TEST: 2248

La guerre des services de livraison à domicile

Par Raphaël FERRY | Publié le 06/05/2021 à 18:30 | Mis à jour le 07/05/2021 à 10:50
Photo : AFP
Chassé-croisé des liveur de repas au Cambodge

Comme la capitale cambodgienne est sous confinement depuis le 15 avril pour combattre une soudaine épidémie de coronavirus, les clients affamés comptent sur les applications de livraison à domicile pour les nourrir.

 

Vêtus d'uniformes très voyants les livreurs sillonnent la capitale à moto. Comme dans d'autres pays touchés par le COVID-19, l'utilisation des applications de livraison a bondi, ce qui présente des opportunités mais aussi des risques.

Si les plateformes affirment avoir adopté des mesures pour minimiser les risques d'infection des chauffeurs, la confusion entourant les restrictions de fermeture a créé d'autres dangers.

Le journal local The Khmer Times a cité un dirigeant d'une "plateforme de livraison populaire" qui a déclaré que plusieurs membres du personnel avaient été fouettés par des policiers armés de cannes.

Au vu de ces informations, l'hôtel de ville de Phnom Penh a publié une déclaration demandant aux policiers de laisser les livreurs passer les points de contrôle.

Alors que les chauffeurs évitent les dangers de la rue, les plateformes locales et étrangères continuent de se bousculer pour conquérir des parts de marché.

Plusieurs entreprises sur le marché

Nham24, qui se présente comme "la première super application du Cambodge", se heurte aux poches profondes de Foodpanda. L'entreprise singapourienne, rachetée par le géant allemand Delivery Hero en 2016, est entrée au Cambodge en décembre 2019 et s'est rapidement installée dans 10 villes.

E-GetS, fondée au Cambodge en 2018 par des entrepreneurs chinois, a eu du succès en ciblant les expatriés chinois et veut élargir sa clientèle. La startup locale Muuve, a reçu l'année dernière des fonds de capital-risque. Meal Temple, qui a fait ses débuts dans le secteur, et qui porte désormais la marque KiwiGO, s'est développée au niveau régional après une levée de fonds et une fusion avec une société fintech de Hong Kong.

 

Un livreur de nourriture Food Panda à Phnom Penh
AFP

Des ventes boostées par le confinement

La pandémie a accéléré l'adoption des applications de livraison de nourriture et d'épicerie, selon les chiffres du secteur. Un boom a eu lieu en avril 2020, lorsque le gouvernement, inquiet de la menace d'une épidémie de COVID, a annoncé une interdiction de voyager dans le pays.

Cette épidémie n'a pas eu lieu, mais l'augmentation du nombre de consommateurs utilisant les services de livraison s'est transformée en une croissance régulière, a déclaré Kem Bora, à NiKKIE.asia un partenaire du cabinet de conseil en investissement Mekong Strategic Partners, qui a investi dans Nham24.

Nous pensions que tout allait revenir à la normale, mais ce n'est pas le cas. Tout est resté... et n'a cessé d'augmenter,

a-t-il déclaré.

Selon Bora, depuis le début des restrictions en avril, les commandes de son application ont augmenté de 40 à 50 %.

Victor Lee, responsable marketing d'E-GetS au Cambodge, affirme que la plateforme, qui compte plus de 1 000 chauffeurs à temps plein, a également enregistré un pic.

L'impact du lockdown a fait augmenter les commandes de près de 100 %, car la plupart des gens restent chez eux

a-t-il déclaré.

Payer avec son téléphone

Le boom des livraisons pendant le confinement intervient dans le cadre d'une croissance plus large de l'écosystème fintech* du Cambodge, qui a vu le nombre de comptes de porte-monnaie électronique passer de 5,2 millions en 2019 à 9,56 millions en 2020, selon la banque centrale.

Chez Nham24 comme chez E-GetS, le nombre de paiements électroniques a récemment dépassé celui des transactions en espèces pour la première fois.

Avant le déclenchement de l'épidémie, les transactions en espèces représentaient environ 55%", a déclaré Lee. Depuis mars, les paiements en espèces sont tombés à 45%.

Borima Chann, fondateur de Nham24, a déclaré que les paiements numériques sur la plateforme ont également atteint 55% en avril, contre 46% en mars et 40% en février.

Borima Chann a déclaré que l'entreprise s'était attaquée à la préférence des cambodgiens pour l'argent liquide en offrant des avantages et des incitations pour les paiements numériques.

Nham24 a également équipé les conducteurs de codes QR. La popularité de ce mode de paiement est montée en flèche ces dernières années. La Banque nationale du Cambodge a enregistré 4,8 millions de transactions par code QR en 2020, soit l'équivalent de 73 millions de dollars.

Encore des perspectives de croissance

Alors que les services s'adaptent à la demande de confinement, des questions sur la saturation du marché planent à l’horizon. Les chauffeurs-livreurs sont confrontés à une concurrence intense et à des baisses de prix qui les empêchent de gagner un revenu durable, ont déclaré certains d'entre eux au média local Voice of Democracy.

Foodpanda n'a pas l'intention de lever le pied de l'accélérateur. Le directeur général cambodgien David Ly affirme que l'entreprise se concentre sur l'implantation dans davantage de villes. Il qualifie la concurrence dans le pays d'intense mais saine.

"Le secteur de la livraison de nourriture au Cambodge n'en est qu'à ses débuts et il y a de grandes possibilités de croissance, en particulier au-delà des grandes villes."

a déclaré Ly

KiwiGO, anciennement Meal Temple, a également de grands projets. Après avoir commencé la livraison de nourriture à Phnom Penh en 2013, elle s'est étendue au Laos et au Myanmar, aidée par deux séries de levées de fonds.

Cette année, elle a annoncé le lancement d'une super application créée par une fusion avec la société fintech de Hong Kong Kiwi Pay. Baptisée KiwiGO, cette application, dont le siège est à Singapour et qui est axée sur les marchés frontaliers, sera déployée dans plus de 20 pays.

Maxime Rosburger, fondateur de Meal Temple, affirme que le Cambodge a formé des entrepreneurs qui sont des "battants", mais qu'il est difficile d'attirer de gros investisseurs en raison de la jeunesse de la scène des startups.

Il est toutefois fier que la technologie de son entreprise, qui possède un "ADN cambodgien", soit "en train de devenir mondiale".

"Nous pouvons mettre le Cambodge sous les projecteurs",

a-t-il déclaré.

 

* La technologie financière, aussi dénommée fintech, est un secteur d'activité qui déploie la technologie pour améliorer les activités financières. Le terme « fintech » est une contraction de « finance » et de « technologie ».

 

Sources :

https://www.khmertimeskh.com/

https://asia.nikkei.com/

https://vodenglish.news/

 

Sur le même sujet
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

GDB64 sam 08/05/2021 - 01:52

Combien de Phnom Penhois avez vous vu mourir affamés ?

Répondre

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale