Dans mon cas je la décrirais comme l'essence de ma curiosité.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale