Des militants écologistes vandalisent une œuvre d’Andy Warhol à Milan

Par Alexandra Guitelmann Lévy | Publié le 18/11/2022 à 14:50 | Mis à jour le 18/11/2022 à 15:07
expo andy warhol_0

Les militants du groupe Ultima generazione réitèrent une nouvelle attaque après celle de l’exposition Van Gogh à Rome, en lançant de la farine sur une œuvre d’Andy Warhol exposée à la Fabbrica del Vapore à Milan.


« Si le climat s'effondre, il n'y aura plus de musées, plus d'art », ont alerté des militants en apposant leurs mains sur une œuvre de Boticelli à Florence cet été avant d'être interpellés. C’est aujourd’hui le tour de Milan. Ce vendredi matin, quatre militants du groupe Ultima Generazione ont déversé huit kilos de farine sur la voiture customisée par Andy Warhol, exposée dans le cadre de l’exposition Warhol La pubblicità della Forma à la Fabbrica del Vapore. Juste après, deux d’entre eux se sont collés aux fenêtres de la voiture (d’une valeur d’environ 10 millions) alors que le reste du groupe a fait exploser des ballons remplis de peinture à terre.


Comme les précédentes opérations de vandalisme menées ces derniers mois, le message est de "lancer l'alarme sur l'effondrement climatique", et notamment de s’opposer "à la réouverture des centrales carbones", indique le groupe sur Instagram.

 

De Van Gogh à Monet, une multiplication des attaques aux œuvres d’art

Ce n’est pas la première fois que des militants de la cause environnementale prennent pour cible les œuvres d’art. Au cours de ces derniers mois, ils se sont attaqués à La Maja nue et La Maja vêtue de Goya à Madrid, ont projeté de la soupe à la tomate sur Les Tournesols de Van Gogh à Londres et sur Le Semeur il y a quelques jours au Palazzo Bonaparte à Rome, lancé un liquide noir sur le verre qui protégeait un tableau de Klimt à Vienne, étalé de la purée de pommes de terre sur Les Meules, trésor de Claude Monet exposé à Potsdam en Allemagne, et posé leur mains sur Le Printemps de Botticelli à Florence.

Ces multiples opérations de vandalisme qui visent le monde de l’art posent aujourd’hui la question de l’accès aux musées et de la sécurisation nécessaire. Car si jusqu’à aujourd’hui aucune œuvre n’avait été abimée de façon substantielle, la BMW datant de 1979 et personnalisée par Andy Warhol n’était, elle, que protégée par un simple cordon mais ni glace en plexiglas ni une autre mesure.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale