Des crèches dans les usines de vêtements pour prévenir la malnutrition

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 19/04/2022 à 18:30 | Mis à jour le 19/04/2022 à 05:21
Photo : AKP. 85 % des 600 000 employés dans l'industrie de l'habillement au Cambodge sont des femmes.
usine textile

Une responsable du ministère de la Santé s’inquiète du manque de crèche dans les usines de confection. En effet, les nourrissons, s'ils ne sont pas allaités pendant six mois, peuvent souffrir de malnutrition.

 

 

Chea Mary, responsable du programme national de nutrition du ministère, a déclaré que seules 43 des 266 usines de vêtements, de chaussures et d'articles de voyage inspectées disposaient de crèches dans leurs locaux ou à proximité.

 

L’importance de l’allaitement dans le développement des nourrissons

 

L’absence de ces crèches conduit la plupart des parents à confier leurs enfants à un grand-parent, a-t-elle déclaré lors d'un séminaire organisé le 7 avril sur le rôle des grands-mères dans le développement de l'enfant.

 

"Lorsque les familles travaillent dans des usines, cela entraîne une mauvaise alimentation et un allaitement insuffisant", a-t-elle dit. « Or nous savons que l'allaitement est le point le plus important pour le développement d’un enfant pendant les 1 000 jours qui suivent sa naissance. Si nous ratons cette étape, cela entraînera davantage de malnutrition au Cambodge."

 

 

Mary a déploré que les 90 jours de congé de maternité accordés par la loi ne correspondent pas aux objectifs du programme de nutrition visant à maintenir l'allaitement maternel pendant six mois. Le porte-parole du ministère du Travail, Heng Sour, n'a pas encore répondu aux questions.

 

"Mais ce qui nous inquiète le plus, c'est que pendant six mois, les mères ne peuvent pas allaiter et cela affecte donc davantage la santé du bébé", a déclaré Mary qui propose la création des crèches dans les  usines comme option pour permettre de continuer l'allaitement tout en reprenant le travail.

 

Des parent pas toujours disposés à laisser leurs enfants

 

Les responsables de l'ONG chrétienne World Vision estime que 85 % des 600 000 employés dans l'industrie de l'habillement au Cambodge sont des femmes. Cependant, la création de crèches sur le lieu de travail n’est pas forcément l'option préférée de tous les parents de l’industrie.

 

La Nat et son mari travaillent tous deux à l'usine de confection Taieasy International, dans le district de Krakor à Pursat. Ils laissent leur enfant à la mère de Nat, « Taieasy n’a pas de crèche » dit-elle.

 

"Ce serait bien si l'usine mettait en place une crèche, mais je n'y amènerais probablement pas mon enfant. Je continuerai de le confier ma mère", a-t-elle déclaré. 

Le soir, je rentrerai à la maison, je les retrouverai et je m’occuperai de mon enfant.

 

 

Ath Thorn, président de la Confédération cambodgienne du travail, estime que seulement 10% des usines disposent d'une crèche, mais il pense que "personne" ne veut pas utiliser un tel service.

 

En principe, l'entreprise devrait être responsable de la mise en place de crèches, de personnel médical, de baby-sitters et de suffisamment de jouets [pour divertir leurs enfants]. C’est  seulement alors que les parents y enverront leurs enfants.

 

 

La Banque mondiale a déclaré qu'elle mettait en place, avec le Fonds japonais de développement social,  22 nurseries communautaires pour les travailleurs de l'habillement dans trois provinces, dans le cadre d'un programme de subventions de 2,7 millions de dollars.

 

Khut Sokun

Article traduit avec l'aimable autorisation de VODenglish afin de la rendre accessible à un public francophone.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale