Jeudi 25 février 2021

La langue italienne se parle avec les gestes

Par Roxane Garoscio | Publié le 23/01/2021 à 07:00 | Mis à jour le 23/01/2021 à 07:00
Bruno Munari ma che vuoi

Apprendre à parler italien, ce n’est pas seulement connaître sa grammaire, ses conjugaisons ou bien son vocabulaire. L’apprentissage de cette langue latine et de sa culture se transmet également par les gestes : bien parler italien s’accompagne de quelques mouvements de main. Certaines de ces mimiques sont si populaires que l’une d’entre elles a été ajoutée comme émoticône depuis l’année dernière.

 

gestes italiens

 

Chaque pays comporte son lot de clichés, l’imaginaire commun projette souvent les italiens comme un peuple s’exprimant avec un certain nombre de gestuelles particulières et précises. En effet, les méditerranéens sont considérés comme une population davantage exaltée et expressive, d’où l’idée qu’ils associent leurs gestes à leurs mots. Pourtant, gesticuler en parlant fait partie du langage quotidien et est un moyen de communication naturel et universel pour les Italiens.

 

Les origines des gestes

Il existe plusieurs théories et hypothèses sur la transmission et conservation du langage gestuel du parler italien. Ses premières origines seraient dues à un besoin de communication, puisque la langue italienne n’était pas encore autant répandue dans l’ensemble du pays et que les dialectes locaux dominaient, les gestes étaient donc devenus l’unique moyen de se faire comprendre de tous. Un moyen de communication qui aurait donc persisté dans le temps et qui s’explique pour des raisons scientifiques. Des chercheurs Espagnols de l’université de Pompeu Fabra à Barcelone ont interrogé la relation entre le langage oral et gestuel auprès des enfants en bas âge. Les conclusions de leur enquête montrent que pour les nourrissons, l’apprentissage de la langue se transmet et s’accorde de manière égale entre la voie orale et gestuelle. Une combinaison qui, dès le plus jeune âge est par conséquent évidente et indicible. Par ailleurs, selon l’une des chercheuses, Núria Esteve Gibert, il n’est pas possible de mener une étude complète sur le langage en considérant seulement la part verbale de la langue. Cette hypothèse confirmerait le pourquoi et comment les gestes sont nés et perdurent dans le langage courant italien.

Cependant, d’autres origines ont été données pour expliquer la gestuelle de la langue italienne. Selon Isabella Poggi, professeure de la psychologie de la communication à l’université de Roma Tre, si les Italiens parlent autant avec les mains cela est dû à des motifs historiques. Dans son essai Mani che parlano. Gesti e psicologia della comunicazione, elle dénombre environ 250 gestes étant liés à des expressions ou des mots. Ce qu’elle qualifie comme le « langage des gestes », dérive d’une communication codée nécessaire en temps d’invasion. L’Italie, ou certaines contrées et régions, ont été à maintes reprises envahies par les Byzantins, les Grecs, les Espagnoles ou bien les Français. Dès lors, communiquer avec les mains permettait aux Italiens de se comprendre entre eux sans que les envahisseurs puissent en saisir le sens.

 

Lexique des principaux gestes

 

- « Ma che vuoi ? »

 

gestes italiens

 

Le plus célèbre et représentatif de la gestuelle italienne est évidemment celui-ci, pourtant ce signe est souvent mal interprété par les étrangers. Effectivement, il est généralement utilisé pour accompagner la question « que veux-tu ? », mais pas seulement puisqu’il peut aussi signifier « qu’est-ce que tu racontes ? », « qu’est-ce que tu fais ? » ou encore « où vas-tu ? ». En réalité, son sens dépend du ton sur lequel l’interlocuteur l’emploi, tantôt moqueur, tantôt énervé, son sens est plus complexe qu’il n’y paraît.

 

 

- « Non me ne importa »

 

gestes italiens

 

Également connu et répandu, il est possible que vous ayez déjà vu des Italiens l’employer. La signification de ce geste est tout aussi ambigüe et son sens flexible, à la fois concret et taquin, il permet d’exprimer avec un ton plus ou moins léger que le sujet n’intéresse pas l’un des interlocuteurs.

 

 

- « Io non ne so niente »

 

gestes italiens

 

Un geste pratique permettant de ne pas prendre parti lors d’un débat puisqu’il signifie littéralement « je m’en lave les mains » ou bien « cela ne me regarde pas ». L’interlocuteur qui en a recours exprime avec aisance qu’il ne souhaite pas continuer la conversation ou s’en extrait habilement.

 

 

- « Occhio »

 

gestes italiens

 

Son sens varie en fonction du contexte dans lequel il est utilisé, il exprime aussi bien l’idée que l’interlocuteur a compris le message passé ou un accord. Mais il permet aussi d’avertir, dans ce cas il prend comme sens littéral « attention ».

 

Les images d’illustration sont extraites du dictionnaire Supplemento al dizionario italiano (1963) de Bruno Munari.

 

Et vous, parlez-vous italien en gesticulant ?

Nous vous recommandons

Photo profil PJ Roxane

Roxane Garoscio

Diplômée d'un Master en Littérature Comparée, apprentie journaliste et reportrice, Roxane est passionnée par la littérature et l'écriture. Curieuse, investie et attentive, elle s'intéresse principalement aux sujets de société, à l'actualité et la culture
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rome ?

EXPO

l'Exposition Josef Koudelka à l'Ara Pacis

Josef Koudelka, photographe renommé et à l’œil avisé, est exposé au musée de l’Ara Pacis jusqu’au 16 mai dans le cadre de l’exposition « Radici – Evidenza della storia, enigma della bellezza ».

Expat Mag

Lima Appercu

Le plus grand potager vertical du Pérou se trouve à Lima

Réalisé à partir de bouteilles en plastique recyclées, ce potager bio est une initiative du district de Santiago de Surco qui destine les légumes frais récoltés aux repas solidaires du quartier.