Jeudi 2 avril 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HISTOIRE D'UN LIEU - Le Palais CEC

Par Allan Bourgeais | Publié le 16/05/2017 à 22:00 | Mis à jour le 16/05/2017 à 13:37
PalatulCEC

Présenté comme l'un des symboles de l'influence française sur l'architecture roumaine du début du XXème siècle, le Palais CEC est l'un des bâtiments les plus remarquables de Bucarest, mais connaissez-vous son histoire?

 

 

C'est sur les ruines de l'église "Sfântul Ioan cel Mare", dans la rue calea Victoriei, qu'a été construit le premier Palais CEC, d'après les plans de l'architecte français Jean Alfred Gottereau. Il fut réalisé dans l'optique d'accueillir l'une des plus vielles banques de Roumanie; CEC signifiant caisse des dépôts et des envois.

 

 

Cependant, ce n'est que le 8 juin 1897, que la première pierre du palais que nous connaissons aujourd'hui, est posée, en présence du roi Carol Ier et de la reine Elizabeth. Ce nouveau palais est construit d'après les plans du fils de l'architecte Jean Alfred Gottereau, Paul Gottereau. Celui-ci s'est fait connaître pour son implication dans la construction du Palais Royal et de la Bibliothèque Universitaire Carol I, mais aussi pour avoir réalisé les plans du palais Cotroceni. La construction de l'édifice sera supervisée par l'architecte roumain Ion Socolescu et durera 3 ans.

 

Le bâtiment en lui-même est construit dans un style éclectique. Sa haute entrée en arc qui précède un dôme bas de verre et d'acier, n'est pas sans rappeler les formes du Petit Palais de Paris construit pour l'exposition universelle de 1900. Un style qui servira d'inspiration dans le monde entier.

 

Au-dessus des marches donnant sur la porte d'entrée, les sculptures d'Hermès et de Déméter, symboles respectifs de commerce et d'abondance, encadrent une large horloge. Ce travail de sculpture qui couvre l'ensemble du bâtiment est attribué au sculpteur roumain Athanasie Constantinescu. Les peintures intérieures, quant à elles, sont l'?uvre de Costin Petrescu, notamment une peinture encore d'époque de la déesse Fortuna distribuant les biens après l'indépendance. D'autres tableaux malheureusement n'ont pas eu la chance d'avoir été conservés. En effet, les peintures murales des souverains roumains furent repeintes lors du régime communiste. On peut cependant aujourd'hui y voir les reproductions de l'artiste Valentin Tanase.
 

Privatisé en 2005, le Palais CEC n'est toujours pas ouvert au public et il faudra attendre ce samedi, la nuit des musées, pour que nous puissions enfin admirer la verrière de ce petit bijou d'architecture.

 

 

Allan Bourgeais (www.lepetitjournal.com/Bucarest) - Mercredi 17 mai 2017

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet