Lundi 18 octobre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Les Grand-remplacés : ces expats qui fuient la France multiculturelle

Par Némo Empis | Publié le 07/01/2021 à 18:10 | Mis à jour le 22/02/2021 à 20:12
les grands remplacés extrême droite

Avec Les grand-remplacés, le journaliste Paul Conge fait une revue complète des effectifs des mouvements radicaux de l’extrême droite française. Il est allé à la rencontre de ces convaincus, qui croient dur comme fer à la théorie du grand remplacement et vont jusqu'à quitter une France qu'ils jugent trop multiculturelle.

Le grand remplacement. L’expression était déjà utilisée à la fin du XIXe et au cours du XXe siècle pour évoquer un processus de substitution des populations française et européenne par des populations étrangères. Au siècle dernier, cette théorie visait principalement les juifs et les Arméniens. En 2010, la notion revient sur le devant de la scène avec cette-fois comme cible, les populations d’Afrique subsaharienne et du Maghreb. C’est l’écrivain d’extrême droite Renaud Camus qui l’a réintroduite dans son ouvrage L’abécédaire de l’in-nocence. Un an plus tard, il sortira un livre intitulé Le grand remplacement. Presque 10 ans après la parution de ces deux ouvrages, Paul Conge, journaliste chez Marianne, a mené une enquête sur les mouvances de l’extrême droite française. Ces « grand-remplacés », comme il les nomme, sont des milliers dans l’Hexagone. Ils sont nationalistes, suprémacistes ou xénophobes et alertent sur la situation actuelle de la France, où ils se sentent oubliés. Certains d’entre eux sont même prêts à tout quitter pour s’expatrier dans des pays de l’Est dans l’unique but de récréer une société 100% blanche.

La couleur de peau comme dénominateur

Son enquête, Paul Conge l’a découpé en huit chapitres. La couleur de peau blanche est le principal dénominateur commun dans chacun d’eux. Le journaliste est allé à la rencontre de dizaines d’individus qui font la vie de ces mouvements radicaux, tous différents mais reliés par la couleur de leur peau. La plupart se disent déçus par le Rassemblement National, le jugeant souvent « trop à gauche ». Ces mouvances, dans leur processus de recrutement, ont un coeur de cible bien précis : les « petits blancs ». Ces jeunes français qui se sentent en insécurité et oppressés face à la montée du métissage et du multiculturalisme dans leur propre pays. Aujourd’hui, ils sont davantage recrutés sur Internet, sur les forums et même plus surprenant, sur les jeux-vidéo. C’est notamment le cas sur le jeu en ligne Fortnite, véritable carton de ces dernières années, où les rabatteurs recrutent des individus de plus en plus jeunes. Le public visé est facilement manipulable et se retrouve confronté à des propagandes nationaliste, négationniste, raciste… en à peine quelques minutes.

La ruée vers l’Est

Le chapitre II, intitulé « Les renégats du cauchemar multiracial » est probablement le plus édifiant de l’ouvrage de Paul Conge. Le journaliste y narre les convictions de la confrérie Suavelos, comprenez bienvenue ou bonjour, en langue celtique. Le mouvement a été co-lancé par Daniel Conversano, figure du militantisme nationaliste français, il a pour but d’encourager l’expatriation. C’est là où se trouve le paradoxe : comment des « ethno-nationalistes » (c’est ainsi que se définit Conversano) initialement acquis à la cause de la défense de leur pays en arrivent à se retourner contre lui ?

Pas un arabe, pas un noir, j’ai eu l’impression de me retrouver 

Daniel Conversano est expatrié en Roumanie depuis 2018, il dit craindre pour sa survie le jour où il se retrouvera en situation de minorité ethnique. C’est pour ça qu’il est parti, et pas n’importe où. Les communautaristes blancs ont choisi leur destination en fonction de la couleur de peau des populations. En Roumanie, en Hongrie ou en Ukraine, ils seraient déjà près de 200 à lui avoir emboité le pas et à avoir fui l’Hexagone pour recréer une société exclusivement blanche. Sur place, « pas un arabe, pas un noir, j’ai eu l’impression de me retrouver », confie Daniel à Paul Conge. Là-bas, l’entraide est de mise dans ces nouvelles communautés, Conversano a même créé une agence matrimoniale pour les Français célibataires, histoire de les mettre en contact avec des « jeunes femmes blanches de l’est », fécondes de préférence. L’objectif est clair : la régénérescence de la race blanche pour à terme, promettre des postes de pouvoir aux enfants issus de Suavelos. Grâce à ce processus, Daniel Conversano assure qu’il peut avoir un poids politique d’ici 30 à 40 ans, à condition que 1000 à 10 000 nationalistes prennent un aller simple vers un pays d’Europe de l’Est.

Pour Paul Conge, en moins de dix ans, les théories énoncées par Renaud Camus sont passées de délires d’initiés au sujet, à des phénomènes de masse. Selon un sondage IFOP réalisé en 2018, 48% des Français seraient en accord avec l’affirmation selon laquelle « un projet politique de remplacement d'une civilisation par une autre organisé délibérément par nos élites politiques, intellectuelles et médiatiques » existerait.

 

Les Grand-remplacés, éditions Arkhé, est disponible ici

Némo Empis

Némo Empis

Diplômé d'un master de journalisme, il a rejoint la rédaction parisienne de lepetitjournal.com. Némo est passé par Casablanca pour un stage de deux mois chez RadioMars.
5 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Tintin lun 11/01/2021 - 03:14

Moi, j'ai fait un stage chez radio Bounty. Le stage n'a pas été prolongé donc, j'ai continué chez radio Snickers qui m'a finalement renvoyé chez radio Treets pour terminer ma formation!!!!!!!!

Répondre
Commentaire avatar

alan dim 10/01/2021 - 03:09

J'adore le couscous, le vrai fait par une mama marocaine et avec son sourire, parce que je ne les juge pas et que je n'ai pas peur, les connaissant ! De toute façon, les français font maintenant un camembert au lait pasteurisé, ils ont perdu leur âme !

Répondre
Commentaire avatar

John sam 09/01/2021 - 14:21

Excusez moi Mr le journaliste, mais ce que vous pondez là est un torchon. Il n'y a aucun chiffre valable issu d'une étude claire et sérieuse. Vous qualifiez de presque néo nazis les français qui s'estiment délaissés par ce système au profit d'une multitude de minorités devenant pas la force des choses une majorité. Ces minorités sont toujours dans le gémissement et dans la revendication, mais ne font en rien en retour pour embrasser un modèle que nos aïeux ont mis des siècles à établir.

Répondre
Commentaire avatar

jean luc1 lun 11/01/2021 - 00:27

l'homme as toujours emigrer depuis la nuit des temps , et il le feras encore longtemps , le modéle evolue et c'est trés bien , les pays de l'est sont nationaliste , et les étrangers ne sont pas trés aimer ,difficile d'avoir la nationalitée chez eux . maintenant ils sont 200 partis , mais on est plus de 2 millions de français á l'étrangers . En Allemagne beaucoup d'immigrés travaillent , les patrons sont satisfait des immigrés , mais la situation de la France est différentes surtout en matiére economique ,et surtout trop généreuse en aides sociales , les fran♪5ais est devenus un pays d'assistés , en Allemagne les aides sont reduite et c'est donnant donnant, tu veut rien foutre ,alors rien ou presque . tu est immigré,tu veut rester alors trouve une formation , un emplois . extréme droite néo-nazis c'est pas mon genre . en plus il leur faudras apprendre la langues . jean luc1

Répondre
Commentaire avatar

Mo sam 09/01/2021 - 15:16

D'accord mais peut-on croire que la fuite est une solution?

Répondre

Voyage

VOYAGES

Habitez-vous dans un des quartiers les plus cool au monde ?

Nous avons sélectionné les 15 quartiers les plus cool du monde que l’on a hâte de visiter. Embarquez pour un voyage 100% urbain. Peut-être ferez vous partis des chanceux qui habitent dans l'un d'eux !