Arrestation chaotique de la présidente du syndicat NagaWorld

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 05/01/2022 à 19:00 | Mis à jour le 05/01/2022 à 04:57
Photo : Des policiers en civil se précipitent pour arrêter la présidente de la LRSU, Chhim Sithar, alors qu'elle sort d'une voiture, le 4 janvier 2022 (photo Gerald Flynn)
Des policiers en civil se précipitent pour arrêter la présidente de la LRSU, Chhim Sithar, alors qu'elle sort d'une voiture, le 4 janvier 2022 (photo de Gerald Flynn).

Chhim Sithar, présidente du syndicat NagaWorld, a été violemment arrêtée par des policiers en civil qui l'ont immobilisée et l’ont forcée à monter dans une voiture en marge de la grève de NagaWorld.

 

PHNOM PENH - Hier 4 janvier, en arrivant d'un lieu tenu secret à Phnom Penh pour se rendre dans la rue de l'Assemblée nationale où environ 500 syndicalistes de NagaWorld poursuivaient leur grève, la présidente du Labor Rights Supported Union of Khmer Employees of NagaWorld (LRSU), Chhim Sithar, était à peine sortie de la voiture qu'elle a été interpellée par des policiers en civil.

 

 

Dans un situation très confuse, Sithar a été arrêtée par un certain nombre de policiers en civil et en uniforme, dont l'un l'a maintenue par la tête avant que la dirigeante syndicale ne soit bousculée et finalement arrêtée, malgré les efforts des syndicalistes venus sur les lieux. À 16 heures, Sithar a été forcée à monter dans une voiture par la police, qui s'est mise à frayer un chemin pour  sortir les véhicules promptement. La police a tenté de maîtriser une autre femme, mais on ignore qui elle était et pourquoi les autorités voulaient l'arrêter.

 

L'arrestation de Sithar intervient après une série d'arrestations hier, qui s'ajoutent aux dix arrestations effectuées dans le cadre de la grève de NagaWorld le soir du Nouvel An. Le tribunal municipal de Phnom Penh a émis un mandat d'arrêt dans la matinée du 4 janvier et Fresh News a rapporté que Sok Narith et Sok Kongkea - deux autres dirigeants de la LRSU - avaient été arrêtés plus tôt dans l'après-midi.

 

 

La police exhibe des preuves de complot pour mener une révolution

 

La police municipale de Phnom Penh a organisé une conférence de presse ce matin, au cours de laquelle elle a présenté des "preuves" consistant essentiellement en des photos de la grève de NagaWorld, qui a débuté le 18 décembre 2021 en réponse au syndicat accusant le casino de ne pas avoir trouvé de solution pour les travailleurs licenciés en avril 2021.

 

Parmi les preuves présentées par la police figuraient des boîtes de bouteilles d'eau empilées, des ordinateurs portables et des téléphones confisqués, ainsi que des images téléchargées par un compte Facebook anonyme qui a commencé à dépeindre la grève du syndicat comme une tentative de "révolution de couleur".

 

Chhim Sithar, leader du syndicat NagaWorld, traîné par la police de la rue vers une voiture (photo de Gerald Flynn)
Chhim Sithar, leader du syndicat NagaWorld, traîné par la police de la rue vers une voiture (photo Gerald Flynn)

 

Le chef adjoint de la police de Phnom Penh, Hun Sothy, a déclaré que la manifestation des militants de NagaWorld est soutenue par trois ONG et a affirmé qu'il existait un message vocal qui détaillait les plans de la grève et constituait une "incitation des employés à manifester.

 

Le procureur adjoint Seng Heang, qui a déjà poursuivi des militants du groupe environnemental Mother Nature, a déclaré qu'il avait découvert des documents financiers sur les ordinateurs portables confisqués lorsque la police a fait une descente dans les bureaux de la LRSU la veille du Nouvel An.

