TEST: 2269

Le cri d’amour de Sadiq Khan pour les Européens

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 01/06/2021 à 20:24 | Mis à jour le 01/06/2021 à 20:42
Photo : Mayor's Press Office - Twitter
Un bus rouge à l'anglaise de la mairie avec écrit "nous sommes tous londoniens" dans toutes les langues européennes

« Nos amis, nos voisins, nos collègues » : telle est la vision flatteuse des européens que clame le maire de Londres. La date butoir pour le « Settlement Scheme », enregistrant les citoyens de l’U.E qui souhaitent continuer de s’expatrier dans le Royaume, demeure fixée au 30 juin.

 

Sadiq Khan formule une demande pro-européens au gouvernement …

Alors que plus de 100 000 citoyens européens de Londres ne sont pas encore enregistrés via ce programme, le maire invoque un manque de documentation accessible et explique ses inquiétudes. En effet, il craint que les concerné(e)s soient victimes de discrimination face aux employeurs, aux propriétaires de logements et dans leur accès aux services publics.

Une appréhension qui rentre dans la vision du maire de la ville de Londres post-pandémique et post-Brexit. À savoir : une ville attractive qui se rouvre au monde et célèbre ses particularités. Ce qui en a d’ailleurs toujours fait l’une des capitales les plus cosmopolites du globe !

Dès lors, pour éviter un effet de « répétition des injustices auxquelles la génération Windrush fut confrontée », Sadiq Khan a d’ores et déjà investi 180 000 livres pour des organismes civils qui soutiennent les européens vulnérables, pour lesquels l’accès aux ressources en lignes s’avère difficile. Mais par-delà de cette action, il appelle les ministres à faire preuve de bon sens et à repousser l’échéance, afin de laisser une marge de manœuvre aux plus démunis et aux moins documentés face à l’effectivité imminente du Brexit.

… Et en profite pour déclarer sa flamme aux ressortissants européens !

Le maire ne tarit pas d’éloges envers nos confrères et consœurs. Au-delà de cet appel formel à faire preuve de plus de flexibilité, il a aussi tenu à exprimer ses bons sentiments envers les européens, et ce en dépit du contexte. Il crie haut et fort que « Londres ne serait tout simplement pas la même sans l’extraordinaire contribution des londoniens d’Europe qui y résident » , lesquels sont ses « amis, voisins et collègues ».

Des propos in fine peu surprenants de la part de celui qui se revendiquait de « la famille européenne » dès les prémices du Brexit. Il s’agit néanmoins surtout de propos dont on espère qu’ils prendront racine chez Downing Street, pour ne pas négliger des siècles de vivre-ensemble et de cosmopolitisme .

 

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale