Srey Bandaul, Cofondateur de Phare Ponleu Selpak emporté par le Covid

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 05/08/2021 à 20:00 | Mis à jour le 13/08/2021 à 04:41
Photo : Credit Vila Hiek
Srey Bandaul devant des sculptures Credit Vuthyra Thang

Un communiqué de Phare Ponleu Selpak nous apprend que le cofondateur de Phare, visionnaire créatif et artiste célèbre, Srey Bandaul, a succombé au COVID à l'âge de 49 ans hier, mercredi 04 août 2021

 

L’école Phare Ponleu Selpak est une institution au Cambodge. Phare Ponleu Selpak est l’école artistique la plus réputée du pays. Elle fait la renommée de Battambang depuis plus de 30 ans, en formant des générations d’adolescents aux métiers de la création artistique.

Cette école devenue ONG s’est fixée pour but de sortir un maximum d’enfants de la pauvreté et des violences auxquelles ils sont trop souvent exposés en les formant aux arts du spectacle, plastiques et visuels.

 

Une fresque murale de l'école à Battambang Crédits Victor Bernard
Une fresque murale de l'école à Battambang. Crédit Victor Bernard

 

"Srey Bandaul est resté actif au sein de Phare jusqu'à la fin de sa vie et est pleuré par sa femme, ses deux filles et une communauté créative nationale qui a bénéficié de son enseignement ou de son inspiration. " Précise le communiqué.

 

"La nuit dernière, nos cœurs ont été brisés par la nouvelle que nous avions perdu notre bien-aimé Lokru Srey Bandaul", a déclaré Osman Khawaja, directeur exécutif de Phare Ponleu Selpak. 

 

Srey Bandaul un visionnaire et un enseignant

 

 

Srey Bandaul avec des étudiants de Phare Credit Morgane Darrasse.jpg
Credit Morgane Darrasse

 

"La nuit dernière, nos cœurs ont été brisés par la nouvelle que nous avions perdu notre bien-aimé Lokru Srey Bandaul", a déclaré Osman Khawaja, directeur exécutif de Phare Ponleu Selpak. Phare Ponleu Selpak" signifie "l'éclat des arts", et personne n'incarnait mieux cet esprit que Srey Bandaul. Il a cofondé l'organisation pour apporter de la lumière dans la vie des personnes traumatisées par la guerre, et cette mission est restée sa vie jusqu'à la fin. En tant que visionnaire et enseignant, il a partagé son amour de l'art avec des centaines d'enfants. De nombreux anciens élèves, qui sont devenus de grands artistes à leur tour, perpétueront son esprit".

 

En plus d'être un professeur inspirant, Srey Bandaul était un artiste vénéré qui avait publié deux livres, "Looking at Angkor" et "The Land of the Elephants", et vu ses œuvres exposées aux quatre coins du monde, notamment en Turquie, en Norvège, au Royaume-Uni, aux Philippines, en Thaïlande, au Myanmar, en Australie, à Singapour et aux États-Unis. Le choc et la douleur de sa perte sont visibles dans les centaines d'hommages qui affluent sur les canaux de médias sociaux de Phare.

Srey Bandaul peignant une fresque avec des enfants Credit Morgane Darrasse
Credit Morgane Darrasse

"Je suis si triste d'apprendre cela, c'est une grande perte pour le pays", a écrit Socheata Veng sur la page Facebook de Phare. "C'était une âme douce et gentille avec un grand dévouement pour son travail. Veuillez accepter mes plus sincères condoléances à sa famille et à toute la famille Phare. On se souviendra de lui".

 

"J'ai le cœur brisé...", a déclaré Joel Gershon, journaliste et réalisateur de documentaires. "Son esprit vit, cependant, et sa chaleur et sa gentillesse particulières ne seront pas oubliées. Je suis tellement reconnaissant d'avoir eu la chance de le rencontrer et de l'inclure dans mon film et j'espère que les gens qui le verront pourront reconnaître son âme spéciale, positive et aimante. »

 

Srey Bandaul avait appris a dessiner dans un camps en Thailande

 

Bandaul a appris à dessiner dans les années 1980, alors qu'il était adolescent, dans un camp de réfugiés à la frontière thaïlandaise où des milliers de personnes avaient fui le génocide des Khmers rouges. Son professeur était Véronique Decrop, une travailleuse humanitaire française, qui a enseigné le dessin à Bandaul et à ses camarades de classe, dont beaucoup se sont unis pour fonder Phare Ponleu Selpak en 1994. "L'enseignante a donné des couleurs et du papier aux enfants, et elle les a laissés dessiner ce qu'ils voulaient", s'est souvenu Bandaul en 2019 à l'Institut français de Phnom Penh. "Les enfants ont commencé à dessiner. Moi-même, j'adore dessiner. La maîtresse a vu que nous avions du talent. Mes amis dessinaient des images de Khmers rouges tuant des gens, mais moi je dessinais des amoureux se tenant la main et des plages."

 

Srey Bandaul apprend a ses élèves à desiner crédit Mochchara Sok..JPG
crédit Mochchara Sok

"En tant que personne, Srey Bandaul croyait vraiment au pouvoir de guérison des arts et a joué un rôle indispensable dans la restauration des arts visuels au Cambodge après la tragédie des Khmers rouges", poursuit Osman Khawaja. "Il portait en lui une belle énergie, une lumière constante d'espoir et une douce détermination. Tout le monde à Phare se souviendra de lui comme d'une âme douce et gentille au grand cœur, comme d'une personne toujours prête à aider quiconque en a besoin. Il nous manquera à jamais et nous ne pourrons jamais le remplacer, mais nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour perpétuer son héritage et être à la hauteur de ses idéaux. Nous présentons nos plus sincères condoléances à sa magnifique épouse et à ses filles - tout Phare partage votre chagrin."

 

Lepetitjournal.com déplore sa disparition et présente ses condoléances à sa famille.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale