Toujours autorisé en Angleterre, le mariage des mineurs bientôt interdit ?

Par Colin Porhel | Publié le 07/04/2022 à 18:36 | Mis à jour le 07/04/2022 à 18:48
Photo : Andre Revilo - Unsplash
Deux personnes se tiennent la main

Après la légalisation du mariage par consentement mutuel et de l’avortement à domicile, la Chambre des Lords s’apprête désormais à étudier un projet de loi rehaussant l’âge minimum légal du mariage de 16 à 18 ans. Une pratique qui concernait encore 147 adolescents en 2018.

 

Interrogée par l’Agence France Presse (AFP), la députée conservatrice Pauline Latham, à l’origine du projet, espère que son initiative « transformera la vie de beaucoup de jeunes gens », en leur permettant de « terminer leur scolarité ».

Le projet de loi, qui concerne l’Angleterre et le Pays de Galles, prévoit aussi de faciliter les poursuites contre les parents et les proches des victimes, souvent complices dans l’organisation des unions arrangées en envoyant leurs enfants à l’étranger en vue de les marier. Les enfants âgés de 16 et 17 ans, qui peuvent aujourd’hui se faire passer la bague au doigt, ne seront pas légalement inquiétés.

 

Des signaux encourageants depuis plusieurs mois

Le vote imminent à la Chambre haute marque l’aboutissement d’un processus débuté en juin dernier. Le ministère de la Justice avait alors envoyé une lettre aux militants de l’association Girls Not Brides UK, qui lutte contre le mariage des enfants au Royaume-Uni, en leur promettant de s’attaquer à ce fléau dès que l’opportunité législative se présenterait. Le secrétaire d’État à la Santé, Sajid Javid, s’était également exprimé sur le sujet, déclarant que ce vote était « une occasion pour l’Assemblée de montrer, sans ambiguïté, […] que le mariage d'enfants est un abus et qu'il ne sera jamais toléré dans ce pays ».

Une victoire importante pour les activistes, qui affirment depuis plusieurs années déjà que les règles actuelles ne protègent pas les filles contre les mariages forcés. Une critique reprise par Payzee Mahmod, qui a survécu à une union contrainte, et dont la sœur a été assassinée après avoir fui son mari à l'âge de 17 ans. « Chaque personne qui a entrepris une action, quelle que soit sa taille, fait partie de cette victoire. Merci. », a-t-elle témoigné sur Twitter après l’adoption à l’unanimité du texte par les députés.

 

12 millions de filles concernées chaque année dans le monde

Si, dans ses objectifs de développement durable, l’Organisation des Nations Unies vise à mettre fin au mariage des enfants d’ici à 2030, de nombreux pays autorisent toujours l’union des mineurs. Outre l’Angleterre et le Pays de Galles, des pays tels que l’Écosse, l’Irlande du Nord, mais aussi les États-Unis, la Côte d’Ivoire et le Népal ferment les yeux sur ce phénomène.

Chaque année, près de 12 millions de jeunes filles de moins de 18 ans sont ainsi mariées de force à des hommes plus âgés. Et malgré l’existence d’un âge légal minimum pour s’engager, certains pays ne parviennent pas à contrôler les unions entre mineurs. « Le contexte religieux et traditionnel prend souvent le pas sur le contexte officiel. Généralement, si un conseil religieux donne son accord, le mariage sera accepté aux yeux de la loi et de la société », expliquait l’ancienne directrice de Girls Not Brides, Lakshmi Sundaram, en 2018 au Figaro. En France, la pratique est interdite depuis 2006, date avant laquelle l’âge minimum pour se marier était fixé à 15 ans pour les filles, contre 18 ans pour les garçons.

 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale