Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 1
  • 0

Les Khmers Krom participent à la Fête des Eaux

L’équipe du Kampuchea Krom participe depuis 2002 à la Fête de l’Eau dans l’objectif de faire pérenniser le lien entre les Khmers de différentes régions. Ces participants sont déterminés à gagner la course de pirogues.

khmer kromkhmer krom
@Chhum Chantha
Écrit par Lepetitjournal Cambodge
Publié le 28 novembre 2023, mis à jour le 28 novembre 2023

Les Khmers Krom, des Khmers vietnamien

Les Khmers Krom (ou Khmers du Sud) sont l’ethnie khmère qui habite le delta du Mékong au Vietnam. L'ethnie khmère, majoritaire au Cambodge, est à distinguer des cambodgiens. De nombreuses minorités khmères vivent hors du Cambodge, comme les Khmers Surin en Thaïlande ou les Khmers Krom qui habitent dans la région de Tây Nam Bô. 

Une tradition khmère qui rassemble 

Nous voulons rester en contact avec tous les Cambodgiens vivant au Cambodge et dans les basses terres (Khmer Krom), afin de protéger la tradition khmère des courses de bateaux” précise Kim Visal, directeur adjoint du comité des bateaux. 

La pirogue, symbole de la Fête des eaux 

Lors de la célébration de Om Touk, les régates jouent un rôle. Au-delà d’être symboliques, elles permettent de mettre en compétition de nombreuses équipes. Afin de mettre toutes les chances de son côté, l’équipe de Kampuchéa Krom s’est équipée en 2017 d’un bateau de qualité, pouvant accueillir 22 coureurs. Entre 2002 et 2017 le bateau pouvait transporter jusqu’à 75 participants, malheureusement le nombre de rameurs n’a cessé de décliner, rendant nécessaire la construction d’un bateau plus petit. 

Leur pirogue est conservée à Phnom Penh, dans la pagode Samaky Reangsey où elle est régulièrement nettoyée afin de la protéger de l’eau et des insectes qui peuvent abîmer le bois. Elle a également été peinte en bleu, rouge et jaune, qui sont les trois couleurs du drapeau du Kampuchea Krom. 

Pour cette édition 2023, l’équipe a bénéficié du soutien financier et humain de plusieurs personnes originaires de diverses contrées : Cambodge, Kampuchéa Krom etc… Les dépenses s’élèveront à environ 15 700 dollars. Les coureurs sont payés 10$ par jour pendant l'entraînement et touchent 100$ pour la course. Cette indemnisation est nécessaire précise Kim Visal, car la plupart des participants sont des ouvriers du bâtiment qui ne peuvent pas se permettre de participer bénévolement. 

Être mené par un bon entraîneur, la clef de la réussite ? 

Outre ces investissements, les coureurs se sont dotés d’un excellent entraîneur, Yeat Viris, dont le père est originaire du Kampuchea Krom. “ L’équipage est fort et déterminé. Nous n’avons qu’un objectif : remporter la victoire cette année” précise-t-il.  

L’équipe s’est entraînée pendant 22 jours à raison de 2 heures par jour. L'entraînement des 28 participants (22 coureurs et 6 remplaçants) fut intense. “J’attendais cette course depuis longtemps, je suis heureux de pouvoir montrer le potentiel de notre équipage cette année” déclare Kim Visal. 

Des participants motivés 

Pon Sideth est un phnompénhois de  66 ans qui a appris à ramer lorsqu’il vivait au Kampuchea Krom. Depuis 16 ans, il est membre de l’équipage et participe à toutes les courses. Expérimenté, il sait quelle partie de la rivière il faut emprunter pour s’entraîner et quel rythme l’équipe doit suivre. Pour lui, cette course de pirogue est plus qu’un sport. 

Déterminé, l’ensemble de l’équipe espère que ces efforts payeront et permetteront à l’équipe de remporter la compétition. 

Les résultats et la remise des prix auront lieu aujourd’hui, marquant alors la fin des festivités. 

Pour découvrir comment l'équipe s'entraîne, cliquez sur ce lien.  

Merci à Cambodianess qui nous permet de rendre cet article disponible au lectorat francophone. 

 

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024