Stéphane Glasson : "Le kit de survie pour vivre le confinement"

Par Déborah Collet | Publié le 14/04/2020 à 18:00 | Mis à jour le 15/04/2020 à 11:11
idcov.org coronavirus

idcov.org ou "l’envie de s’entraider" est un site collaboratif qui recense des informations primordiales pour les Français pendant le confinement. De nombreuses initiatives et actions solidaires s’organisent pour aider les plus vulnérables pendant cette période de distanciation sociale. Stéphane Glasson, fondateur d’Idnova et créateur d’idcov.org nous explique comment le site met en relation les Français de l’Hexagone dans un esprit de solidarité.

 

J’ai voulu conjuguer mon métier de développeur et mon temps libre en étant utile pour la société.

 

Quelle est la vocation du site idcov.org ?

Dans ce contexte actuel où la moitié de la planète est confinée, les actions de solidarité n’ont jamais été aussi présentes notamment sur les réseaux sociaux via le hashtag solidarité (#solidarité). Chaque ville et chaque commune avaient comme idée de lancer son site de solidarité soit par un appel aux dons pour obtenir des masques, des gels hydroalcooliques, soit pour venir en aide aux personnes qui en ont le plus besoin. Les habitants hors de la ville n’ont pas forcément accès à ces données. Nous trouvions dommage que chacun réalise une action de solidarité dans son coin. La vocation du site est de rassembler toutes les informations utiles pendant cette période de confinement sur un seul et même site qui regroupe à l’échelle nationale, les pharmacies, les généralistes, les hôpitaux, les dons du sang, les commerces ouverts en France. C’est en quelque sorte, un kit de survie, pour vivre le confinement dans un esprit solidaire et rester optimiste et confiant. Le site a été créé à l’initiative de quatre salariés de la société Idnova de manière personnelle et nous sommes deux développeurs et une graphiste. Nous nous sommes posés la question : quelles compétences pourrons-nous mettre à contribution ? J’ai voulu conjuguer, en accord avec mes valeurs, mon métier de développeur et mon temps libre en étant utile pour la société. Nous nous sommes consacrés à 80% au site depuis plusieurs semaines et la première version est apparue en ligne le 20 mars. 

 

coronavirus idcov.org

 

Quel outil de géolocalisation utilisez-vous pour regrouper toutes les pharmacies, les médecins, les hôpitaux et les commerces de l’Hexagone ?

Pour localiser les pharmacies, les médecins, les hôpitaux et les commerces, nous avons récupéré les données libre de la société idnova Nous utilisons également Open Street Map qui est le deuxième outil de géolocalisation le plus utilisé après Google Map. Cette cartographie recense en période de confinement les horaires des magasins et des commerces ouverts. La plupart du temps, nous allons nous-même chercher sur le web ces données pour ensuite les mettre en formes sur notre site, le travail est fastidieux. La plupart des données, nous les trouvons sur des bases de données libres du gouvernement.

L’idée est de simplifier la démarche pour qu’en ayant un seul compte nous puissions mettre à jour toutes les données concernant les horaires. Par exemple, si un magasin est fermé et qu’il est mentionné ouvert, il faut modifier les informations.

 

Nous avons voulu mettre en avant les petits commerces et commerçants, qui sont à nos yeux les grands perdants de ce confinement.

 

Qu’est-ce que l’on peut également retrouver sur le site ? 

En temps de confinement, nous avons le droit de sortir pour aller donner son sang. Nous avions observé à maintes reprises que les dons du sang étaient relayés sur les réseaux sociaux. Nous avons voulu relayer ces informations sur les camions et les lieux ouverts pour donner son sang. La rubrique santé contient aussi les horaires et les numéros de téléphone des pharmacies et des généralistes qui ouvrent leurs portes aux patients.

Dans la rubrique alimentation, nous avons voulu mettre en avant les petits commerces et commerçants, qui sont à nos yeux les grands perdants de ce confinement au détriment de géants comme Amazon. Nous avons plusieurs amis qui possèdent des petits commerces. Les habitants viennent beaucoup moins chez les petits commerçants parce qu’ils préfèrent soit acheter sur internet soit concentrer leurs achats dans un grand supermarché. Nous proposons également une liste des marchés qui sont toujours ouverts en France. Nous avons 1 060 marchés répertoriés. Le but est aussi de mettre en avant les producteurs qui vont directement à la ferme. Certaines chambres d’agriculteurs ont mis en avant les agriculteurs de leur région sur leurs sites web, mais pas tous.

La partie "aide à la personne" permet aux internautes de publier des appels à l’aide comme ceux des CHU, des mairies. Nous avons une soixantaine d’annonces.

 

Chaque internaute peut contribuer à lutter contre le Covid-19.

 

Quelles sont les "bonnes actions" que mettent en place les internautes ?

Les médias couvrent les informations sur le virus, mais ce n’est pas très réjouissant. Il y a plein de belles actions qui sont menées à travers l’Hexagone, certaines sont médiatisées comme les grands chefs qui fournissent des repas aux soignants, le fabricant de chocolat Valrhona qui a donné 2 tonnes de chocolats pour les CHU mais d’autres sont méconnus. 

Nous avons d’ailleurs mis en avant une initiative dans le domaine de la recherche. Faire des recherches sur un virus pour l’analyser et pour trouver un remède est extrêmement complexe. Cela demande des ressources informatiques monstrueuses. Depuis 2000, un programme de l’université de Stanford aux États-Unis appelé le "logicielFolding@home" propose que chaque internaute installe un petit logiciel sur son ordinateur pour aider à la recherche. Quand l’ordinateur ne travaille pas, le logiciel effectue des calculs pour la recherche pour soigner le cancer, la maladie de Parkinson, Huntington, Alzheimer et d’autres maladies connues mondialement. Depuis début mars, toutes les recherches sont concentrées sur le coronavirus. Chaque internaute peut contribuer à lutter contre le Covid-19. Il y a eu 400 000 installations de ce logiciel ces dernières semaines. Aujourd’hui, grâce à tous ces internautes, l’université de Stanford possède l’ordinateur le plus puissant du monde.

 

Quelles aides recherchez-vous pour développer votre site ?

Nous cherchons des contributeurs pour nous aider à mettre à jour la base de données. Nous voulons booster la notoriété du site. Nous avons des idées d’article pour la rubrique "bonnes actions" qui sont menées en France mais nous n’avons pas de rédacteur ou rédactrice. Nous voulons créer aussi une rubrique enfant avec des informations utiles concernant la garde des enfants. Les internautes peuvent contribuer en nous fournissant les horaires d’ouverture de différents commerces quand ils font des courses.

À Venise, nous avons une développeuse qui connaît bien la situation de confinement et qui travaille sur ce projet avec nous. Le site est fait pour être traduit dans autant de langues que possible. Il est important de centraliser le maximum de données que ce soit en France mais aussi à l’échelle internationale. En Italie, nous travaillons déjà dessus.

deborah collet

Déborah Collet

Spécialisée en communication et dans les relations médias, elle est aujourd’hui journaliste au sein de la rédaction internationale.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale