TEST: 2269

Grande onde positive avec la renaissance des jardins communautaires

Par Pauline Berger | Publié le 25/08/2020 à 20:47 | Mis à jour le 10/12/2020 à 18:30
Photo : ella olson - unsplash
création jardin communautaire covid

La solidarité nationale britannique s’exprime à travers la multiplication des jardins communautaires, en réaction au risque d’augmentation de la malnutrition au sein de la population.

 

La création de jardins communautaires pour lutter contre la pauvreté alimentaire

L’idée est née grâce à une prise de conscience dans certaines villes britanniques, suite à l’annonce du nombre grandissant de personnes souffrant de pauvreté alimentaire au Royaume-Uni. Le confinement y est pour beaucoup, en raison notamment des baisses de revenus qu’il a engendrées, de l’épuisement des stocks des supermarchés et de l’incapacité d’une partie de la population à se déplacer jusqu’aux banques alimentaires. En effet, 1 personne sur 10 a été contrainte de se rendre à ces dernières durant la période d’isolement forcé.

Cela a été le cas à Cambridge par exemple. En début d’année, l’association caritative Crisis avait affirmé que les familles touchant des allocations risquaient d’être amenées à réduire leur consommation de nourriture pour pouvoir payer leur loyer. À l’annonce de cette nouvelle inquiétante, le fondateur de CoFarm Cambridge, Gavin Shelton, a eu l’idée de créer un jardin communautaire avec d’autres bénévoles pour aider ces familles aux faibles revenus, touchées au premier plan par la pandémie.

Des produits frais accessibles à tous

La seconde préoccupation des fondateurs de ces jardins communautaires dans de nombreuses villes du Royaume-Uni était de permettre à chacun de se nourrir de fruits et légumes de qualité. « Nous ne sommes pas d’accord avec l’idée que l’on soit obligé de payer plus cher pour avoir accès à de bons produits au réel apport nutritif » s’insurge Gavin Shelton.

En effet, les banques alimentaires proposent des aliments à faible valeur nutritionnelle, composés à partir d’ingrédients de mauvaise qualité pour certains, augmentant les risques de voir le taux d’obésité et de malnutrition augmenter au sein de la population. Face à cette injustice, Ginnie O’Farrell a elle aussi décidé de créer la Hexham Fresh Food Bank dans le comté de Northumberland. Celle-ci regroupe des producteurs bénévoles, offrant leur surplus de fruits et légumes à plus de 280 ménages n’ayant pas accès à ce type d’alimentation d’ordinaire.

Dans le comté de Northamptonshire, une permaculture communautaire livre également ses produits aux sans-abris, aux victimes de violence domestique réfugiées dans des établissements de sécurité, aux travailleurs sur le front de la lutte contre le virus, et aux personnes handicapées. Désormais, environ 3000 habitants et habitantes peuvent donc se nourrir de produits frais, sans pesticides ou autres conservateurs.

Un remède écologique contre l’isolement social

En plus d’être bénéfiques pour la santé physique, les jardins communautaires permettent de réunir les gens dans un même objectif : apporter son aide aux citoyens qui en ont besoin. Quoi de mieux pour la santé morale ? « CoFarm Cambridge était le premier endroit auquel certains bénévoles se rendaient, après leur supérette de quartier, quand ils ont commencé à nous aider pendant le confinement », explique Shelton.

Enfin, ces jardins communautaires sont une vraie alternative contre la production agroalimentaire, l’agriculture industrielle et intensive, deux causes majeures de la crise climatique actuelle. À Hexham Fresh Food Bank ou CoFarm Cambridge n’est produit que la quantité suffisante pour nourrir les ménages qui se rendent dans ces banques alimentaires, pas de surproduction ni de gaspillage. Rejoignez-donc cet élan de solidarité traversant l’ensemble du Royaume-Uni !

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale