Une startup pour trouver un stage ou un stagiaire au Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 13/08/2022 à 01:00 | Mis à jour le 15/08/2022 à 05:46
Photo : Mimi Thian
CamSeed, trouver un stage au Cambodge

CamSeed est une jeune pousse cambodgienne qui a comme ambition de promouvoir la culture des stages rémunérés. Un schéma gagnant-gagnant où entrepreneurs et étudiants trouvent chacun leur compte.  

 

Gagner de l’expérience professionnelle est primordiale pour les étudiants. Les stages entreprise sont une occasion inestimable pour eux de mettre en pratique leurs savoirs scolaires et d'être confrontés à la réalité de l’entreprise.

C’est aussi l’occasion pour les entreprises de découvrir de jeunes talents, de les former à leur procédures internes. Il n’est pas rare qu’un stage réussi débouche sur une embauche.

 

Pourtant, cette pratique n’est pas encore tellement développée.

 

C’est pourquoi une jeune pousse cambodgienne a été créée. CamSEED s’est fixé comme ambition de promouvoir la culture des stages rémunérés au Cambodge. Interlocuteur privilégié des stagiaires et des entreprises, elle offre aux étudiants inscrits sur sa plateforme, l’accès à de nombreuses opportunités de stage tout en présentant aux entreprises les profils de candidats qui pourraient leur correspondre.

Le petitjournal.com est allé à rencontre de CamSeed. Yanis Cena a répondu à nos question.

 

 

D’où est née l’idée de CamSEED ? 

CamSEED a été créée sur les bases d’un autre projet, CamPeak, lancé en avril 2021 et qui avait pour but de partager des activités extra-curriculaires aux étudiants pour leur permettre de découvrir ce qu’ils aimaient et de développer des compétences, sortir de leur zone de confort dans un cadre différent. 

Ce projet a permis de mettre en lumière un autre problème : le manque d’expérience professionnelle des étudiants.Cela a conduit à la création de CamSEED.

Cela fait donc maintenant plus de 1 an que CamSEED met en relation des étudiants avec des entreprises pour des stages rémunérés.

 

stagiaire
Van Tay media

 

Pouvez-vous nous décrire le fonctionnement de la plateforme ? 

Son fonctionnement est très simple et le service est gratuit tout au long du processus pour les étudiants. Ils doivent simplement se rendre sur le site web et remplir un questionnaire pour que l’on en apprenne plus sur eux, leurs motivations, leurs profils, leurs envies. Ils apparaissent ensuite dans notre base de données.

Pour les entreprises, c’est tout aussi simple. Elles peuvent prendre un rendez-vous avec un des membres de l’équipe, ce qui va ensuite nous permettre de nous renseigner sur leurs besoins et leurs critères de recherche concernant les stagiaires.

Quand nous avons des étudiants qui correspondent à ces besoins, nous les mettons alors en relation pour un entretien.

 

Quels sont les secteurs d’activité visés ? 

Il n’y a pas de secteurs d’activité visés précis: dans presque tous les secteurs, il y a des stagiaires en recherche de stage ainsi que des entreprises en recherche de stagiaire. 

En revanche, il est vrai que comme CamSEED est encore récent, nous n’avons pas encore pu explorer tous les secteurs. La plupart de nos clients sont dans les domaines de la banque, du commerce, de l’éducation, de la vente.

On retrouve aussi plusieurs types d’organisations: des ONG, des groupes internationaux ou cambodgiens ou encore des startups et PME.

 

Quels sont les étudiants qui utilisent le plus vos services ? 

C’est la même chose pour les étudiants, nous n’avons pas de critères spécifiques sur leurs études. Mais comme la plupart des offres que nous recevons sont pour des tâches de “bureau” : marketing, communication, développeur web, comptabilité ou encore de la vente, cela nous limite à certaines universités. Pour le moment, la grande majorité de nos étudiants viennent ou effectuent leur stage à Phnom Penh mais nous commençons à nous développer dans d’autres villes comme Siem Reap.

 

camseed Stagiaire

 

Quelle est la rémunération moyenne offerte par les entreprises inscrites sur CamSEED ? Existe-t-il une rémunération minimale ? 

La rémunération d’un stagiaire dépend de beaucoup de critère (niveau de diplôme de l’étudiant, secteur d’études, niveau d’anglais et aussi son implication en nombre d’heures (temps partiel ou temps plein).

On demande une rémunération minimale pour que l’étudiant puisse profiter d’une expérience professionnelle et subvenir à ses besoins, qui commence à 80 dollars par mois pour un stage à temps partiel. Les salaires varient souvent entre 100 dollars et 300 dollars par mois.

 

 

Quels sont vos premiers résultats ? 

Les premiers résultats sont vraiment positifs, on est heureux de voir que les différents acteurs au Cambodge sont réceptifs à cette initiative.

Le 25 Avril dernier, nous avons lancé la campagne “The 1000 Internships”. Le but de cette campagne d’une durée de 1 an est de demander au secteur privé et aux organisations de la société civile de s’engager à ouvrir des opportunités de stages rémunérés en leur sein dans la prochaine année pour atteindre le nombre de mille d’ici avril 2023.

 

Camseed Stagiaire

 

En 3 mois, 57 entreprises, ONGs, startups se sont engagées à la création de 253 opportunités rémunérées. Ce sont des résultats vraiment positifs et nous en sommes très contents.

 

J’aimerai profiter de cet espace pour remercier tous les acteurs qui nous ont fait confiance dans leur recherche de stagiaire et aussi tous ceux qui se sont engagés dans la campagne 1000 Internships. Cette campagne ne fait que commencer et il reste encore 9 mois pour de nombreuses entreprises au Cambodge de s’engager pour promouvoir l’égalité d’accès à une expérience professionnelle pour les étudiants.

 

Vous recherchez un stage, un stagiaire ?

Contactez CamSEED

Allez sur leur site internet ( en Anglais )

ou leur Facebook 

ou par courriel 

ou par téléphone : 070 455 536

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition internationale