 

Il a déclaré qu'il y avait une transaction de 5 000 dollars, mais n'a pas détaillé qui a reçu la somme ni de qui. Il a poursuivit :

 

Nous appliquons strictement la loi en raison de ses [le syndicat] combines malveillantes et des plans de ses commanditaires pour causer des troubles à l'ordre public, perturber la sécurité sociale et obtenir des parrainages illégaux d'institutions étrangères et locales

 

Une photo de Sithar avec le chef adjoint du Parti du sauvetage national du Cambodge, Mu Sochua, a également été présentée. Le général de division Bun Sosekha a suggéré que c'était la preuve d'une révolution de couleur et a poursuivi en accusant Sithar de vouloir "attaquer et détruire complètement NagaWorld ».

 

Des manifestions sans violence

 

La grève de NagaWorld, qui en est à son dix-septième jour, a été largement pacifique, la police étant la seule source de violence observée, mais les membres de la LRSU ont juré de poursuivre leur grève, malgré la série continue d'arrestations et les tactiques de plus en plus lourdes de la police.

 

"Les autorités sont devenues plus violentes à notre égard, elles nous accusent d'enfreindre la loi, en disant que nous voulons renverser le gouvernement, mais nous sommes juste ici pour résoudre notre conflit de travail", a déclaré Pour Sokheang, un employé de NagaWorld qui y travaille depuis six ans.

 

Sokheang a déclaré que les autorités avaient juste inventé des raisons pour arrêter les dirigeants de la LRSU et a fait valoir que la police causait plus de perturbations à l'ordre public que la grève.

 

"Personne ne nous a ordonné de faire cette grève, nous l'avons menée nous-mêmes parce que nous avons besoin d'une solution", a-t-elle ajouté. "Même s'ils ont arrêté nos leaders, nous continuerons parce qu'il s'agit de notre qualité de vie, nous continuerons à faire grève jusqu'à ce qu'il y ait une solution. "C'est une mauvaise image pour le Cambodge"

 

La police a immobilisé Sithar en la faisant monter de force dans une voiture (photo Gerald Flynn)
La police a immobilisé Sithar en la faisant monter de force dans une voiture (photo Gerald Flynn)

 

L’arrestation de Chhim Sithar provoque une vague d’indignation

 

Avec l'arrestation de Sithar, Narith et Kongkea aujourd'hui, toutes les personnes figurant sur la liste des mandats d'arrêt du tribunal municipal de Phnom Penh sont désormais détenues, mais la nature de ces arrestations a suscité l'ire et l'indignation de la société civile, les partis politiques, les syndicats, les ONG et les groupes communautaires exprimant leurs préoccupations.

 

L'ambassade des États-Unis a déclaré dans un communiqué diffusé sur les médias sociaux :

 

Nous suivons de près les arrestations troublantes de membres du syndicat NagaWorld pour leur expression pacifique et exhortons les autorités à entendre les citoyens, et non à les réduire au silence. Les libertés d'expression, de réunion [et] d'association sont garanties par la Constitution cambodgienne

119 syndicats, ONG et groupes communautaires ont publié une déclaration commune condamnant l'arrestation des dirigeants de la LRSU et demandant la libération inconditionnelle de toutes les personnes détenues du 31 décembre au 4 janvier.

 

 

"Nous soutenons l'exercice des droits et libertés fondamentaux des membres du syndicat et des employés de la LRSU de mener une grève pacifique", indique la déclaration. "Ce droit est garanti par la Constitution, la loi sur le travail, la loi sur les syndicats, et basé sur les statuts du syndicat enregistrés auprès du ministère du Travail et de la Formation professionnelle en tant qu'institution professionnelle et indépendante pour protéger les droits et intérêts légaux des travailleurs sur le lieu de travail."

 

Naly Pilorge, directrice de l'association de défense des droits de l'homme LICADHO, a déclaré que le recours abusif aux lois sur l'incitation par le gouvernement les a vidées de leur sens, ajoutant que ces lois sont désormais simplement utilisées pour criminaliser les discours et associations légaux et pacifiques.

 

"Le courage dont a fait preuve Chhim Sithar en se présentant à la grève d'aujourd'hui, sachant qu'elle faisait face à des accusations absurdes et fausses d'incitation, contraste fortement avec la violence lâche de ceux qui l'ont arrêtée et agressée", a déclaré Pilorge. "Cette arrestation violente d'une syndicaliste pacifique est scandaleuse, et montre que le gouvernement a renoncé à toute prétention de respecter ses propres lois sur les droits du travail."

 

Mme Pilorge a souligné que le syndicat a fait tout ce qu'il pouvait pour résoudre la grève de manière pacifique, mais qu'au lieu de cela, le gouvernement et NagaWorld ont choisi d'intimider, de harceler et d'arrêter les grévistes pacifiques.

 

"Les grèves pacifiques ne sont pas des crimes, les syndicats ne sont pas illégaux, et les droits des travailleurs doivent être respectés tant par les employeurs que par le gouvernement", a-t-elle ajouté. "Ces syndicalistes sont, en fait, poursuivis pour avoir osé organiser un syndicat pacifique et efficace. Ils doivent tous être libérés immédiatement et sans condition."

 

 

L'appel de Pilorge a été repris par Moeun Tola, directeur du groupe de défense des droits des travailleurs CENTRAL, qui s'est dit "extrêmement déçu" par l'incapacité des autorités à trouver une solution à la grève en cours et a appelé le gouvernement à abandonner les poursuites et à reprendre les négociations entre la société et le syndicat.

 

Les négociations ont été interrompues au début de la grève après que NagaWorld a refusé d'appliquer la décision du Conseil d'arbitrage et du ministère du Travail, qui avaient tous deux demandé à l'entreprise de verser une compensation appropriée conformément à la législation du travail. La société a jusqu'à présent refusé et le ministère du travail semble avoir abandonné, aucune nouvelle réunion n'ayant eu lieu entre les trois parties depuis l'année dernière.

 

Heng Sour, porte-parole du ministère du Travail, n'a pas pu être joint et n'a fait aucune déclaration publique après avoir précédemment accusé la LRSU de comploter une révolution de couleur fin décembre 2021.

 

La grève de NagaWorld est entrée dans son dix-septième jour le 4 janvier 2022
La grève de NagaWorld est entrée dans son dix-septième jour le 4 janvier 2022

 

"J'ai été témoin d'une arrestation si brutale d'une jeune femme courageuse qui représente des milliers de travailleurs en grève depuis plusieurs jours", a déclaré Chak Sopheap, directrice du Centre cambodgien pour les droits de l'homme, qui était présent sur les lieux de l'arrestation de Sithar.


 

Elle a dit que c'était difficile à décrire, notant comment Sithar avait des bras autour de son cou et a été traînée dans la rue par de nombreux hommes.

"C'est le début de 2022, quelque chose de bien devrait se produire, mais au lieu de cela, les autorités ont arrêté un certain nombre de travailleurs et de représentants, y compris Sithar", a-t-elle déclaré, ajoutant que le gouvernement devrait trouver des solutions, et non arrêter violemment les gens.

 

"Le gouvernement devrait les écouter, et non les faire taire", a déclaré Sopheap. "La manifestation est aux portes de l'Assemblée nationale, mais aucun parlementaire n'est sorti ou n'a dit quoi que ce soit, alors nous avons laissé l'arrestation brutale se produire. C'est une mauvaise image pour le Cambodge."

 

"Le gouvernement a raté une occasion de montrer que nous sommes un pays démocratique, mais nous sommes vraiment autoritaires parce que nous n'utilisons que la force, nous ne faisons que restreindre les travailleurs ou les communautés qui veulent exprimer leur opinion ou faire entendre leurs problèmes et c'est tellement triste", a-t-elle conclu.

 

Gerald Flynn et Phoung Vantha

 

reportage additionel Sam Sopich

Lepetitjournal.com remercie Cambodianess.com de lui avoir permis de traduire cet article pour le rendre accessible à un public francophone

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale