Mercredi 21 août 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Vivre à l’étranger pour mieux se connaître ?

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 07/08/2019 à 10:30 | Mis à jour le 07/08/2019 à 20:54
expatriation connaissance de soi psychologie

D’après une étude scientifique américaine, vivre à l’étranger permettrait de mieux se connaître. Plus le séjour est long, plus la perception de son tempérament et de ses désirs serait juste. 

 

En 1919, le philosophe allemand Hermann von Keyserling écrivait dans l’épigraphe de son journal de voyage « le plus court chemin vers soi-même mène autour du monde ». Près de 100 ans plus tard, les travaux de chercheurs de grandes universités américaines (Rice, Columbia, North Carolina) fournissent des résultats empiriques appuyant cette idée. 

Après avoir analysé l’impact que peut avoir un séjour à l’étranger sur les individus, le constat est sans appel : résider dans un autre pays permet d’en savoir plus sur ses goûts personnels et son tempérament. « Plus on vit à l’étranger, plus la perception qu’on a de soi même est claire, définie avec assurance, cohérente et stable dans le temps » exposent les chercheurs. 

Pour le site américain de vulgarisation scientifique Science Daily, l’explication tient au fait que les expatriés comparent généralement leurs mœurs à celles de leur pays d’adoption. Ce type d’observation les aiderait à distinguer «  les normes et valeurs qui définissent qui ils sont de celles qui reflètent simplement leur éducation et leur culture ».

 

Plus le séjour à l'étranger est long, plus la connaissance est profonde

 

Les scientifiques montrent aussi que les longs séjours à l’étranger mènent à plus de réflexions que les voyages courts. « La profondeur (temps passé à l’étranger) plutôt que l’ampleur (nombre de pays dans lesquels on a vécu) améliore la perception de soi même », explique Science Daily.  

Tandis que de précédentes études ont montré que les expériences de transition, telles que perdre un emploi ou divorcer, contribuaient à affaiblir la connaissance de soi-même, vivre à l’étranger serait l’une des rares expériences de transition à produire l’effet inverse. 

L’expatriation de manière générale offrirait de nombreux avantages, « d’un sentiment de satisfaction au quotidien à une vie moins stressante, en passant par de meilleures performances au travail ou une plus grande facilité à choisir une carrière en accord avec ses propres valeurs », analyse Science Daily. 

Le site affirme qu’une telle étude est utile pour comprendre les comportements des expatriés au travail. Les employeurs sont encouragés à prendre en considération ces informations lorsqu’ils « recrutent des talents étrangers ». 

Pour réaliser l’étude, les chercheurs ont sondé 1.874 participants, à travers des questionnaires en ligne et des entretiens. Le panel était constitué de personnes ayant fait l’expérience de l’expatriation ainsi que de personnes ayant uniquement voyagé à l’étranger ou n’ayant jamais bougé.

6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

TCC jeu 08/08/2019 - 09:26

Cette étude vient corroborer ce que l'on peut découvrir par soi-même. Tout changement conduit à comparer ; à fortiori un changement culturel long, qui provoque une réflexion sur nos attentes, nos goûts, nos comportements : ce qui nous satisfait, ce qui nous frustre, ce qui nous épanouit, ce qui nous crispe etc.

Répondre
Commentaire avatar

V Lionel jeu 08/08/2019 - 03:16

Ainsi, les ambassadeurs et autres personnels d ambassade se connaitraient mieux ?

Répondre
Commentaire avatar

macri13 mar 26/06/2018 - 10:12

Trésintéressant, merci .....Vous avez aussi des infos concernant le maintien ou perte de la langue maternelle ? Je remarque que j'emploie es tournures de phrases plus proches de l'allemand que du francais...sniff sniff.... ps et maintenant que je me connais bien, je peux rentrer á la maison ..E.T. maison ...maison et encore une belle journée !

Répondre
Commentaire avatar

Aubin Delphine lun 25/06/2018 - 05:55

Bonjour, J'aimerais en savoir plus, quelles sont les sources de votre article ? Merci, Delphine

Répondre
Commentaire avatar

justine.hugues lun 25/06/2018 - 14:38

Bonjour, l'étude, intitulée The shortest path to oneself leads around the world: Living abroad increases self-concept clarity (de la revue Organizational Behavior and Human Decision Processes) est disponible sur le site Science Direct. Par ailleurs, sur le site de vulgarisation scientifique Science Daily, vous trouverez les principaux résultats de l'étude commentés.

Répondre
Voir plus de réactions
Sur le même sujet