Vendredi 21 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Mujeres Avenir: femmes et religion, de la discrimination à l'égalité

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 08/07/2018 à 15:16 | Mis à jour le 08/07/2018 à 15:21
Photo : Julia Robles
mujeres avenir madrid

Jeudi 5 juillet, 300 personnes étaient réunies pour assister aux débats organisés par l'association d'amitié franco-espagnole Mujeres Avenir, en collaboration avec l'Ambassade de France en Espagne. Le thème choisi était "Femmes et religion : de la discrimination à l'égalité". Trois spécialistes des religions monothéistes ont débattu sous la modération de Helena Cosano, sous-directrice de l'Ecole Diplomatique.

 

Le rôle de la femme prend de plus en plus de place dans les débats, que ce soit dans la société, dans le monde du travail ou dans la famille. Qu'en est-il de la place des femmes dans la religion ? Une problématique compliquée, étant donné que les trois principales religions monothéistes suivent des principes qui datent de plusieurs dizaines de siècles. Mais la société évolue, alors pourquoi pas la religion aussi ?

Yves Saint-Geours, Ambassadeur de France en Espagne, a ouvert les débats en expliquant comment la France faisait face à ce défi. "La France est un pays laïc et cela nous oblige à respecter toutes les religions, sans oublier pour autant qu'elles coexistent en liberté avec la société et avec les citoyens qui ne sont pas croyants. Le gouvernement français travaille pour l'égalité réelle des hommes et femmes dans notre société et dans tous les aspects de la vie", a-t-il déclaré. María Luisa de Contes, présidente de l'association Mujeres Avenir, a ensuite souligné la présence à ces débats de la première femme ayant accédé à une carrière diplomatique en Espagne, l'ancienne ambassadrice d'Espagne en Côte d'Ivoire, María Rosa Boceta. Puis trois spécialistes, expertes en Judaïsme, Islam et Christianisme ont débattu sur le sujet, mettant en commun leurs visions différentes.

 

Mujeres avenir madrid
Photo Julia Robles

 


Trois religions, trois manières de penser la place de la femme

 

Ethel Barylka, experte en judaïsme et auteur du livre "Le judaïsme au féminin", a expliqué que dans la société traditionnelle juive, la femme n'a pas de présence propre. Au cours des siècles, son rôle s'est vu réduit et marginalisé. Mais il existe "trois grandes zones d'action" pour contraster cette situation, a-t-elle estimé. Tout d'abord "la revendication du droit de la femme à l'incorporation dans les positions publiques de la société, puis la nécessité de la modification de la sphère rituelle et synagogale et enfin la création d'une nouvelle théologie féminine juive".

Olfa Youssef, professeure à l'Université de Tunis, a quant à elle expliqué que la place de la femme dans la religion musulmane était compliquée car une fausse interprétation du Coran était largement diffusée, selon laquelle les femmes ne savent pas penser et tentent les hommes de pêcher, une aberration qui n'existe pas vraiment dans ces pages a-t-elle ajouté. Selon la spécialiste au contraire, il existe beaucoup de versets dans le Coran qui insistent sur l'égalité entre les hommes et les femmes, bien que soit diffusée une version déformée et machiste.

Enfin María Lara, professeure d'histoire moderne et d'anthropologie à l'UDIMA (Université à distance de Madrid), a rejoint le débat en citant le pape François. En 2013, il a mentionné explicitement la nécessité "de développer les espaces pour une présence féminine plus importante dans l'Eglise" où comme le rappelle la spécialiste, le débat sur les prêtres au féminin est toujours ouvert.
María Lara a également exposé quelques chiffres significatifs : par exemple sur les 41.974 religieux qui vivent en Espagne, 75% sont des femmes. Enfin, elle a souligné que le pape François avait organisé en 2016, une commission pour étudier la possible nomination de femmes diaconnesses, bien qu'aucune ordination n'ait eu lieu pour le moment.

Après les débats, les participants ont pu accéder à des points de ventes des livres des oratrices et de la modératrice, "Le judaïsme au féminin" d'Ethel Barylka, "Bréviaire de l'histoire d'Espagne" de María Lara et "Teresa, la femme", de Helena Cosano.

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet