Samedi 21 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BUCAREST CENTENAIRE - Maison des Lahovari, art nouveau à la roumaine

Par Bucarest/Centenaire | Publié le 12/09/2019 à 00:00 | Mis à jour le 12/09/2019 à 08:42
Photo : Pinterest
casa-lahovary

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, la famille des Lahovari était souvent comparée aux Bratiano, les Lahovari étant la plus importante famille politique de Roumanie appartenant au Parti Conservateur. Les frères Alexandru, Ion (le père de l'écrivain roumain d'expression française, Marthe Bibescu) et Jacob Lahovari occupèrent plusieurs fois les fonctions de ministre des Affaires Etrangères, et selons les dires de C. Iordachita dans "Familia Lahovari. Ascendenţă şi destin politic" c'est justement cette succession (1890-1907) qui a garanti le rapprochement de l'état roumain avec l'Entente franco-russe, anticipant ainsi l'implication de la Roumanie dans la première Guerre Mondiale.

 

 

Avant de rejoindre la politique des affaires étrangères roumaines, Jacob Lahovari avait été ministre de la Guerre, s'avérant être un précurseur digne du général Berthelot. Refusant de rester uniquement un bon stratège et un commandant des armées, il était toujours sur la ligne de front principal pendant la guerre d'Indépendance, aux côtés des soldats. Il ne cherchait pas les honneurs, et se laissait conduire par l’amour le plus sincère pour la Roumanie qu’il a transmis également à sa petite-fille Martha, et avec le temps, l'attachement pour le jeune royaume indépendant deviendra un mode de vie.

 

 

L'un de ses principaux soutiens fut l'architecte roumain Ion Mincu, fraîchement diplômé de l'Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris à qui on a confié le projet de la maison du général Lahovari. Le jeune architecte créa une harmonie entre les courbes dans le style Art Nouveau et la mythologie roumaine, devenant ainsi le père du style néo-roumain. Tant la construction en elle-même que les décorations extérieures trouvaient leurs sources d’inspiration dans les vieilles maisons de paysans et de boyards des principautés roumaines, mais aussi dans les monastères byzantins, les bâtiments aux influence turques-phanariotes (propre au Bucarest du XIXe siècle) ou encore les palais et les églises construites par Constantin Brancoveanu dans le style architectural qui porte son nom. Dans une interview pour la revue Arhitectura, Mincu déclarait: "J’ai cherché l'expression la plus typique et la plus simple, surtout que les dimensions réduites le permettaient. J’ai utilisé la polychromie, qui est dans la nature du Roumain et pour cela j’ai fait appel au carrelage pour des raisons de durabilité et de beauté."

 

 

Construite en 1886, la maison Lahovari représente la renaissance des racines saines d'un arbre brisé par la tempête, dont la façade cumule des siècles d'histoire. L'entrée principale est marquée par un balcon central dans le style des manoirs de boyards, dont le toit repose sur des piliers en bois, soutenus par des petits pylônes épais. On peut remarquer un intérêt particulier pour les éléments architecturaux orientaux car à la place des arcades courtes typiques, on retrouve des hautes voûtes de style turque, en forme d'accolades, d'où ressortent des médaillons verts en céramique, décorée avec des motifs ethnographiques spécifiques de la région de l'Olténie. L’ensemble du balcon est couronné par une ceinture en terre cuite, représentant des éléments de la culture militaire roumaine, rappellant les origines du peuple roumain – en sachant que l'architecture roumaine de la Dacie était pauvre en ornements, les bâtiments ayant principalement un caractère militaire. A l’opposé, on retrouve deux frises latérales, identiques, réalisées dans le même céramique émaillée et colorée, représentant des miniatures de dragons, rappelant le vieil étendard des Daco-Gètes. Ainsi, l'architecture classique reprend ses droits grâce aux motifs ornementaux choisis et à travers la disposition symétrique des fenêtres latérales dans la partie inférieure des bas- reliefs.

 

 

Les historiens contemporains considèrent la Maison Lahovari comme le premier bâtiment de style néo-roumain, Ion Mincu misant sur l'affirmation de l'esprit national et la reconnaissance de l'architecture traditionnelle. Quant à Jacob Lahovari, il avait ordonné la construction d'une habitation roumaine, d’où il avait secrètement planifié l'union de la Transylvanie avec la Roumanie. Si son destin lui aurait permis de vivre une décennie de plus, il aurait vu son rêve devenir réalité.

 

 

Sources: E-architecture.ro, Historia.ro, Bucurestiivechisinoi.ro

 

Ana-Maria Roșca

 

Traduction : Lucas Cosset

 

Article réalisé dans le cadre du Programme Culturel București - Centenar avec le soutien de Primăriei Municipiului București à travers Administrația Monumentelor și Patrimoniului Turistic 

 

AMPT-logoPMB-logo

 

 

 

Nous vous recommandons

Bucarest/Centenaire

Bucarest/Centenaire

Toutes les personnalités roumaines qui ont marqué ces 100 dernières années, dans le cadre de la célébration du centenaire de la grande Roumanie, en partenariat avec l'AMPT (Administratia Monumentelor si Patrimoniului Turistic)
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

REVEDEST jeu 26/07/2018 - 12:43

C'est idiot de faire un papier aussi bien documenté sans même donner l'dresse où voir cette jolie maison!

Répondre
Commentaire avatar

Gabi Orban jeu 15/11/2018 - 22:47

Pour REVEDEST L’adresse est: Str. Ion Movilă 5, sector 2, Bucarest. Ce n’est pas facile d’y accéder car ca se trouve carrément dans la cour d’un hôpital. On peut voir plus de détails sur ce lien : https://photoexplorers.wordpress.com/2012/02/19/casa-lahovari/

Répondre
Commentaire avatar

Florilège mer 25/07/2018 - 09:49

Je recommande la biographie super de Marthe Bibesco Lahovary par Ghislain de Diesbach, un de mes livres cultes. Si les archi roumains voulaient nous faire des bâtiments modernes avec cette architecture néo roumaine, se serait le bonheur absolu et sûrement le succès garanti !

Répondre

Expat Mag

Munich Appercu
TRADITIONS

INSOLITE - Les petits secrets de l'Oktoberfest

L'Oktoberfest est connue dans le monde entier. Certes. Mais certains chiffres et certaines anecdotes sont pourtant passés sous silence ou tombés dans l'oubli. En voici un florilège.