Agnès Gaudron : « L’utilisation abusive du mot organic perd les consommateurs »

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 04/06/2022 à 23:14 | Mis à jour le 04/06/2022 à 23:14
Photo : Agnès Gaudron
Cinq types de shampoings bio

Bio, organique, d’origine naturelle… les formulations utilisées par les marques pour certifier aux clients qu’un produit provient bien de l’agriculture biologique sont parfois difficiles à appréhender. Agnès Gaudron, propriétaire à Londres d’un institut de beauté et d’un salon de coiffure qui n’utilise que des produits bio, nous éclaire sur la question.

 

Ancienne esthéticienne à l’hôpital, la Londonienne est consciente de la nécessité pour certaines personnes de recourir à des produits exclusivement biologiques. Lors de notre première rencontre il y a quelques mois, elle nous alertait déjà sur le flou entretenu par la surutilisation du mot « organic ».

 

« En soin contre le cancer ou hospitalisés à la suite d’une chirurgie compliquée, il fallait faire très attention à tout ce que nous appliquions sur la peau des patients. Lorsque j’ai ouvert mon institut, cela a été ma priorité. Aujourd’hui, nous ne travaillons qu’avec des produits bio certifiés. Et cela va bien plus loin que le terme « organic » utilisé par les Anglais. De ce côté-ci de la Manche, si les marques utilisent une seule plante issue de la culture bio, elles peuvent alors se prévaloir d’un produit organique. En fait, c’est complètement faux », nous confiait-elle à l’époque.

 

La guerre des labels et des certifications

La législation en la matière, moins stricte au Royaume-Uni qu’en France, permet ainsi aux marques de jouer avec les mots pour vendre leurs produits. Au risque, parfois, de tromper la clientèle. « En lisant le mot "organic", beaucoup pensent acheter des produits biologiques, alors que ce n’est pas le cas. Les consommateurs sont censés pouvoir choisir leurs produits de façon éclairée, grâce à des informations fiables. En Angleterre, c’est plus compliqué », souligne Agnès Gaudron.

 

L’esthéticienne conseille à tous de rester vigilants. « Plusieurs logos certifient aux clients qu’ils achètent bien un produit bio. Je peux notamment citer “Ecocert”, “Cosmos Organic”, “Soil Association organic” – un label anglais – ou encore “Cosmebio”, qui est délivré par un organisme de certification agréé et indépendant, selon des référentiels français et européen », explique-t-elle. D’autres labels, à l’image de Nature et Progrès ou de Natrue, sont quant à eux accordés par des ONG.

 

 

Les certifications bio en cosmétique
Ces trois certifications vous permettront de mieux vous repérer lorsque vous souhaitez acheter des cosmétiques biologiques.

 

Une seule chose à faire : vous rendre chez Agnès Organic !

Ce qui ajoute encore au manque de lisibilité pour les consommateurs, c’est que certaines marques possèdent leur propre certification, et peuvent donc établir elles-mêmes les critères pour qu’un produit soit considéré comme bio », affirme Agnès, qui propose aussi des peelings naturels. C’est notamment le cas de Pierre Fabre, deuxième laboratoire dermato-cosmétique mondial, qui a récemment lancé son « Green Impact Index », validé par l’Afnor, un organisme indépendant.

 

Au moment d’acheter il est donc nécessaire de savoir « lire entre les lignes » et de bien se référer aux logos mentionnés ci-dessus. Et pour les consommateurs les plus inquiets, rassurez-vous. Grâce à son expérience et à son expertise, Agnès Gaudron saura vous donner les meilleurs conseils pour vous guider sur votre choix et sur votre manière d’utiliser ses shampoings, ses soins et ses crèmes biologiques. Il ne vous reste plus qu’une seule chose à faire : prendre rendez-vous immédiatement chez Agnès Organic, elle saura prendre soin de vous.

 

 

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale