La Troddi, une danse traditionnelle cambodgienne pour attirer la bonne fortune

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 15/04/2022 à 02:03 | Mis à jour le 15/04/2022 à 04:08
Photo : AKP
danse traditionnelle trodi D

La "Troddi" est l'une des danses folkloriques khmères des plus populaires exécutée le plus souvent à l'occasion du Nouvel an, "Chaul Chhnam Thmei". Elle permet  de chasser tous les malheurs de l'année précédente et souhaiter la bonne année. Si vous vous promenez, vous pourrez croiser des troupes de danseurs.

 

Elle est également exécutée pour solliciter la pluie en cas d’une sécheresse prolongée.

 

Les origines de la Troddi se perd dans le temps

 

En fait, personne ne sait quand ni où la "Troddi" est apparue au Cambodge.

Selon une hypothèse, elle pourrait être liée à la croyance que si un animal sauvage faisait irruption dans le village, il en emportait toutes les bonnes choses. Les habitants se rassemblaient alors et accomplissaient des rites à base de parfums et de substances colorantes, pour demander à l’animal de partir en leur rendant leur bonne fortune.

 

C'est peut-être en s’inspirant de ce rituel que la danse "Troddi" a été créée avec des danseurs représentant différents animaux tels que le cerf rouge, le taureau, le paon, qui se présentaient devant les villageois pour être aspergés de parfum et peints avec des pigments. 

La population croyait que si un véritable animal venait à entrer  alors dans le village,  il ne leur porterait plus malheur. Dès lors, la danse a été exécutée chaque année.

 

danse traditionnelle troddi B.jpg
AKP

 

Pourtant, selon certains documents, la danse "Troddi" trouve son origine dans le groupe ethnique "Samré", qui vivait avec les Khmers sur l'ancienne terre de "Sovannaphum" (terre d'or) lorsqu'elle n'était pas influencée par la civilisation indienne (à partir du 1er siècle).

 

Ensuite, la danse fait partie du patrimoine du peuple cambodgien. Il est intéressant de noter qu'aujourd'hui, un petit nombre de "Samrés" vit encore dans la partie nord du lac Tonle Sap.

 

Autrefois, la danse "Troddi" était exécutée à chaque nouvel an devant les rois et les familles royales pour leur souhaiter la bonne année.

 

La composition du groupe de danseurs

 

Le nombre d'artistes varie en fonction des souhaits des gens, mais ils sont généralement 16, dont quatre danseurs principaux, deux femmes et deux hommes, un taureau représentant les forces du mal, un "Dangdol" (personne portant un instrument de musique), quatre "Kanhche" (personne faisant le clown ici et là), deux géants, deux monstres, deux joueurs de tambour, un chasseur et quelques autres.


Fidèle à la tradition, le Premier ministre  a reçu dans sa maison un groupe de danseurs.

 

danse traditionnelle troddi
AKP

 

Source AKP

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale