Mujeres Avenir se positionne comme l'association féministe de référence en Espagne

Par Vincent GARNIER | Publié le 22/02/2022 à 19:23 | Mis à jour le 22/02/2022 à 19:37
Photo : Julia Robles
les membres de l'association mujeres avenir de vant la peinture Guernica au musée Reina Sofia de Madrid

La semaine dernière, à l'occasion de la réunion du Comité de conseil de l'association, la feuille de route pour l'année 2022 a été révélée, avec deux grands axes de travail : féminisme entrepreneurial et lutte contre la violence de genre. Depuis sa fondation en 2015, Mujeres Avenir se distingue par son ancrage dans l'amitié hispano-française et sa capacité à faire valoir les bonnes pratiques menées de part et d'autre des Pyrénées, sans cesser d'exiger la tenue des avancées nécessaires pour plus d'égalité, en France comme en Espagne. Surtout, l'élitisme assumé de l'association, et sa capacité à mobiliser tant l'univers entrepreneurial que l'univers diplomatique sur des sujets pendant longtemps passés sous le tapis, porte aujourd'hui le discours sans concession des femmes Avenir au plus haut niveau, positionnant la structure comme une référence dans le pays. "Mujeres Avenir est l'association féministe qui peut se targuer du plus grand appui institutionnel aujourd'hui en Espagne", estime la responsable de la communication, Rebeca Avila.

 

La réunion le 16 février d'un comité de conseil composé en majorité de cadres dirigeants et de diplomates de haut vol illustre parfaitement cette réalité. C'est justement l'une des membres de ce comité, Ángeles González-Sinde, par ailleurs Présidente du comité de patronnage du Reina Sofía (et ex-ministre de la Culture), qui a joué cette année les amphytrions, en accueillant au sein de la collection privée du musée la trentaine de conseillers venus échanger sur les priorités de l'association. De "La femme en bleu" à "Guernica", les invités auront pu revisiter dans une version onirique certaines des valeurs que Mujeres Avenir porte, avant de plasmer ces dernières dans des domaines plus prosaïques et contemporains. Comme celui de l'entreprise notamment, un terrain de combat essentiel pour les femmes Avenir, qui réclament depuis l'origine de l'association une égalité de traitement entre hommes et femmes. A cet égard, la politique des quotas appliquée en France doit servir de modèle en Espagne, défend depuis toujours la structure présidée par Maria Luisa de Contes.

 

mujeres avenir
Julia Robles

 

"Les membres du comité de conseil ont un rôle particulièrement enrichissant, éclaire Rebeca Avila, du fait de leur profonde connaissance de l'association et de leur expérience de terrain, qui leur permet de nous remonter des problèmatiques d'actualité et de nous orienter pour les thématiques des conférences que nous organisons". Deux Français, une femme et un homme, ont enfin joué un rôle promordial cette année : il s'agit de la Consule générale de France à Madrid, Marie-Christine Lang, qui a confirmé l'importance que revêt l'action de l'association dans le cadre de la diplomatie féministe de l'Hexagone, et du Président des Conseillers du commerce extérieur de la France, Emmanuel Mielvaque, dernière recrue à intégrer le Comité de conseil.

 

mujeres avenir
Marie-Christine Lang, Consule générale de France à Madrid / Julia Robles


La rencontre a aussi constitué l'occasion de valider un agenda d'événements chargé pour les mois à venir. Avec un programme d'activités soigné jusque dans les détails, à l'instar de la participation ce mercredi 23 février à la nomination de trois ambassadrices -du Canada, du Senegal et de Bosnie Herzégovine- comme membre d'honneur du Club Finaciero Genova, une institution très proche de Mujeres Avenir. Deux grandes rencontres vont surtout marquer le mois à venir, avec le 3 mars prochain la 5e Conférence Internationale Femme et Diplomatie, qui se tiendra cette année au sein du ministère espagnol des Affaires étrangères en présence notamment de deux Secrétaires d'Etat espagnoles aux Affaires étrangères, Ángeles Moreno et Alicia Rico, mais aussi de María Jesús Conde, ambassadrice en mission espéciale au service de la politique extérieure féministe du Royaume d'Espagne. Le 8e objectif de développement durable de la charte des Nations Unies, "Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous" sera débattu autour de la table par 4 ambassadrices en poste à Madrid : Hala Keyrouz (Liban), Nives Malenica (Croatie), Danka Savic (Bosnie Herzégovine), Fatma Omrani Chargui (Tunisie), et de Gina Magnolia Riaño, Secrétaire Générale de l'Organisation Ibero-américaine de la Sécurité Sociale. Comme c'est la tradition, la remise du Prix Mujeres Avenir sera tenue dans la foulée. Pour cette édition, ce sont deux femmes africaines qui seront mises à l'honneur : Yayi Bayam Diouf, présidente sénégalaise du collectif des femmes pour la lutte contre l'émigration clandestine, et Mathilde Mihigo, coordinatrice du projet des Nations Unies "Droit des femmes à la protection et à la participation pour l'égalité et la paix dans les mines artisanales du Sud-Kivu".

 

mujeres avenir


Mujeres Avenir a depuis plusieurs années posé la nécessité, à partir de la relations franco-espagnole, d'internationaliser son action. Ses interventions sont certes inscrites dans les mondes de la francophonie et de l'hispanité, mais ont pour aussi prétention de rayonner au-delà, partant du fait que son combat n'a pas de frontières. Sortir des frontières, oui, et sortir de Madrid aussi ! Car si l'association s'entoure, on l'a vu, d'un écosystème résolument international, le paradoxe veut que sa présence en Espagne reste encore trop centralisée dans la capitale. Les choses changent néanmoins, même si l'organisation de conférences en province ne va pas sans son lot de défis, logistiques et financiers notamment. En juillet dernier, dans le cadre des 500 ans du siège (par les troupes françaises) de Logroño, et dans le cadre d'une collaboration franco-espagnole exemplaire, Mujeres Avenir avait été moteur dans l'organisation d'une table ronde sur les femmes et l'égalité. Le 8 mars prochain, à l'occasion de la Journée internationale des femmes et répondant à l'invitation de la Fondation Caja Sol, l'association délocalise son savoir-faire à Séville, où elle animera, avec tout le savoir-faire qui la caractérise, une conférence articulée autour de deux tables rondes. L'idée a été lancée... lors de la réunion du comité de conseil ! La journée se prépare contre la montre et devrait compter sur des intervenantes de prestige, liées au noyau dur de l'association, et qui connaissent les deux sujets qui seront développés (la femme en entreprise et la lutte contre la violence de genre), sur le bout des doigts. Près de 400 invités sont attendus, et la conférence devrait se dérouler en présence des représentants du gouvernement régional, telle que la conseillère pour l'égalité, Rocio Ruiz Dominguez, voire le président de la région lui-même.

 

mujeres avenir
Maria Luisa de Contes, présidente de Mujeres Avenir / Julia Robles


"Notre association défend un féminisme au sens large, synonyme d'égalité", explique la présidente Maria Luisa de Contes. "La qualité des sujets abordés, la profondeur des interventions de nos invitées, le professionalisme de nos membres, font que Mujeres Avenir bénéficie d'un support institutionnel unique aujourd'hui en Espagne", défend-elle. "En 2022 nous devons augmenter encore le rayonnement de notre action, en traitant la lutte pour l'égalité hommes-femmes comme un sujet global et en nous internationalisant plus encore". 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale