Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Les finalistes « Culture / Art de Vivre » des Trophées ASEAN 2022 sont…

VISUEL TROPHEE CULTURE ART DE VIVRE 2VISUEL TROPHEE CULTURE ART DE VIVRE 2
Écrit par Lepetitjournal.com International
Publié le 17 novembre 2022, mis à jour le 18 novembre 2022

 

Avant de découvrir le résultat lors de la cérémonie du 6 décembre prochain, découvrez les 5 finalistes du Trophée Culture, Art de Vivre des Trophées des Français d’Asie du Sud-Est, parrainé par TV5 Monde.  

 

Béatrice Caisson, Fondatrice de Tahiti Dance Fitness, à Singapour 

Béatrice Caisson est née en Polynésie Française et partage sa passion entre la danse Tahitienne, la culture polynésienne et le coaching depuis 14 ans à Singapour. En 2009, en rendant visite à sa sœur, elle se rend compte que la culture tahitienne n’est absolument pas représentée sur l'île. Elle décide de rester, de créer son école de danse et initie la culture tahitienne à Singapour : « Le respect de soi et l’altruisme se développent ensemble, un pas à la fois, quotidiennement. C’est ce que j’enseigne et partage par le biais de la danse et la culture polynésienne » confie-t-elle. En 14 ans, Béatrice Caisson a entrainé plus de 3000 femmes et enfants et a organisé des spectacles caritatifs annuels pour des projets humanitaires locaux dans plusieurs théâtres. Son activité s'est étendue via des cours en ligne et des communautés TahitiDanceFitness dans différents pays comme la Corée du Sud, le Japon, la Norvège, les Etats-Unis et l’Australie.

 

Béatrice Caisson

 

 

Vincent Cateigne, artiste pluri-disciplinaire à Singapour 

A Singapour depuis 2012, Vincent Cateigne travaille dans la musique depuis ses 20 ans : « Dans un premier temps, j'ai enseigné la musique dans la Cité Etat, sans perdre de vue ce qui m’anime : créer, proposer des expériences artistiques nouvelles, éveiller les sens. ». En 2013, l’artiste crée la performance live « Plumbum” , en collaboration avec une peintre singapourienne et publie un livre musical en 2017. En 2019, sort son premier album « Atmosphere », puis en 2020, un second opus nommé « Izipizi ». En 2020, sort le single « Cœur vagabond » en featuring avec le slameur La Voix Basse. Les projets artistiques fusent : Vincent Cateigne crée une société de sound design "Le studio nomade » et intervient régulièrement sur Art District Radio avec  « Mon B.O Ciné », une émission sur les films qui parlent de musique. Il sort un nouvel album instrumental, nommé "Singapore 57.5" : « Concerts, livre musical, albums instrumentaux, émission de radio... Je me rappelle ce fils d'ouvrier né à Beauvais dans une famille aimante et modeste avec une gratitude infinie, mais aussi avec la fierté d'avoir cru jusqu'au bout en mes rêves d'enfant. » confie-t-il. Vincent Cateigne a également collaboré en 2022 avec Marie Dailey à la création d’un podcast pour lepetitjournal.com intitulé « La pastille sonore ».

 

Vincent Cateigne

 

 

Gersende Feitouchi, artiste et designer à Singapour

Gersende Feitouchi est artiste designer, avec un background communication publicité et marketing. Arrivée à Singapour il y a presque 6 ans, elle a décidé de se consacrer entièrement à sa passion pour la rendre accessible à tous. Son concept artistique est unique à Singapour :  Il est basé sur le mix media et l’upcycling de matériaux (carton, plastique, aluminium, tissus, éléments de décoration…)  « En peu de temps, j’ai su créer un dynamisme autour de mon concept original, et stimuler l’envie chez une cible de clients différents (…) Cette sensation unique de pouvoir créer différemment, être en proche contact avec la communauté, partager cette expérience ensemble. Cela m’a permis d'asseoir une certaine légitimité sur la scène du street art à Singapour. ». Membre active de « Women Artists Association in Singapore », elle a eu l’opportunité d’exposer à Sota, Deck, Ion gallery, 1Arts. Gallery, Affordable art fair, Chinese cultural center, Chui Huay lim club, the substation et également au Cambodge, en Indonésie, aux Philippines et en Chine. En plus de faire découvrir le street art, Gersende Feitouchi a lancé la marque « hello Art », une collection de produits tendance et quotidiens autour de l’art : « Mon objectif est de rendre accessible l’art pour tous. »

 

Gersende Feitouchi

 

 

Pierre Mounier, ébéniste, architecte d'intérieur et Cofondateur Citizens ID, en Birmanie

En 2012, avec un CAP Ébéniste et un Diplôme de Métiers d’Arts spécialité Architecture intérieur, Pierre Mounier part vers la Birmanie, « avec une envie mordante de confronter et d’appliquer ma passion pour l’ébénisterie et l’architecture d’intérieur à de nouveaux horizons » confie-t-il.  Deux ans plus tard, il co-crée Citizens ID, une agence de design et d'architecture d’intérieur. Sa marque de fabrique se fonde sur le mélange de cultures entre la touche française, alliée aux pratiques locales sur des matériaux tels que le teck, le marbre, l’os, la feuille d’or. Depuis huit ans, Pierre Mounier a réalisé des centaines de projets variés (design d’intérieur de bureaux, d’hôtel, fabrication d’un bateau, de mobiliers…) et sa marque s’exporte à l’international. Il peut compter sur une équipe de 40 personnes « qui font désormais partie de la famille. Je suis fier et honoré d'avoir également été adopté au sein de leur communauté. » 

 

Pierre Mounier

 

 

Arnaud Nazare-Aga, artiste en Thaïlande 

Arnaud Nazare-Aga est un artiste plasticien basé à Bangkok. En 2014, il se lance dans un grand projet de cœur, la réalisation de 12 sculptures inspirées des personnages de l’œuvre Le Petit Prince, le livre le plus lu et le plus traduit au monde. La reconnaissance de la famille d’Antoine de Saint-Exupéry lui « donne la confiance nécessaire pour poursuivre le projet. ». Aujourd’hui, ses sculptures font le tour du monde, de la Corée du Sud, en passant par le Maroc et Singapour, et sont exposées dans de nombreuses galeries. Arnaud Nazare-Aga souhaite transmettre sa philosophie de vie positive, héritée de son enseignement bouddhiste : « J’ai grandi dans cette profusion de couleurs que l’on retrouve dans les temples, sur les sculptures, j’en suis complètement imprégné. Chaque couleur a sa propre énergie. Elle interagit directement sur notre tempérament, notre humeur. Mon objectif est d’apporter de la joie, du bonheur à travers des sculptures sympathiques. » confie-t-il. Depuis le début du Covid, où toutes les galeries, foires d’art, expositions, et musées ont dû fermer leurs portes, Arnaud Nazare-Aga a travaillé à la création d’une nouvelle série de sculptures inspirées du Petit Prince pour un projet de musée en Corée, sur l’île de Jeju. La même année, il réussit à maintenir la vingtaine d’emplois de mon atelier grâce à la création d’un site Web de vente en ligne. Pour les 120 ans de la naissance d’Antoine de Saint-Exupéry, l’équipe a travaillé à la préparation de 2 expositions majeures du Petit Prince, à Lyon - lieu de naissance de l’auteur du Petit Prince - et à Toulouse - dans les anciens ateliers Latécoère transformés en un musée dédié aux pionniers de l’aviation - , qui a duré deux ans. Enfin, il a créé un lieu de 350m2 d’exposition permanente de ses sculptures dans le business district de Bangkok. Mi-novembre Arnaud reprendra personnellement les foires d’art en Asie en commençant par Singapour après trois ans d’absence.

 

Arnaud Nazare-Aga

 

 

 

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions