En Australie, le jeune Français Alexandre Hennon court pour la planète

Par Capucine Canonne | Publié le 20/09/2022 à 17:40 | Mis à jour le 21/09/2022 à 16:13
Photo : Alexandre Hennon arrive premier au Marathon de Perth avec un temps de 2:37:40
Arrivée d'Alexandre Hennon marathonien à Perth en 2022

 

Passionné de course et avec une furieuse envie d’entreprendre pour faire bouger les choses, Alexandre Hennon court pour la planète, en Australie. Portrait d’un jeune homme de 30 ans, runner engagé pour l’environnement…mais pas que.

 

Dimanche 18 septembre, Alexandre Hennon a couru son 3ème marathon sur le sol australien, à Sydney , après Perth et Adélaïde cet été. En Australie depuis 3 mois, le jeune homme a décidé de se « confronter à un nouveau réel », et être « socialement utile » autour de « vrais enjeux sociétaux » dont surtout l’urgence climatique. Il crée l’association Run Impact.

 

Alexandre Hennon, un passionné de course qui rêve d’entreprendre 

Alexandre grandit dans le Nord-Pas de Calais. Après des études de commerce et installé à Paris, le voilà dans une routine bien rodée de citadin « métro-boulot- afterwork-dodo ». Au bout de quelques années, le jeune homme se sent en décalage avec ses convictions, avec le sentiment qu’il faut agir. Mais comment et où ? Passionné de course à pied au point de faire 100 kilomètres par semaine, Alexandre mûrit une idée lors de ses courses matinales « Je me demandais de plus en plus ce que je faisais assis derrière mon bureau. Quand on court, on réfléchit et on explore. Dès janvier 2022, j'ai commencé à concevoir un projet dans ma tête ; Avec ce souhait de mixer ma conscience écologique, mon envie d’être socialement utile et ma passion pour la course à pied.  Il était alors temps de courir pour notre planète. » Il part alors d’une idée simple : et si chaque kilomètre parcouru pouvait financer des causes qui lui sont chères, liées à la santé et à l’environnement ? Alexandre décide de faire une pause avec le monde du salariat pour mener une aventure entrepreneuriale « j'ai toujours été animé par cette envie d'entreprendre » confie-t-il. C’est chose faite : Le 22 juin 2022, il s’envole pour l’Australie, un pays, à plus de 16.500 km de chez lui. 

 

Alexandre arrive en Australie et fonde Run Impact

 

Le choix de l’Australie pour sensibiliser sur cinq thématiques 

Le marathonien n’a pas choisi le continent australien par hasard : « D’un point de vue personnel, j’avais envie de découvrir quelque chose de différent et seul. Je voulais me lancer un challenge, tout en renforçant mon anglais. D’un point de vue entrepreneurial je veux explorer cinq thèmes liés au développement durable et à l'environnement. Selon moi, l’Australie est le terrain propice de ces thèmes » 

Il y a d’abord l’agriculture. La permaculture est une pratique née en Australie, les fermes organiques y sont nombreuses et Alexandre Hennon a envie d’apprendre et de comprendre ces organisations. « Il y a ensuite la biodiversité. J’ai prévu plusieurs missions dans ce sens, avec les kangourous ou au sein de l’hôpital des koalas ». Conscient que l’espèce des koalas a été récemment classée comme menacée, Alexandre veut plus que jamais sensibiliser les gens autour de lui à cette réalité dramatique : « L'idée, c'est de comprendre en quoi il est nécessaire de protéger aujourd'hui la biodiversité. Nous sommes un ensemble. Chacun d'entre nous, chaque être vivant, représente, un chaînon de cette chaîne de la vie. Si nous la déstabilisons, nous courrons à la perte de notre biodiversité… ». La troisième cause qui anime Alexandre est celle de la forêt. Victime d’incendies destructeurs, la forêt australienne souffre considérablement ces dernières années. A son échelle, le jeune homme a déjà participé à la plantation de 15.000 arbres et plantes à Perth, une action dans le spectre de l’ambition nationale de planter un milliard d’arbres d’ici 2030. Il prévoit également de se rendre dans une ferme au sud de Sydney pour aider un fermier à revégétaliser plusieurs hectares de plantation perdue et « comprendre quelles sont les techniques employées pour protéger les massifs forestiers” 

Parallèlement, Alexandre s’intéresse au défi du transport - et non le moindre dans un si grand pays - : « Les distances entre les villes sont énormes, l’avion est privilégié. J’ai décidé de me déplacer en limitant mon empreinte carbone en évitant l’avion, même si  je ne suis pas contre ! Mais il faut l’utiliser de manière intelligente. ». Enfin, au même titre que les forêts, jeune homme souhaite sensibiliser sur la préservation de la Grande Barrière de Corail, un enjeu majeur pour la planète, mais surtout l'une des preuves que le climat est entrain de vivre "des points de bascule irréversibles". 

 

Amexandre Hennon parcourt l'australie pour Run Impact

 

Run Impact, ou construire une communauté de runners engagés 

Près de 1.200 km plus tard, Alexandre Hennon annonce fièrement 2.660€ de dons récoltés pour des associations qui lui tiennent à cœur : « Au delà des missions qui sensibilisent,  la vision que j'ai de ce projet est  de construire une communauté de runners engagés pour des causes : chaque kilomètre parcouru financerait une association, grâce à des partenariats avec des entreprises. Pour le moment, j’ai souhaité soutenir la Ligue contre le cancer mais aussi  l’association Rêves qui aide des enfants malades en France : un soutien qui me tient à cœur du fait de mon histoire personnelle. Je veux aussi soutenir des causes en Australie. » Le marathonien parle alors de son projet autour de lui et sur les réseaux sociaux « Run Impact ». Le but, identifier et encourager des runners (ou futurs runners) à rejoindre l’aventure « ceux qui croient au projet ». Il lance d’ailleurs un appel aux plus motivés à le rejoindre. Son second objectif est d’encourager des entreprises à participer au financement des km parcourus « Aujourd’hui, nous avons deux partenaires, GROUPAMA GAN VIE & Mutuaide. D’autres pourraient rejoindre l’aventure prochainement ».  

 

Alexandre Hennon court à travers le monde pour Run Impact
Alexandre Hennon lors de marathons à Adélaïde (Août), Perth (Juilet), mais aussi à Stockholm (juin 2022)

 

En posant les pieds en Australie, Alexandre ne s’attendait pas à s’animer autant, et souhaite limiter ce projet dans le temps, entre 7 et 8 mois : « Je n’ai pas de billet retour.  Avant de me lancer,  je pensais qu’un rêve avait une date début et une date de fin. » confie-t-il. Peut-être changera-t-il d'avis. « Depuis la fin de mes études, je me suis tourné vers le monde du salariat. où j’ai appris beaucoup auprès de mes collègues.. Mais au fond de moi, j’ai envie de mettre en place mes idées et d’entreprendre… Je vais bientôt avoir 30 ans, ce projet représente une étape pour moi, celle de courir vers de nouvelles possibilités.”

 

Les jambes à peine remises, Alexandre pense déjà au 2 octobre, date du prochain marathon australien, à Melbourne. Puis, le 16 octobre, il veut réaliser une course en simultanée dans 23 villes du pays, dédiée à la barrière de corail et nommée run 4 reef.  Mais son plus grand défi reste à venir : "D’ici la fin de l’année, je vais essayer de construire un événement qui puisse nous rassembler. ». conclut-t-il, énigmatique…

 


 

Pour plus d'informations, contactez Alexandre Hennon  ou rendez-vous ici : 

 


 

CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Après 10 ans d’expérience en marketing média, Capucine se reconvertit en journalisme. Ancienne expatriée et fondatrice de l’édition lepetitjournal.com de Chennai en 2019, elle intègre la rédaction internationale à Paris.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Melbourne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale