Eva Nguyen Binh s’en va diriger l’Institut Français

Par Raphaël FERRY | Publié le 13/06/2021 à 17:30 | Mis à jour le 25/01/2022 à 15:36
Eva Nguyen Binh, nouvelle présidente de l'Institut Français

Madame Eva Nguyen Binh notre ambassadrice, s’en va. Elle a été nommée Présidente du conseil d’administration de l’Institut français et ambassadrice pour l’action culturelle extérieure de la France lors du Conseil des ministres du 2 juin 2021.

Eva Nguyen Binh était l’ambassadrice extraordinaire et plénipotentiaire de la République française auprès du Royaume du Cambodge depuis le 7 juin 2017.

Lepetitjournal.com l’a rencontrée et lui a posé quelques questions lors de son passage à Siem Reap où elle avait donné rendez-vous à la communauté française pour lui dire au revoir.


Quel bilan tirez-vous de ces quatre dernières années ?

Je suis très heureuse d'avoir pu faire autant, je pense que j'ai fait mon maximum au Cambodge. Bien sûr, il y a beaucoup d'initiatives que j'aurais voulu prendre, beaucoup de projets que j'aurais voulu développer mais je n'ai pas pu à cause de la COVID. Toutefois, je suis contente de mon bilan en termes diplomatiques, de relations politiques, en termes économiques et commerciaux, en termes de coopération au développement et culturelle, coopération pour la francophonie, et aussi en termes consulaires et de soutien à l'égalité entre les femmes et les hommes. Même s'il y a un sentiment d'inachevé car la crise COVID n'a pas permis d'aller au bout des choses, je suis fière du bilan accompli au cours de ces quatre dernières années, grâce à mon équipe, grâce à nos partenaires et au soutien de tous.

Quels sont les plus grands défis auxquels la France doit faire au Cambodge ?

Je crois que le plus grand défi c'est de maintenir la relation d'extrême qualité que la France et le Cambodge entretiennent, grâce à l'histoire bien sûr et  la profondeur des liens humains qui unissent la France et le Cambodge. Or il y a beaucoup de pays qui sont présents au Cambodge, qui souhaitent développer leurs relations avec le Royaume.

 

La France a une place très particulière avec le Cambodge mais il faut la maintenir, la développer. L'histoire doit nourrir l'avenir, rien n'est jamais acquis.

Mme les Ambassadrices Moreno pour l'UE et Nguyen Binh pour la France en compagnie du Premier Ministre
Photo : AFD / Morgane Hervé Gangloff : Mme les Ambassadrices Moreno pour l'UE et Nguyen Binh pour la France en compagnie du Premier Ministre inaugure une usine de traitement des eaux en février 2021

 

Quels sont les plus beaux moments que vous avez vécus ici ?

Il y a en tant ! Le Marché français en mars 2019 a été un grand moment de joie et de satisfaction. Je rappelle que c'était près de 50 exposants français, franco-cambodgiens, 8000 visiteurs, pour la plupart Cambodgiens, à l'Ambassade, ouverte à tous. On n'avait jamais vu ça. C'était une première que j'ai créée avec mon équipe, avec la Chambre de Commerce France-Cambodge pour valoriser l'expertise et les produits français, les partenariats franco-cambodgiens, la transformation de produits locaux avec une touche française. C'était une grande réussite.

Je suis très fière aussi d'avoir pu créer et tenir deux éditions des "Déambulations artistiques", en mars 2018 et mars 2020.

Mais les beaux moments que j'ai vécus ici, ce sont de beaux moments de rencontres, à travers tout le pays, avec des Cambodgiens, avec des Français.

De beaux moments avec une belle ambiance collective, avec les élus, les associations, les entrepreneurs, les ONG, les artistes etc. tous ceux et toutes celles qui m'ont soutenue à  Phnom Penh bien sûr, mais aussi à Siem Reap, avec des évènements comme la Semaine française (mars 2018, mars 2019), et d'autres villes du pays comme Battambang.

Et les plus difficiles ?

Le plus difficile c'est de partir. Mais en réalité, le plus c'est de ne pas pouvoir dire au revoir comme je le souhaiterais. J'ai rencontré beaucoup de monde, de Sa Majesté le Roi, Sa Majesté la Reine Mère, Samdech Premier Ministre, à des étudiants, des artisans au fin fond des provinces. 

J'aurais voulu dire au revoir personnellement à chacune et chacune, mais je ne peux pas notamment à cause de la situation sanitaire.

C'est un regret, c'est émouvant mais ce n'est pas non plus si difficile par rapport aux immenses problèmes que rencontrent de nombreuses personnes avec cette crise COVID.

Quel message voulez-vous laisser à la communauté française.

Je souhaite remercier la communauté française, sincèrement, chaleureusement, de m'avoir accueillie, soutenue, avec gentillesse et bienveillance. Je sais que je resterai en contact avec beaucoup de monde. Je ne vous oublierai pas.
 

Madame Eva Nguyen Binh
Madame Eva Nguyen Binh.


Quelles sont vos futures fonctions ?

J'ai été nommée à de nouvelles fonctions à Paris par le Conseil des Ministres du 2 juin pour une prise de fonctions au 1er juillet. Je vais être Présidente de l'établissement public appelé Institut français, avec titre d'Ambassadrice chargée de l'action culturelle extérieure de la France. J'en suis très heureuse et honorée. C'est une grande responsabilité. L'Institut français est un opérateur sous la tutelle du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et du Ministère de la Culture. J'ai fait une partie de ma carrière dans la coopération notamment culturelle, j'ai dirigé l'Institut français du Vietnam donc je suis très motivée par ces nouvelles fonctions. Je retrouve beaucoup de collègues, d'amis. 

Je suis heureuse de mettre mon énergie, mes idées, mon envie au service du réseau de coopération culturelle, de la francophonie, au service de tous celles et ceux qui servent l'action culturelle extérieure de la France.

Ce sera d'autant plus important qu'il faut dépasser la crise COVID qui a évidemment heurté de plein de fouet énormément de gens, mais aussi les milieux et les établissements culturels.
 

Madame, vous avez toujours su vous rendre très accessible à tous ayant une oreille attentive pour chacun. Vous avez su prouver votre totale implication au service de vos concitoyens, notamment lors de la crise Covid au cours de laquelle vous n’avez pas ménagé vos efforts.

Lepetitjournal.com et avec lui, j’en suis sûr la quasi-totalité des Français du Cambodge, tient à vous remercier pour le travail que vous avez accompli ici et vous souhaite une totale réussite dans vos nouvelles fonctions.

raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Kater mar 15/06/2021 - 21:24

Est-il vraiment nécessaire de passer autant la brosse à reluire ? Donner son avis propre à la fin de l'article contrevient à toutes les règles journalistiques.

Répondre

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale