Samedi 4 décembre 2021
TEST: 2248

L’Église catholique du Cambodge accueille un nouveau prêtre français

Par Raphaël FERRY | Publié le 24/10/2021 à 02:00 | Mis à jour le 24/10/2021 à 02:00
Photo : Abbé Etienne Lorta
L'abbé Etienne LORTA

Le père Etienne Lorta vient d’être nommé à la paroisse de Kampong Cham. Il a 62 ans et a été ordonné prêtre en 1992. Il a passé la majorité de sa carrière en Bretagne d’où il nous vient directement.

Arrivé au Cambodge le 21 octobre, il prendra ses fonctions dès que possible à Kampong Cham.

Lepetitjournal est allé à sa rencontre.

 

Bonjour mon Père, pouvez-vous nous dire quel a été votre parcours jusqu’ici ?

Après des études d’ingénieur biochimiste et un travail dans la recherche, je suis rentré au séminaire à Paray le Monial puis à Rennes. Une fois ordonné prêtre je suis allé à Rome  pour des études de théologie dogmatique. Ensuite j’ai été nommé vicaire à Fougères en Ille et Vilaine (mon diocèse) puis vicaire à la Cathédrale de Rennes et professeur au séminaire. Après j’ai été nommé curé à Paramé, puis aumônier des étudiants à Rennes tout en étant curé d’une paroisse du centre-ville de Rennes qui était la paroisse des étudiants. Changement de cap pour partir… au Cambodge et de retour en France j’ai été nommé curé de la Cathédrale de Saint Malo où je suis resté 8 ans. Voilà vous savez tout !

 

Vous venez d’être nommé à Kampong Cham, mais ce n’est pas la première fois que vous venez au Cambodge n’est-ce-pas ?

Je ne suis pas nommé curé à Kampong Cham, mon niveau de khmer est (hélas) largement insuffisant. En revanche je serai à la disposition de la Préfecture Apostolique de Kampong Cham. La mission se  précisera au fur et à mesure. Ce n’est pas la 1ère fois que je viens au Cambodge je suis venu pour une courte visite en 1994, je suis aussi resté à Phnom Penh pendant  1 an en 2011.

 

Pouvez-vous nous parler de votre première visite en 1994 ?

Elle a été fortuite ! J'y suis allé sur les conseils d’une amie et j’ai pu passer quelques jours à Phnom Penh ainsi qu’à Angkor. Un saisissement entre une culture grandiose et éblouissante et un pays qui sortait d’une épreuve terrible. J’ai été très marqué par la joie des personnes que j’ai pu rencontrer. J’ai eu envie d’y retourner…

 

Qu'avez-vous particulièrement aimé dans le Royaume pour que vous ayez demandé à y revenir ?

En 2011 j’ai été formidablement accueilli à la paroisse Saint Joseph du Psah Tauch. J’ai gardé des liens tant avec les prêtres qu’avec des paroissiens que j’ai connus. Même si l’Église catholique au Cambodge est petite en nombre elle a un beau dynamisme et comme je le disais juste avant, une belle joie.

Je pense aussi qu’il faut s’enrichir de l’expérience de ces Églises lointaines et si différentes de nos paroisses françaises. Notre vieille Église qui est en occident a beaucoup à apprendre de ces jeunes Églises.

 

Qu’attendez-vous de votre séjour au Cambodge ?

Je souhaite comprendre la culture khmère, c’est d’ailleurs la seule voie pour annoncer l’Évangile. Il me faudra de la patience, ce qui n’est pas ma vertu principale. Je sais aussi que je serai très bien accueilli.

 

Avez-vous un message à délivrer à vos paroissiens, ou à la communauté francophone en général ?

Ce serait bien prétentieux de ma part…. la seule chose que je souhaite c’est que les français qui connaissent bien ce pays n’hésitent pas à me guider.

Nous vous recommandons
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir