Comment recruter des volontaires au Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 12/09/2022 à 01:01 | Mis à jour le 12/09/2022 à 10:53
Photo : France Volontaires
une groupe de jeunes filles discutent autour du sujet du volontariat

Second volet de notre mise en lumière du volontariat au Cambodge. Après un premier article qui traitait de comment devenir volontaire où l’on découvrait que ce statut n’était pas limité à une classe d’âge particulière et qu’il regroupait sous un même vocable des réalités bien différentes - tant en termes de missions que de durées - il est temps maintenant de nous renseigner sur qui peut recruter des volontaires.

 

Comme précédemment nous nous sommes tournés vers France Volontaire pour répondre à nos questions. Rappelons que France Volontaires se définit comme « le fruit d’une construction partagée entre des acteurs publics et associatifs impliqués dans la solidarité internationale. Opérateur du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, elle réunit l’Etat, des collectivités territoriales et des associations autour d’une mission d’intérêt général : le développement et la promotion des engagements volontaires et solidaires à l’international. »

Elle accompagne donc les volontaires dans leur démarche, du choix de la mission à l’accompagnement sur place, jusqu’au retour à la maison. Mais elle apporte aussi son soutien aux structures qui les accueillent. 

 

volontariat eau cambodge
 Anne-Isabelle Münz, volontaire de solidarité internationale, engagée pour un projet d’eau et d’assainissement au Cambodge

 

Mme Voleak Sok, représentante nationale de France Volontaires au Cambodge, a répondu à nos questions.

 

Bonjour Madame, quelles sont les structures qui peuvent recruter des volontaires ?

En général, au Cambodge, une association locale, une ONG nationale ou étrangère, une collectivité territoriale, une université ou un autre type d’organisme public peut tout à faire faire appel à des volontaires conventionnés. S’il s’agit d’une ONG, il faudra toutefois s’assurer qu’elle est bien enregistrée auprès du Ministère de l’Intérieur ou du Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, afin de sécuriser l’arrivée du volontaire international au Cambodge.

On appellera alors ces organisations des « structures d’accueil » et elles devront se rapprocher d’une « structure d’envoi » en France, c’est-à-dire d’une association établie en France et agrémentée par l’Etat pour envoyer des volontaires à l’étranger.

 

Quels sont les principaux types de contrats qui peuvent être proposés ?

Les contrats les plus répandus sont celui d’engagement de service civique et celui de volontaire de solidarité internationale (VSI).

Le premier peut s’avérer très intéressant pour des petites structures voulant faire appel à des jeunes motivés et engagés de 18 à 25 ans car le dispositif est majoritairement pris en charge par l’Etat français. Ce sont souvent des missions d’accompagnement ou de soutien à un projet de l’association occupées par des jeunes réalisant une première expérience à l’étranger. Pour cette raison, l’association doit également s’assurer de pouvoir réaliser le suivi et le tutorat du volontaire dans le cadre d’une mission bien définie à l’avance.

Le deuxième contrat, le VSI, s’adresse à tout le monde sans condition d’âge ou de nationalité et est censé apporter des compétences spécifiques et une certaine expertise au sein de la structure d’accueil sur un projet de celle-ci. Cette fois-ci, la prise en charge financière de ce volontaire se répartira entre la structure d’envoi et la structure d’accueil en fonction des moyens de chacune.

 

volontariat  cambodge
France Volontaires

 

En dehors de ces deux dispositifs qui sont les plus répandus, il existe beaucoup d’autres moyens d’obtenir le soutien de volontaires. Les associations au Cambodge pourraient notamment être intéressées pour faire appel à des spécialistes et experts en « congé de solidarité » où un salarié d’une entreprise pourrait venir s’engager pendant un temps relativement court au sein d’une association aux frais de l’entreprise du salarié ou aux frais de ce dernier. Il y a également un autre dispositif intéressant : le volontariat sénior, c’est-à-dire destiné à des personnes retraitées qui pourraient amener des compétences spécifiques sur un projet pendant deux semaines à un an ! L’association AGIRAbcd a déjà envoyé de nombreux volontaires séniors au Cambodge par le passé.

Dans tous les cas, je recommande aux associations intéressées de contacter France Volontaires au Cambodge. Nous pourrons discuter et les orienter au mieux vers les dispositifs de volontariat adaptés à leurs besoins et leurs moyens.

 

La structure accueillant des volontaires peut-elle recevoir des aides ?

Oui, plus précisément, pour le service civique, quand je dis qu’il est majoritairement pris en charge par l’Etat français, cela veut dire qu’une indemnité de 541,17€ sera directement versée par l’Agence du Service Civique au volontaire chaque mois tandis que l’association faisant appel au volontaire devra verser une prestation de subsistance, d’équipement, de logement et de transport, en nature ou en espèce, de 111,35€ par mois.

 

Dans le cadre de dispositifs non français de volontariat, il y a des prises en charge possibles de certains frais comme pour le Volontariat européen d’aide humanitaire (EU Aid Volunteers).

 

Enfin, si la structure est étrangère et bien enregistrée auprès du ministère des Affaires étrangères, elle pourra obtenir un visa de courtoisie pour son volontaire. Ici, c’est l’Etat cambodgien qui fournit alors une aide en octroyant gratuitement et sous certaines conditions un visa pour les volontaires.

 

Quels conseils donnez-vous à ceux qui cherchent à recruter des volontaires ?

Je les conseille bien entendu de nous contacter et de nous rencontrer. France Volontaires a son propre Espace Volontariats au Cambodge depuis 2011 et nous avons l’expérience d’accompagner les structures à recevoir des volontaires, autant sur le plan administratif que humain.

 

Le plus important est de bien se préparer à accueillir un volontaire, d’offrir un encadrement et un suivi suffisant pour que la mission se déroule pour le mieux, dans l’intérêt de la structure et dans celui du volontaire, afin d’en tirer la meilleure expérience interculturelle possible.

 

Nous conseillons également aux structures de faire appel à des volontaires pour une durée plutôt longue, à partir de 6 mois. C’est souvent le mieux, pour que le volontaire ait le temps de s’adapter et de s’intégrer à sa structure. Une longue durée, c’est également plus avantageux pour les publics bénéficiaires.

 

volontariat  cambodge
France Volontaires

 

Merci Mme Sok. Rappelons que le 1er octobre se tiendra la Journée du Volontariat Français à l’institut français du Cambodge où tous les acteurs du domaine pourront se rencontrer. Cette journée fera l’objet d’un article spécifique ultérieur.

 

Pour ne rien manquer de l’actualité francophone du Cambodge, pensez à vous abonner à notre lettre d’information en cliquant sur ce lien. Précisez bien : l’édition du Cambodge et hop le tour est joué.

À bientôt.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale