Le gouvernement cambodgien rejette les conclusions du rapport de Human Rights Watch

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 17/01/2022 à 18:15 | Mis à jour le 18/01/2022 à 10:09
Photo : Chin Malin, porte-parole du ministère de la Justice et vice-président du Comité cambodgien des droits de l'homme Photo de Facebook
Chin Malin, porte-parole du ministère de la Justice et vice-président du Comité cambodgien des droits de l'homme Photo de Facebook 2

PHNOM PENH - Le gouvernement cambodgien a rejeté le rapport de l'ONG Human Rights Watch sur la situation dans le pays en 2021, affirmant qu'il ne reflétait pas la réalité et n'avait pour but que de ternir la réputation des autorités.

 

Le rapport Human Rights Watch "Cambodge, événement 2021"

 

"Ce rapport a été réalisé de manière aveugle et non technique", a déclaré Chin Malin, porte-parole du ministère de la Justice et vice-président du Comité cambodgien des droits de l'homme, le 13 janvier.

 

Il ne reflète pas les situations réelles au Cambodge.

Publié le 13 janvier, le rapport de Human Rights Watch intitulé "Cambodge, événement 2021" décrit les événements qui se sont produits et les actions du gouvernement, allant de la poursuite d'individus pour violation des mesures COVID-19 - les peines possibles pouvant aller jusqu'à 20 ans de prison - à la condamnation de cinq activistes environnementaux de Mother Nature Cambodia à 18 et 20 mois de prison. En outre, selon le rapport, " au moment de la rédaction du présent rapport, le gouvernement détenait au moins 24 défenseurs des droits de l'homme en prison ".

 

Parmi les autres mesures, le sous-décret relatif à la création de la passerelle Internet nationale, indique le rapport, "après son entrée en vigueur en février 2022, permettra au gouvernement de surveiller toutes les activités sur Internet et accordera aux autorités de larges pouvoirs pour bloquer et déconnecter les connexions Internet."

 

 

En ce qui concerne le pays dans son ensemble, Human Rights Watch a déclaré dans son rapport que " la pandémie a révélé l'absence d'un système de protection sociale robuste, laissant les ménages à faibles revenus disproportionnellement touchés par l'impact économique et les blocages de Covid-19 sans filet de sécurité. " Cependant, l'ONG a noté que "le Cambodge se classe parmi les pays ayant les pourcentages les plus élevés de personnes entièrement vaccinées."

 

 

Un rapport pour dénigrer le gouvernement selon Chin Malin

Selon Chin Malin, Human Rights Watch a présenté la situation actuelle sous un jour négatif avec une intention politique de dénigrer le gouvernement cambodgien.

 

Par exemple, l'ONG a critiqué les réglementations et les mesures relatives au COVID-19 sans tenir compte des aspects techniques et n'a pas examiné les résultats obtenus par le Cambodge en matière de prévention du COVID-19, a-t-il déclaré.

 

Certains pays ont mis en œuvre des mesures de prévention de la propagation du coronavirus plus strictes que celles du Cambodge, mais International Human Rights Watch n'en a pas parlé, a déclaré M. Malin.

 

Chak Sopheap, directrice exécutive du Centre cambodgien des droits de l'homme (CCHR), a déclaré que le rejet des allégations est une habitude du gouvernement cambodgien, qui vise à protéger sa réputation et ses pratiques.

 

Au lieu de cela, a-t-elle dit, le gouvernement devrait réfléchir à ses véritables obligations telles qu'elles sont énoncées dans la constitution du pays, et il est crucial que le gouvernement et la population du pays travaillent ensemble pour surveiller et améliorer la situation des droits de l'homme au Cambodge.

 

"Nous devrions examiner la situation réelle", a déclaré Sopheap.

 

Si nous continuons à nous battre, nous ne remplirons pas les obligations stipulées dans la constitution et les texte internationaux... Il est important pour nous d'accepter la réalité et de travailler à résoudre les vrais problèmes du Cambodge.

En tant que président de l'ASEAN en 2022 et avec les prochaines élections communales et nationales en 2022 et 2023, le gouvernement cambodgien doit respecter l'État de droit et les droits de l'homme de manière régulière, comme c'est son mandat, a déclaré Sopheap. "C'est encore plus important lorsque le Cambodge joue le rôle de président de l'ASEAN, car il doit être un modèle pour la région."

 

Teng Yalirozy

Lepetitjournal.com remercie Cambodianess.com de le permettre de traduire cet article et ainsi de le rentre accessible à un public francophone.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale