Les traditions de Noël en Allemagne : le Räuchermann et le Schwibbogen

Par Juliette Corbin | Publié le 14/12/2021 à 14:15 | Mis à jour le 14/12/2021 à 14:15
Photo : © CC - Olivier Merkel
Schwibbogen

Les traditions minières de la région de l’Erzegebirge font aujourd’hui partie intégrante des décorations de Noël en Allemagne. Parmi elles, le parfum du Räuchermann et les lumières du Schwibbogen.

 

Le Räuchermann, l’ « homme fumeur » au parfum de Noël

Mentionné pour la première fois vers 1830, la fabrication et l’utilisation du Räuchermann fait aujourd’hui entièrement partie de l’art populaire et des coutumes de l’Erzegebirge, diffusée dans toute l’Allemagne, pendant la période de Noël. Inventé par des fabricants de jouets de la région, les Räuchermanns ont un aspect décoratif et sont installés à partir de la période de l’Avent, à côté de l’arc de lumière, le mineur, l’ange et la pyramide de Noël afin d’apporter une atmosphère rustique dans les intérieurs.

Ce petit bonhomme en bois dans lequel on place un conne d'encens allumé, se met à fumer et alors que l'encens se consume à l’intérieur de lui et que la fumée se diffuse par sa bouche. La volutes de fumée s’échappent et parfument alors les intérieurs d’une odeur qui rappelle aux petits et grands l’approche de Noël. Les cônes peuvent avoir des odeurs variées mais les plus traditionnelles sont celles des arbres, notamment du sapin.

Mesurant entre 10 et 30 cm, leur apparence peut être très différente, petits et grands, décorés ou en bois à l’état naturel, avec une pipe à la main ou bien reproduisant des professions typiques de la région de l’Erzegebirge, comme ramoneur, mineurs, gardes forestiers, pilote ou cocher. Ces figurines sont fabriqués à partir de bois locaux comme l’érable, le tilleul, l’épicéa, le hêtre et le bouleau, pour obtenir un prototype fait à la main qui sera sculpté pièces par pièces. Ensuite, il faut scier les différents éléments du fumoir et éventuellement fabriquer les outils spéciaux additionnels.

En 1937, Erich Lang a même créé la chanson de Raachermannel, qui chante les louanges de ce personnage d’homme fumeur.

Räuchermann
© CC - Kora27 - Räuchermann

 

L'arc de lumière des mineurs de l'Erzegebirge, le Schwibbogen

Le Schwibbogen, littéralement « arc de lumière » est un arc lumineux qui peut prendre différentes tailles, en bois ou en métal, que l'on installe pendant la période de l'Avent et de Noël. Derrière les fenêtres, dans le jardin, sur les places publiques ou en miniature dans le salon, il sert principalement de décoration de Noël et fait partie intégrante de l’art populaire de l’Erzegebirge.

Sur l’arc boutant, semblable à un pont, des bougies sont fixées afin d’exprimer la nostalgie des mineurs pour la lumière du jour qu’ils ne voyaient pas pendant les longues semaines d’hiver. En effet, le soir de Noël, les mineurs se recueillaient dans les mines et suspendaient leurs lampes au mur en forme d’arc, puis accrochaient leurs lampes à l’entrée produisant alors une arche lumineuse. C’est donc à partir de cette idée que l’on fabriquera plus tard l’arc de lumière, d’abord fabriqué en métal puis aujourd'hui principalement en bois.

Les motifs sculptés sur l’arc en bois reflètent le quotidien des mineurs, de leurs familles et des paysages. L’un des motifs les plus représentés et celui de deux mineurs portant un blason avec les épées de l'élection de Saxe, un sculpteur sur bois et une dentellière, incarnant ainsi trois des principales sources de revenus de la population rurale des Monts métallifères aux 18ème et 19ème siècles.

Véritable symbole de Noël en Allemagne, on retrouve aujourd’hui de nombreux Schwibbogen fabriqués à partir de LED électriques.

 

Schwibbogen
© CC - Kora27 - Schwibbogen

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Sur le même sujet
Portrait de Juliette Corbin

Juliette Corbin

Étudiante en troisième année à Sciences-Po Strasbourg, elle passe un semestre à Berlin, où elle rejoint comme stagiaire la rédaction du petitjournal.com
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale