Vendredi 17 septembre 2021

500 ans du siège de Logroño: Mujeres Avenir symbole du rapprochement hispano-français

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 12/07/2021 à 12:03 | Mis à jour le 12/07/2021 à 14:52
Photo : DR
mujeres avenir et l'équipe municipale de Logroño

À l'occasion du 5e centenaire du siège de de Logroño, qui fut en 1521 soumise à l'assaut des troupes françaises envoyées par François Ier, la Mairie de la capitale de La Rioja a tenu à commémorer, en collaboration avec les autorités françaises, cette date symbolique, qui marque le début d'une véritable identité et constitue un mythe fondateur pour les habitants de la ville. 

 

Ainsi, parmi la multitude d'événements prévus pour célébrer cette victoire et cette naissance de l'identité "logroñaise", avait lieu le le 2 juillet dernier une rencontre entre femmes dirigeantes issues d'Espagne et de France, organisée en collaboration entre la Mairie, la Consulat général de France et l'association d'amitié hispano-française Mujeres Avenir. L'objectif de la rencontre intitulée "Liderazgo e igualdad", était de promouvoir la visibilité des dirigeantes d'entreprise de part et d'autre des Pyrénées et de générer un espace d'échange, ancré dans la diversité de genre. Pour Mujeres Avenir, la mobilisation en dehors de la capitale et la reconnaissance institutionnelle de son rôle dans le rapprochement des deux pays, a constitué un pas de plus dans la réalisation des missions fondatrices de l'association.

Eva Maria Tobias, en charge au sein de La Ville de Logroño du département dédié à l'Egalité, a déclaré que l'organisation de cette journée "s'inscrit dans la démarche de la mairie visant à rendre plus visible la contribution des femmes dans la société". En introduction des débats, la présidente María Luisa de Contes a pour sa part évoqué l'approche multiculturelle dont fait preuve l'association pour mener à bien ses objectifs de visibilisation du collectif féminin, souligné l'appui institutionnel dont elle bénéficie, mis en exergue le défi de l'égalité professionnelle, et défendu le champ d'action légitime de Mujeres Avenir : le féminisme entrepreneurial. Les participantes ont abordé les difficultés et les efforts à fournir pour atteindre l'égalité des genres dans le monde de l'entreprise. Une égalité qui, selon l'UE, ne sera pas atteinte avant 60 ans. En Espagne, une seule femme est à la présidence d'une des 35 entreprises cotées à l'IBEX.

maria luisa de contes
Maria Luisa de Contes, présidente de Mujeres Avenir

Beatriz Medina, Employee Relations Manager du groupe français Louis Vuitton, et Anne-Laure Viard, de la division Audit de Mazars en Espagne, ont été en charge de poser le contexte. Le talent féminin ne conduit pas nécessairement au leadership, puisque historiquement, c'est toujours l'homme qui a été placé aux postes de direction. Il est nécessaire que la société reconnaisse les femmes et leur capacité à fédérer les institutions et les entreprises, comme l'a illustré Beatriz Medina : "en 2007 seules 23% des femmes occupaient un poste à responsabilité dans notre entreprise, et après avoir mis en place les mesures nécessaires, nous sommes 42% en 2018 et visons 50% en 2025". Pour Anne-Laure Viard, le changement culturel que nous sommes en train de vivre implique de nouvelles manières de diriger,  avec moins de hiérarchie et d'autorité : "Il est nécessaire que les femmes suivent des études liées à la science, à la technologie, à l'ingénierie et aux mathématiques, et surtout que chaque femme soit elle-même" a-t-elle expliqué.

Sous la thèmatique "Des femmes plus nombreuses, des entreprises plus performates" ("Más mujeres, mejores empresas"), la conférence menée par deux femmes, Rebeca Avila, directrice de las RSC pour le groupe Accor pour l'Europe du sud, et Marta Blázquez, vice-présidente exécutive de Faconauto, "la patronale" espagnole des concessionaires automobiles, conseillère déléguee de NIW.es, a permis de souligner l'importance de rompre avec les anciens procédés et les cercles vicieux qui représentent des obstacles pour les femmes. "Ce sont les directeurs qui prennent les décisions de promouvoir ou non une femme dans l'entreprise, c'est pour cela que nous, les femmes, devons nous positionner aux postes de contrôle des entreprises, pour promouvoir le talent plutôt que les amis", a ainsi déclaré Marta Blázquez.

"Egalité et visibilité dans l'environnement professionnel" : ce sont Mar Gallardo, conseillère indépendante et présidente de la Commission d'Audit de Nationale-Nederlanden et de Laminar Pharma; et Almudena Semur, économiste, journaliste et ex gérante de l'Institut d'études économiques (Instituto de Estudios Económicos) qui ont développé le sujet, au cours d'une seconde conférence, organisée dans la foulée. L'économiste Almudena Semur a rappelé que les plus grandes inégalités entre hommes et femmes s'observent dans les entreprises de moins de 50 employés, où les femmes sont toujours lésées. Elle a également regretté que les avancées obtenues se soient vues réduites avec la crise liée au Covid-19 : "La crise sanitaire a provoqué un pas en arrière notamment pour la brèche salariale, puisqu'en 2020 les femmes ont vu leur salaire diminuer de 14,9%, contre 11,3% seulement pour les hommes".

Enfin, après ces deux conférences, une table ronde visant à faire valoir les bonnes pratiques et le partage d'expérience a regroupé quelques grands noms de l'entrepreneuriat au fémninin, comme Cristina Forner, présidente de Bodegas Marqués de Cáceres Unión Vitivinícola, S.A.; Verónica Fernández de Córdova, conseillère de Herederos del Marqués de Riscal, S.A.; Isabel Mijares, présidente de l'entreprise de consil spécialiste des secteurs viticoles et alimentaires Equipo Team, S.L.; María Luisa de Contes, conseillère du commerce extérieur de la France, vice-présidente du Club Financiero de Madrid, ex secrétaire générale du Groupe Renault en Espagne et présidente de Mujeres Avenir, et Magdalena Suárez, directrice de Estrategia de Compliance Business Services, modèratrice des échanges. 

Finalement, Marie-Chistine Lang, Consule générale de France à Madrid, et Pablo Hermoso de Mendoza, Maire de Logroño, se sont chargés de clore les débats. "La France, avec ses 200 années d'Illustration et sa devise "Liberté, Egalité, Fraternité" nous émule pour que l'Espagne s'unisse à ces processus de modernisation", a évoqué le maire de Logroño, pour qui "l'égalité entre hommes et femmes, sans préjugés, nous unit aujourd'hui". "Le futur, ce sont les hommes avec les femmes", a estimé Marie-Christine Lang, qui a en outre remarqué la source d'inspiration que constitue l'Espagne pour la France, dans la lutte contre les violences machistes.

Revoir le streaming de l'événement : https://www.youtube.com/watch?v=_MKrj4JPDI8
 

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet