Mercredi 23 juin 2021

Fin du programme Erasmus pour le Royaume-Uni

Par Laurent Colin | Publié le 26/12/2020 à 12:42 | Mis à jour le 26/12/2020 à 13:49
Photo : Laurent Colin
Fin Erasmus royaume uni

Voilà déjà l’une des premières conséquences du Brexit. Le Royaume-Uni dit adieu au programme Erasmus favorisant les échanges d'étudiants entre pays membres de l'Union européenne depuis plus de 30 ans.

 

Le Premier ministre britannique l’a annoncé jeudi. Dans le cadre de son accord post-Brexit conclu jeudi 24 décembre avec l'Union européenne, le Royaume-Uni sort du dispositif Erasmus. Toutefois, les échanges planifiés avant la fin de l’année dans le cadre du « programme 2014-2020 » ne devraient pas être annulés et les étudiants ayant déjà un accord de bourse pourront achever leurs périodes de mobilité et recevoir des fonds jusqu'à la fin de l'année scolaire 2021-2022.

Après cette date, les étudiants, qu’ils soient Britanniques désireux de partir étudier sur le continent, ou Européens souhaitant étudier au Royaume-Uni ne bénéficieront plus des précieuses aides Erasmus.

Boris Johnson a indiqué dans la foulée la création d’un programme à sens unique cette fois, baptisé « Alan Turing » (Ndlr : en hommage au célèbre mathématicien), devant permettre aux étudiants britanniques d'accéder aux meilleures universités, en Europe et dans le monde entier. Pour des raisons « de coûts trop élevés », il n’est donc plus question pour le gouvernement d'aider financièrement les étudiants étrangers à venir étudier au Royaume-Uni.

Rappelons au passage que le Royaume-Uni n'est que le quatrième pays destinataire d'échanges Erasmus après dans l’ordre : l'Espagne, la France et l'Allemagne.

 

Sans bourse Erasmus, une scolarité plus onéreuse

Pour les 150.000 jeunes européens (dont environ 100.000 Français) qui choisissent chaque année de poursuivre leurs études outre-Manche, s’inscrire dans une université britannique sera désormais plus cher avec des démarches plus longues et difficiles à remplir. Une décision unilatérale qui va également compliquer la mobilité des apprentis et des stagiaires, qui, sans bourse, seront certainement plus enclins à choisir d’autres destinations pour faire leurs premières armes dans le monde du travail. Dommage pour la nouvelle génération qui arrive sur le marché de l’emploi et dommage aussi pour le pays tout entier qui se prive de talents en choisissant de s’isoler.

Si c'est un pan complet de la culture européenne qui part sans doute à la dérive, il est nécessaire de rappeler qu’en 33 ans, des millions d'étudiants ont bénéficié du programme Erasmus, avec tous de belles histoires à la clé. Alors, terminons sur une note positive : on dit qu'il y aurait à ce jour un million de bébés Erasmus. C’est-à-dire des enfants nés de couples formés par d’anciens étudiants Erasmus. Voilà qui fait sourire !

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s)Réagir