Dimanche 24 octobre 2021
TEST: 2248

Gilles Perinet, proviseur du lycée Descartes : « Nous allons réussir cette rentrée. »

Par Raphaël FERRY | Publié le 31/08/2021 à 19:00 | Mis à jour le 01/09/2021 à 11:12
Photo : M. Gilles PERINET proviseur du lycée Descartes à Phnom Penh
M. Gilles PERINET proviseur du lycée Descartes à Phnom Penh

Le lycée français René Descartes de Phnom Penh va faire sa rentrée le 2 septembre, mais en distanciel pour respecter les mesures anti-covid encore en vigueur pour l’instant.

 

La rentrée scolaire est toujours un moment important dans la vie des familles. Cette année ne déroge pas à la règle même si cette fois c’est une rentrée bien particulière à laquelle nous allons assister à Descartes. C’est en effet la première fois que la rentrée va s’effectuer complétement en distanciel en raison des mesures anti-covid en vigueur pour l’instant.

 

lepetitjournal.com est allé à la rencontre de M Gilles Perinet le proviseur qui a répondu aux questions que la communauté française se pose .

 

Cette rentrée est la première à se faire en distanciel. Quelles mesures avez vous prises pour faire face à cette contrainte, notamment pour les plus petits ?

 

Effectivement, cette rentrée en distanciel est une première. 

Les deux années précédentes, le dispositif que nous avions mis en place (que nous appelions d'ailleurs "continuité pédagogique"), faisait suite à plusieurs semaines, voire plusieurs mois d'enseignement en présentiel. Ce présentiel avait permis de créer du lien entre les enfants et entre les enseignants et leurs élèves, liens sur lesquels nous avions pu nous appuyer lors de la mise en œuvre de la continuité pédagogique. 

Cette année, outre les contenus d'enseignement à transmettre, il va nous falloir créer un lien humain, à distance, sur lequel nous pourrons capitaliser pour gagner du temps lors de la reprise en présentiel.

Nous connaissons les contraintes techniques, organisationnelles, pédagogiques et éducatives que génère l'enseignement à distance, pour les élèves, les enseignants et les familles.

Ces contraintes et difficultés sont d'autant plus fortes que les enfants sont petits, et donc que leurs capacités de concentration et leur autonomie sont faibles.

C'est particulièrement vrai pour les élèves de petite section et moyenne section (PS et MS) pour leur toute première ou deuxième rentrée. 

Nous avons donc décidé de cibler comme priorité absolue pendant cette première période de scolarisation la maîtrise du langage, si essentielle pour les PS/MS. C'est ce que nous appelons les "compétences communicationnelles". Nous souhaitons aussi permettre à nos plus petits la construction des rituels liés à l'école. Ces rituels et ces compétences communicationnelles seront un socle solide lors du retour en présentiel pour poursuivre les autres objectifs de scolarisation: motricité, découverte du monde, sensibilité artistique, sociabilisation...

Pour s'adapter à la spécificité de nos plus jeunes élèves pour cette rentrée en distanciel, à leurs capacités d'apprentissage et aux besoins liés à leur âge, nous allons alterner des visios en tout petits groupes (2 élèves pour un enseignant), et des activités langagières à distance construites par nos équipes.

 

L’année dernière, vous avez mis en place un fond de solidarité visant à couvrir les frais d’écolage des enfants issus de familles démunies en raison de la crise Covid. Ces mesures vont-elles être reconduites ?

 

Oui dès le début de la crise sanitaire, l'association des parents d'élèves a décidé de la création d'un fonds de solidarité. 

Ce fonds a aidé les familles de toutes nationalités qui ont rencontré des difficultés, à hauteur de 300 000 USD depuis juin 2020. 

Ces familles ont pu cette année encore être accompagnées pour le paiement des frais de réinscription, et le seront également pour le premier trimestre. 

Ces aides viennent compléter les bourses de l'État français, qui accompagnent de manière très importante les enfants français ou binationaux, prenant en charge jusqu'à 100% des frais de scolarité sur des critères de revenu et de patrimoine, et les subventions de l'AEFE (Agence pour l'Enseignement Français à l'Etranger) accordées aux familles cambodgiennes et tierces. Je profite de l'occasion pour rappeler que la 2ème campagne de bourses pour les ressortissants français est ouverte jusqu'au 21 septembre 2021.

 

Quelles sont les nouveautés qui attendent les élèves cette année ?

 

Tout d'abord, les élèves vont découvrir deux nouveaux personnels au sein de l'équipe de direction. Nous avons en effet le plaisir d'accueillir Marc Le Roy, nouveau directeur du primaire, et Stéphanie Leleu, Proviseure adjointe. Nommés par l'AEFE, ils sont au travail depuis mi-Août.

Nous accueillons également de nouveaux enseignants, à la fois au primaire et au secondaire. Deux journées d'accueil et de formation de ces nouveaux collègues ont été organisées lundi 30 et mardi 31 Août.

Des travaux ont eu lieu cet été, et dès la réouverture, les élèves de maternelle pourront profiter d'une cour de récréation en gazon synthétique, à la fois plus confortable et plus esthétique.

Notre terrain de basket-ball, qui sert pour les cours d'éducation physique, les entraînements et les temps de récréation est maintenant couvert, et la pose d'un nouveau revêtement de sol est en cours. 

 

 

De gauche à droite :M. Marc Le Roy, Mme Alix Boyaval, M. Gilles Perinet, Mme Stéphanie Leuleu
De gauche à droite : M. Marc Le Roy, Mme Alix Boyaval, M. Gilles Perinet, Mme Stéphanie Leuleu

Nous inaugurons également pour cette rentrée notre nouveau site internet sur lequel les équipes et les administrateurs travaillent depuis plusieurs mois. Il intègre notre nouvelle charte graphique qui fera l'identité visuelle du LFRD ces prochaines années. Ce sera un vecteur de communication essentiel pour toute la communauté scolaire, et nous sommes assez fiers du résultat.

Enfin, nous fêterons cette année les 70 ans du LFRD. Nous souhaitons faire de cet événement un temps fort pour toute la communauté, mais aussi un fil rouge tout le long de l'année scolaire pour nos élèves.

 

 

Beaucoup d’écoles internationales ont rencontré des difficultés à recruter cette année, qu’en est-il pour vous ?

 

Nous nous attendions comme toutes les écoles internationales à avoir des difficultés de recrutement dans un contexte international incertain et des conditions d'entrée au Cambodge qui peuvent être dissuasives. 

Par ailleurs, ce contexte a incité un nombre non négligeable de nos collègues qui réfléchissaient à un départ à moyen terme à l'anticiper, en particulier pour se rapprocher de l'Europe.

 

Nous avons finalement été étonnés de la fluidité et de la facilité du recrutement. La quasi-totalité des enseignants que nous souhaitions recruter en première intention nous ont dit oui très rapidement. La seule vraie difficulté a été l'étalement dans le temps, en particulier avec des annonces tardives de départ, liées là encore au contexte.

Finalement, nous sommes très satisfaits, non seulement quantitativement puisque tous nos postes seront pourvus à la rentrée, mais aussi qualitativement puisque nos nouveaux collègues, par leurs parcours, leurs niveaux de diplômes, leurs formations et leurs expériences viennent compléter harmonieusement et enrichir nos équipes.  

Les explications de cette attractivité sont sans doute multifactorielles: le Cambodge reste attractif pour les français et le statut du LFRD, établissement AEFE et homologué, accompagné par l'Ambassade, d'une certaine taille tout en restant à dimension humaine, rassure les futurs personnels. 

Je crois aussi que les enseignants que nous avons recrutés adhèrent au projet pédagogique et éducatif que nous leur avons présenté lors des entretiens. 

Un établissement de taille importante permet la richesse pédagogique et éducative: les échanges au sein des équipes, les projets culturels, scientifiques ou éducatifs en commun, la dimension collective de l'aventure humaine est stimulante et enrichissante. 

Enfin, le LFRD a mis en place un accompagnement très important tout l'été pour faciliter les arrivées, et les personnels mobilisés sur ce dispositif ont été formidables. Ce facteur est essentiel dans le contexte actuel.

 

Avez-vous un message à faire passer auprès des élèves, des parents, de la communauté française ? 

 

Nous communiquons depuis déjà plusieurs semaines avec les familles sur les modalités de réouverture et sur les spécificités de cette rentrée.

Je souhaite dire à nos élèves que nous sommes très pressés de les retrouver, en distanciel comme en présentiel.

Je souhaite dire aux parents que malgré les difficultés du contexte, nous allons réussir cette rentrée et tout mettre en œuvre pour que comme l'année passée nos élèves soient en réussite.

Nous savons que le travail très important des enseignants peut s'appuyer sur le soutien et la confiance des familles, et sur la mobilisation de tous.

Nous avons bon espoir de pouvoir de nouveau accueillir les élèves dans les prochaines semaines. Il faut que cette reprise en présentiel ou hybride puisse s'appuyer sur les apprentissages de cette rentrée.

Je veux leur dire tout l'engagement des équipes dans l'accompagnement de la scolarité de nos jeunes.

 

Direction, administrateurs, équipes du LFRD, nous sommes tous conscients de la responsabilité qui est la nôtre au sein de la communauté française, francophone et francophile de Phnom Penh.

Cette responsabilité nous engage à faire toujours mieux, quel que soit le contexte et les obstacles, et à nous adapter en nous appuyant sur de solides fondations et réaffirmant les valeurs de respect, d'exigence et de bienveillance.

En lien étroit avec l'Ambassade et avec l'Institut Français, avec l'ensemble de la communauté, nous souhaitons porter haut les couleurs de la France et ses valeurs.

L'anniversaire des 70 ans du LFRD sera un évènement important. Nous souhaitons qu'il soit digne et représentatif des liens historiques et affectifs qui lient le Cambodge et la France, et qu'il rassemble la communauté éducative et française. 

 

raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir

Actualités

Religion

L’Église catholique du Cambodge accueille un nouveau prêtre français

Le père Etienne Lorta vient d’être nommé à la paroisse de Kampong Cham. Il a 62 ans et a été ordonné prêtre en 1992. Il a passé la majorité de sa carrière en Bretagne d’où il nous vient directement.