TEST: 2275

Le consulat général à Milan, au cœur d’un semestre majeur pour la communauté

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 01/02/2022 à 21:54 | Mis à jour le 02/02/2022 à 15:57
Photo : François Revardeaux, Consul général de France à Milan
François Revardeaux consul général de france à milan

Entre la préparation des élections présidentielle et législatives et l’implication de la présidence française du Conseil de l’UE en Italie, rencontre avec François Revardeaux, Consul général à Milan.

 

Pour la première fois depuis 14 ans, la France a pris la présidence du Conseil de l'Union européenne le 1er janvier 2022, pendant une durée de 6 mois. Pouvez-vous rappeler les priorités présentées par le président de la République ?

François Revardeaux : Quand un pays assure la présidence du conseil de l’Union européenne, son rôle est avant tout, au-delà de l’organisation des réunions, d’élaborer des compromis, d’émettre les conclusions, d’assurer la cohérence et la continuité du processus de décision. Il assure une bonne coopération avec l’ensemble des Etats membres, sans se substituer à eux ni prendre les décisions à leur place naturellement, et il gère les relations du Conseil avec les institutions européennes, en particulier la commission et le parlement européen.

Comme l’a exprimé le Président de la République Emmanuel Macron, encore récemment dans son discours devant le Parlement européen le 19 janvier, la France va articuler ce semestre autour de trois priorités - Puissance, Relance, Appartenance -, trois concepts qui jouent les uns avec les autres par ailleurs.
Plus précisément, il s’agit de la Puissance de l’UE dans le monde pour défendre nos intérêts et nos valeurs communes, de la Relance économique en particulier après la pandémie, de questions là aussi, de valeurs partagées et de culture commune pour l’Appartenance.

Plusieurs réflexions vont aboutir au cours de ce semestre, avec par exemple, ce qu’on appelle la « Boussole stratégique » qui est une sorte de livre blanc européen sur les risques et les menaces, et la façon d’y faire face.
Sur les questions de Relance, les discussions porteront principalement sur un nouveau modèle européen de croissance pour faire de l’Europe, un modèle de production et de solidarité, l’un des grands objectifs, s’agissant de la question cruciale de lutte contre le réchauffement climatique sera par exemple celui de la taxe carbone
Pour l’Appartenance, l’un des éléments clé sera le débat relatif aux conclusions de la conférence sur le futur de l’Europe, ouverte aux citoyens européens, ou une grande rencontre entre des universités européennes, pour ne citer que ces exemples.

 

Pour vous, à Milan, et en tant que Consul général de France, que représente la présidence française du Conseil de l’UE (PFUE) ? Comment se traduira-t-elle en Lombardie et dans la circonscription ?

Au niveau de l’ensemble de l’Italie, la PFUE sera déclinée par différentes actions, lancées par l’Ambassade de France à Rome. Il y a notamment au programme, un cycle de dialogues sur l’idée franco-italienne de l’Europe, développé autour de tables rondes et de débats qui se verront organisés dans plusieurs villes de la Péninsule, dont Milan. L’événement de lancement a été La Nuit des Idées le 27 janvier, avec comme première étape Milan.
La PFUE implique également d’expliquer les priorités de la présidence française lors de plusieurs rencontres, comme nous l’avons fait récemment lors d’un événement co-organisé avec les Alumni de la Bocconi et HEC.

J’ai souhaité structurer un groupe des Consuls généraux de l’Union européenne à Milan

Et de façon plus générale, j’ai souhaité structurer un groupe des Consuls généraux de l’Union européenne à Milan, dans le but de nourrir une forme de concertation et d’échanges avec les autorités, qu’elles soient en Lombardie ou dans d’autres régions de la circonscription.
La première réunion de ce groupe s’est tenue le 10 janvier avec la participation du maire de Milan Giuseppe Sala. Ce fut une occasion de discuter ensemble des perspectives européennes de Milan et d’échanger des idées entre la ville et les consuls européens présents à Milan.
Une rencontre par mois est prévue, à chaque fois dans un endroit différent, en présence de personnalités représentatives de la vie culturelle, industrielle ou encore économique de la région Lombardie ou de la circonscription.

 

Ce groupe des Consuls généraux européens à Milan pourrait-il avoir vocation à perdurer ?

Nous avions initialement monté un groupe entre la France, la Slovénie, en tant que présidence sortante et la présidence à venir, la République Tchèque. L’idée est désormais de faire vivre ce nouveau groupe élargi en créant une dynamique, de la même façon qu’il existe des réunions de ce type dans les capitales pour les ambassadeurs, tout en nous concentrant sur les sujets qui sont les nôtres, naturellement, pour partager nos expériences et nos pratiques au service de nos communautés respectives.

 

L’échéance des élections présidentielle et législatives approche. De quelle façon se prépare l’équipe du Consulat général de France à Milan dès lors qu’il couvre une large circonscription ?

Les élections représentent un événement majeur pour toute l’équipe du consulat mais aussi voire surtout un rendez-vous très attendu par toute la communauté française de la circonscription (Lombardie, Piémont, Ligurie, Val d’Aoste, Emilie-Romagne, Vénétie, Trentin Haut-Adige, Frioul-Vénétie Julienne).
Nous sommes en plein cœur de la préparation. Il est notamment important de rappeler la possibilité de donner procuration à un mandant. Il existe pour cela plusieurs possibilités : se rendre au consulat général à Milan (sur rendez-vous), ou aller dans l’une des agences consulaires de la circonscription. Mais attention, seul un consul honoraire de nationalité française est habilité à recevoir les procurations. C’est le cas à Gênes, Trente, Venise et Aoste. Dans les villes où les consuls honoraires sont de nationalité italienne et dans celles ne disposant pas de bureaux de vote à proximité nous allons organiser des tournées consulaires à partir de la mi-février, uniquement dédiées au recueil de procurations. De ce fait, il est possible que nous ayons un peu moins d’offres de rendez-vous les jours où des tournées consulaires seront organisées, car elles mobilisent certains des agents du Consulat. Je sais pouvoir compter sur la compréhension de tous, c’est pour la meilleure des causes qui est de permettre la participation à ces élections majeures.
Il est enfin possible de commencer la procédure de procuration sur le site Maprocuration.gouv.fr, à faire valider ensuite, uniquement au consulat général ou dans un commissariat/gendarmerie pour ceux qui seraient en France.

 

Quant au dispositif électoral, comment sera-t-il organisé ?

Nous établirons des bureaux de vote dans les mêmes villes que lors des précédents scrutins, à savoir Turin, Gênes, Bologne, Mestre (Venise), et au lycée français Stendhal pour Milan. Mais nous allons augmenter le nombre de bureaux sur Milan et Turin afin de fluidifier le passage.

 

Lors de votre prise de fonctions en septembre dernier, l’un de vos projets majeurs visait à faciliter l’accès au consulat pour y effectuer les démarches. Comment cette priorité a-t-elle été mise en œuvre ?

Depuis quelques mois, nous avons élargi les horaires d’ouverture pour fournir un nombre plus important de créneaux et répondre aux attentes de la communauté française, et nous avons aussi étendu la période de prise de rendez-vous de trois à six semaines. Nous ouvrons par ailleurs régulièrement de nouveaux créneaux en général en milieu de semaine pour les semaines à venir. Cela a demandé et demande encore une très grande mobilisation des équipes du consulat et je veux encore les saluer ici et leur rendre hommage pour le travail effectué alors que les demandes de rendez-vous restent très soutenues et que, encore une fois, la perspective des élections va être un moment très exigeant pour tous.

 

Voter aux élections présidentielles et législatives à Milan, les dates et les points clés

•    Dates de l’élection présidentielle : les 10 et 24 avril 2022
•    Dates des élections législatives : les 5 et 19 juin pour l’étranger, les 12 et 19 juin en France
•    Première étape indispensable : l’inscription sur la liste électorale consulaire
Dates butoir → Pour l’élection présidentielle : le 2 mars en ligne ou le 4 mars par courrier ou en se rendant au consulat.
                    → Pour les élections législatives : le 27 avril en ligne ou le 29 avril par courrier ou au consulat (sur rendez-vous)
•    Pour vérifier son inscription sur les listes électorales : https://www.service-public.fr/

 

 

infographie des démarches au consulat de milan

 

MAR

Marie-Astrid Roy

Rédactrice en chef et Directrice des éditions Lepetitjournal.com Milan et Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale