La France reste le premier pays de destination des investissements italiens en Europe

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 10/04/2022 à 21:46 | Mis à jour le 11/04/2022 à 17:16
La défense(1)

2021 a été une année record pour l’attractivité de la France. Et l’Italie y a contribué à hauteur de 100 nouveaux projets d’investissements dans l’Hexagone, engendrant une hausse de 60% d’emplois créés ou maintenus par les entreprises italiennes sur le territoire français.


Avec 1.607 nouveaux projets d’investissements lancés en France par des entreprises étrangères en 2021, soit une moyenne de 31 décisions d’investissements par semaine, et une hausse de 32% par rapport à 2020 “la France n’a jamais été autant attractive” en 2021, affirme Business France, dans son bilan des investissements internationaux en France, récemment publié.

Un record auquel l’Italie a contribué, avec 96 nouveaux projets  lancés dans l’Hexagone l’année dernière. Ces investissements ont permis de créer ou conserver 1.830 emplois, soit une hausse de 61% par rapport à l’année précédente.

Quatre régions françaises plébiscitées par les projets d’investissements italiens

Ce dynamisme confirme la France comme le principal pays de destination des investissements italiens en Europe. L’Hexagone représente 44% du total des investissements italiens à l’étranger devant la Grande Bretagne (11%) et l’Allemagne (10%). Les régions françaises plébiscitées par les investisseurs italiens restent l’Ile-de-France – qui accueille un projet sur trois -, ainsi que l’Auvergne-Rhône-Alpes (15%) et Provence-Alpes-Côte d'Azur (8%) pour leur situation géographique avec la Péninsule.

Sur les 97 projets, 47% représentent de nouvelles implantations, alors que l’agrandissement d’activités existantes concernent également 47% des investissements. Les acquisitions d’entreprises françaises représentent par ailleurs 6% des projets. Et parmi elles, les acquisitions de sociétés en difficulté de la part des entreprises italiennes ont doublé, permettant d’augmenter de 34% les emplois ainsi sauvés en France.

Industrie et Recherche et développement en tête

Les investissements industriels, en Recherche et Développement, ainsi qu’en Innovation, représentent environ 45% des investissements italiens. Les entreprises italiennes ont investi principalement dans la création et/ou le renforcement d'activités industrielles (29% des projets), dans d'autres activités liées aux sièges des entreprises (28%), ainsi qu’en R&D, Ingénierie et la Design (16%). Les investisseurs italiens sont en effet à l'origine de 10 % du total des projets de Recherche et Développement initiés en France par des entreprises étrangères.

En ce qui concerne la répartition sectorielle des investissements italiens, en 2021, ils ont principalement été réalisés dans l'hôtellerie et la restauration (16%), l'automobile (15%), le bâtiment et la construction (15%), le verre, la céramique, le bois et la transformation du papier (13% ), et l'ameublement (13%).

Parmi les investissements italiens en France, quatre projets avaient été directement cités par le président de la République Emmanuel Macron lors du cinquième sommet d’investisseurs "Choose France" en janvier dernier. Il s’agit de ceux du laboratoire pharmaceutique Chiesi Group, Dedalus (leader mondial de l’e-santé), Ferrero et son investissement de 36 M€, ainsi que Prysmian et son investissement de 40 M€ pour 45 emplois créés.

Deux tiers des investissements étrangers en France proviennent d’Europe

En 2021, les investissements provenant des pays européens se sont renforcés.  Selon le bilan établi par Business France, 66 % des investisseurs sont européens, alors que 19% proviennent d’Amérique du Nord. Devant l’Italie, on trouve l’Allemagne avec plus de 300 projets lancés sur le territoire français, suivie par les Etats-Unis (247 projets), et le Royaume Uni (151).

 

MAR

Marie-Astrid Roy

Rédactrice en chef et Directrice des éditions Lepetitjournal.com Milan et Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale