Dimanche 24 octobre 2021
TEST: 2248

Derek Bidaut, le Français au cœur khmer

Par Raphaël FERRY | Publié le 11/04/2021 à 03:00 | Mis à jour le 11/04/2021 à 03:00
Photo : Credit.Jeremie Montessuis
derek bidaut Kun Khmer

L’athlète français de Kun Khmer (boxe khmère ) et Bokator, Derek Bidaut s’est vu récemment attribuer la nationalité cambodgienne pour son amour et son implication active dans les arts martiaux depuis une dizaine d’années.

Avec la nationalité cambodgienne, il a également obtenu le nom khmer de Chan Rithysa. lepetitjournal.com a pu lui poser quelques questions.

 

lepetitjournal.com : Dereck, quel à été le parcours qui vous a mené là où vous en êtes ?

Derek Bidaut :Je suis arrivé au Cambodge en 2010, pour me perfectionner en Boxe khmère et me former en Bokator Après quelques 2 ou 3 mois d'entrainement avec l'entraineur Meas Sokry j'ai débuté mes premiers combats sur les plateaux de la télévision cambodgienne.

Petit à petit je me suis fait un nom et j’ai commencé à représenter le Cambodge lors de combats internationaux en Thailande et au Japon.

En parallèle, j'ai suivi une formation en Bokator avec le maître San Kim Sean et décroché mon krama noir premier degré et ainsi que ? mon certificat d'entraineur international.

J'ai participé à de nombreux événements dans lesquels nous avons effectué des performances afin de promouvoir le Bokator au Cambodge. J’ai été invité pour faire des séminaires en France, en Australie et au Japon.

J’ai été invité dans plusieurs émissions TV et j’ai aussi tourné dans plusieurs films.

J’ai délivré 44 combats avec seulement 8 défaites.

Au bout de 7 ans j’ai déposé mon dossier de naturalisation avec l’appui de la fédération de Bokator et de boxe et d’autres personnes. Puis, après plusieurs années de longues procédures j’ai été convoqué car il faut parler couramment le khmer et savoir l’écrire.

dereck bidaut

Pourquoi le Cambodge ?

Pour être honnête un peu par hasard. Je suis venu en 2009 pour un stage de boxe d’un mois suite à un stage que j’avais effectué en France avec la Fédération de boxe khmère. Ça a été une révélation. Je me suis dit que je devais revenir. Un an après je suis revenu et depuis je suis resté. Ici je me sens comme chez moi. J’ai très vite commencé à parler le khmer et le sport m’a permis de m’intégrer très rapidement. J’ai même obtenu ce surnom de "Barang Besdong Khmer" Le « Français au cœur khmer » La plupart de mes amis sont khmers. J’ai rarement fréquenté le monde expat ici. Je suis tout simplement tombé amoureux de la culture khmère.

 

Quelle est la journée typique d’un boxeur et propriétaire de Salle de fitness ?

Lever 6.00 plutôt 6 h ? pour un footing de 10km. Puis premier entraînement de Bokator de 9 h à 10 h. Ensuite repos jusqu’à 13h30. Je reprends l’entrainement de boxe khmère jusqu’à 15h30. Je retourne au bokator pour mon dernier entrainement de 17h30 à 19 h et le soir je rentre et dors. Du lundi au vendredi. Le week end : les plateaux tv, les combats.

Maintenant que j’ai ma propre salle, je ne combats plus et m’entraîne beaucoup moins mais je m'entretiens. La journée je donne des cours privés et le soir des cours collectifs. Avec mes associés nous avons ouvert deux salles que je dirige.

Prodal Figth & Fitness Studio Toul KorK

Prodal Figtt & Fitness Studio Borey Peng huoth the quateria sen sok.

Pour moi ce n’est pas vraiment un travail. J’ai la.chance de vivre de ce que j’aime. J’ai réalisé un de mes rêves.

 

Quels sont vos projets ?

Promouvoir les arts martiaux khmers au Cambodge et à l’international.

Passer mes degrés en Bokator.

J’aimerais former de nouveaux boxeurs.

Faire plus de cinéma. Je viens de finir le tournage de mon dernier « don't sleep », un film d’horreur khmer et je débute aussi dans la chanson en Khmer.

Continuer à développer mes salles de sport Prodal Fight & Fitness Studio.

Organiser des stages de boxe comme on peut en trouver en Thailande.

Et acquérir un bien immobilier aussi.

Il y a tellement de choses que je veux faire ou apprendre.

derek bidaut

Un mot personnel, un message à faire passer ?

Je tiens à remercier tous les gens qui me soutiennent depuis le début que ce soit en France ou au Cambodge.

Et puis un message pour tous les expats qui désirent découvrir les arts martiaux khmers :  n’hésitez pas à nous contacter.

 

Merci Dereck-Rithysa oour ce qui est au fond une belle histoire d’amour et de persévérance, lepetitjournal.com vous présente tous ses vœux de réussite.

 

Prodal Fight& Fitness Studio Street 598 khan toul Kork. Phnom Penh

095  280 078 Eng/Kh , 017 728 347 Fr/Eng/Kh

Nous vous recommandons
raphaël ferry

Raphaël FERRY

Installé au Cambodge en 2010. Je suis tout de suite tombé amoureux du pays et de sa population. Curieux de tout, aimant découvrir l’humain, ses passions, ses motivations, son art de vivre…
0 Commentaire (s) Réagir

Actualités

Religion

L’Église catholique du Cambodge accueille un nouveau prêtre français

Le père Etienne Lorta vient d’être nommé à la paroisse de Kampong Cham. Il a 62 ans et a été ordonné prêtre en 1992. Il a passé la majorité de sa carrière en Bretagne d’où il nous vient directement.