Lundi 22 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Mujeres Avenir: 1ère rencontre des réseaux de femmes en entreprise

Par Vincent Garnier* | Publié le 18/06/2018 à 17:15 | Mis à jour le 18/06/2018 à 17:30
Photo : Julia Robles
mujeres avenir womantalent

De plus en plus l'association d'amitié hispano-française tend à ancrer les conférences qu'elle organise dans l'action et la recherche d'un impact direct, concret, concernant la visibilité et la représentation de la femme dans la société et au sein de l'entreprise, et de l'atteinte de l'égalité homme-femme. 

 

Déjà, lors de la remise du 3e Prix Mujeres Avenir, la première conférence internationale "femme et diplomatie", organisée en mars dernier à l'initiative de l'association, avait été l'occasion de générer une dynamique dépassant les stricts cadres de l'axe franco-espagnol, mais aussi des mondes de la francophonie et de l'hispanité, pour fédérer une action avec les représentations diplomatiques de 19 ambassades présentes en Espagne, s'inscrivant dans le durée. La conférence organisée la semaine dernière en collaboration avec le réseau professionnel WomanTalent a combiné les caractéristiques habituelles des regroupements impulsés par Mujeres Avenir : une assistance pléthorrique, des débats riches en contenu menés par des intervenantes de haut vol et, au-delà de la visibilité accordée à des femmes de talent -qui constituait jusque là un des objectifs premiers de l'association- la coordination d'une véritable action permettant de changer la donne concernant l'égalité homme-femme. De fait, avec cette "Première rencontre de réseaux de femmes dans les entreprises espagnoles", il s'est agit non seulement d'illustrer comment des femmes installées au plus hautes responsabilités de grands groupes entrepreneuriaux avaient pu mettre en place de tels réseaux au sein de leurs structures, mais surtout de promouvoir la formule et de donner des clés pour monter des initiatives similaires dans d'autres entreprises. "Appartenir à un réseau de femmes augmente les possibilités de promotion et de progression dans l'entreprise", a assuré lors de la conférence la modératrice Beatriz Recio, CEO de Womantalent, "en augmentant la confiance en soi des femmes membres". 

 

Appartenir à un réseau de femmes augmente les possibilités de promotion et de progression dans l'entreprise

 

Mujeres avenir madrid
De g. à d. : Estefanía Narrillos, Olvido Moraleda, Mar Gallardo, Maria Luisa de Contes, Cecilia Boned, Carina Cabezas, Ainoa Irurre et Beatriz Recio / Photo Julia Robles

 

Sept femmes assurant des responsabilités au plus haut niveau au sein de leurs entreprises se sont succédées à la tribune pour échanger sur les spécificités des réseaux créés au sein de leurs structures. A commencer par les francophones Cecilia Boned, Présidente de BNP Paribas Espagne ayant pris l'an dernier la relève de Ramiro Mato et Maria Luisa de Contes, Secrétaire générale de Renault Espagne, mais aussi les Espagnoles Carina Cabezas, Présidente de Sodexo-Iberia, Ainoa Irurre, Vice-présidente Ressources humaines chez Schneider Electric, Estefanía Narrillos, Directrice financière du Groupe PSA Iberia et Maghreb, Olvido Moraleda, Responsable des approvisionnements chez BP España et Mar Gallardo, associée de PWC et responsable de la diversité au sein de la structure. Toutes ont décrypté la structure de leurs réseaux, dans des domaines souvent très masculin (l'automobile, l'énergie, l'ingéniérie), mais aussi au sein de structures beaucoup plus marquées par la diversité, à l'instar de Sodexo, dont la Présidente Iberia a tracé le portrait, décrivant une entreprise présente dans 80 pays, proposant des prestations à des publics et des collectifs extrêmement variés, et portant dans son ADN la notion de diversité. Son réseau de femmes, SWIFT, créé en 2009, constitue l'une des nombreuses actions menées par le groupe pour promouvoir cette même diversité -qui va donc au-delà de la seule question de genre- parmi ses employés. L'engagement de Sodexo sur l'égalité homme femme se mesure notamment via un rapport publié en 2018, qui tend à démontrer qu'au sein de l'entreprise, les équipes manageriales jouissant d'un équilibre hommes femmes apportent de meilleurs résultats par rapport à celles où ce même équilibre est rompu : +14% d'engagement des employés, +8% de permanence des employés dans l'entreprise, +9% des permanences des clients, +12% de sécurité au travail, +8% de marge commerciale.

 

Détecter les talents féminins au sein de l'entreprise et de leur faciliter la progression

Si Sodexo a souhaité chiffrer l'impact de la femme dans l'entreprise, des entreprises comme Renault ou Peugeot ont de leur côté mesuré l'importance de comporter dans leurs équipes des personnels féminins, tenu que les consommateurs de leurs produits finis sont aussi des consommatrices (60% dans le cas de Peugeot). Peut-on concevoir et construire des voitures depuis une seule vision masculine, quand le consommateur final est composé aussi d'un public féminin ? Evidemment non, c'est ce qui explique la motivation des groupes automobiles français de promouvoir non seulement la présence féminine parmi ses équipes, mais aussi d'en assurer une meilleur environnement, grâce notamment aux réseaux de femmes : Women@renault et Women Engaged for PSA. Estefanía Narrillos, Directrice financière du Groupe PSA Iberia et Maghreb, Vice-présidente de Mujeres Avenir, a évoqué la génèse d'un réseau né en 2010 d'un constat : seules 4 femmes appartenaient alors au top 100 du groupe. Women Engaged for PSA est né comme un réseau de cadres, avec pour objectif de détecter les talents féminins au sein de l'entreprise et de leur faciliter la progression. Avec le temps le réseau s'est élargi à l'ensemble des personnels du groupe, s'ouvrant aux hommes et à toutes les catégories professionnelles, incluant dans ses objectifs des thématiques de bien-être au travail, qui sont par exemple à l'origine d'un développement spectaculaire du télétravail au sein de l'entreprise, désormais pionnière sur la question. "Il est toujours temps de monter un réseau de femmes dans sa structure", a estimé Cecilia Boned, "il ne s'agit pas de la cause des femmes, mais bien d'une cause commune, qui concerne les hommes et les femmes", a-t-elle défendu. En lançant il y a quelques années en Espagne Mixcity, le réseau de femmes de BNP Paribas, elle n'aura pas dans le pays, rencontré que des alliés à sa cause. "Si l'on souhaite monter un réseau de femmes dans une entreprise, il est indispensable de clairement poser à la direction les objectifs de ce dernier, qui sont bien ceux de la promotion de la femme au sein des équipes de direction, et ne constituent pas une vague forme de networking", a pourtant défendu la désormais Présidente dans le pays.

 

Si les gouvernements deviennent paritaires, il doit en être de même pour les entreprises

 

Mujeres avenir madrid
Photo: Julia Robles

 

Mettre les points sur les i et maintenir le cap : la Présidente de Mujeres Avenir, Secrétaire générale et désormais Directrice de la responsabilité sociale corporative chez Renault, Maria Luisa de Contes, se dédie à la promotion de l'égalité de genre depuis plusieurs années, enveloppant d'un humour certain des saillies sans concession, sur la nécessité de rééquilibrer le rapport homme-femme dans la société. "Il manque des femmes aux postes de direction de nos entreprises. Je suis désolée si cela blesse certaines sensibilités, mais si nous ne le disons pas nous mêmes, personne ne le fera pour nous", a-t-elle déclaré avant de revenir sur l'expérience Women@renault, "une expérience extrêmement belle et solidaire", qui compte aujourd'hui 20% d'hommes sur les 600 membres en Espagne. "Je n'en étais pas convaincue au début, mais nous avons décidé d'ouvrir le réseau aux hommes, c'est essentiel pour les impliquer dans notre combat", a-t-elle continué. "Nous sommes courageuses et nous disons ce que nous pensons, ce n'est pas toujours facile et je pense que de nombreuses femmes n'ont pas encore intégré notre réseau par peur des conséquences qu'elles pourraient subir", a-t-elle encore analysé. Si les chiffres sont têtus et continuent à refléter une réalité où le sexe dit fort conserve la part belle au sein de l'entreprise, les mentalités changent indéniablement et année après année, la situation évolue petit à petit. Maria Luisa de Contes a d'ailleurs ouvert les débats en évoquant le succès de la journée de la Femme du 8 mars dernier, mais aussi les derniers revirements politiques : "Si les gouvernements deviennent paritaires, il doit en être de même pour les entreprises", a-t-elle avancé. Avec le retour du ministère de l'Egalité, chapeauté par la Vice présidente Carmen Calvo et la nomination d'une Secrétaire d'Etat à l'égalité de genre -Soledad Murillo- l'ambition de la Présidente de Mujeres Avenir est de coordonner une rencontre au plus vite avec ces nouveaux interlocuteurs, afin de présenter les doléances des réseaux de femmes notamment. 

 

Quelle entreprise voulons-nous laisser à nos enfants ?

Le mot de la fin à Ainoa Irurre : cette Basque en charge des ressources humaines chez Schneider Electric a promu le développement d'un réseau de femmes, qui a accompagné une véritable politique d'entreprise, visant à aider la rupture du plafond de verre. En 10 ans, le pourcentage de femmes managers est passé de 8% à 20%, via une série de mesure pro-active, au niveau du recrutement notamment. "La question est de savoir quelle entreprise nous voulons laisser à nos enfants", analyse-t-elle. 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet