TEST: 2269

Tout ce que vous devez savoir sur le budget 2021 au Royaume-Uni

Par Colin Porhel | Publié le 10/03/2021 à 12:38 | Mis à jour le 10/03/2021 à 12:51
Photo : Nick Hillier - Unsplash
Budget 2021 Royaume-Uni

Le Chancelier de l’Echiquier, Rishi Sunak, a dévoilé, il y a quelques jours, le budget 2021 du Royaume-Uni. La rédaction fait le point sur les informations à retenir.

 

Après une année 2020 marquée par une récession record de 9,9 %, nombreux étaient les secteurs professionnels à trépigner d’impatience quant au budget prévu par le gouvernement pour l’année 2021. Depuis le 3 mars, les résidents britanniques savent à quoi s’en tenir.

 

Emprunt record pour le Royaume-Uni

Bien que, selon le Chancelier de l’Echiquier, l’économie britannique ne devrait pas retrouver son niveau pré-pandémique avant 2022, le gouvernement prévoit néanmoins une croissance annuelle de 4 % cette année. Dans le même temps, le taux de chômage devrait culminer à 6,5 %, un chiffre élevé mais qui s’avère bien en deçà des 11,9 % initialement prévus par les autorités.

Rishi Sunak a également déclaré que le pays allait emprunter £355 milliards en 2021, un montant qui n’avait jusqu’ici jamais été atteint en temps de paix.

 

Le furlough scheme étendu jusqu’en septembre 2021

Réclamée par le Part travailliste, l’extension du système de chômage partiel jusqu’au mois de septembre a bien été promulguée par Rishi Sunak. Le gouvernement va ainsi continuer de payer 80 % du salaire des employés dont l’activité ne peut continuer à cause de la crise sanitaire. Les mesures de soutien aux travailleurs indépendants, qui concernent près de 600 000 personnes, sont également prorogées jusqu’à la fin de l’été.

Parmi les autres aides déployées par les autorités figurent l’extension du crédit universel jusqu’en septembre prochain, ainsi que l’augmentation du salaire minimum à £8,91 de l’heure à partir du 1er avril 2021, contre £8,72 à ce jour. Par ailleurs, le versement du crédit d’impôt réservé aux travailleurs évolue. Dans un souci d’organisation, les demandeurs recevront désormais un paiement unique de £500, au lieu des £80 mensuels qui prévalaient jusqu’à aujourd’hui.

 

La santé des entreprises érigée en priorité

Les entreprises britanniques, qui n’ont, pour certaines, pas pu rouvrir depuis plusieurs mois, continueront à être soutenues. Le taux de TVA réduit à 5 % pour les établissements du secteur de l'hôtellerie et de la restauration est maintenu jusqu'en septembre, tandis que Rishi Sunak a annoncé la mobilisation de £5 milliards de subventions pour soutenir les magasins fermés à l’égard de leur réouverture dès le mois d’avril. Chaque point de vente considéré comme non essentiel pendant la pandémie profitera ainsi d’une aide de £6 000, une somme qui atteint même les £18 000 pour les gymnases et autres centres de loisirs. De leur côté, les musées percevront près de £400 millions pour faire face aux difficultés subies pendant la crise.

Le gouvernement entend également favoriser l’emploi des plus jeunes. Près de £126 millions seront alloués à l’embauche de stagiaires, et les entreprises recevront une aide de £3000 pour chaque apprenti recruté.

 

Quel budget pour la santé et l’environnement ?

Le bon déroulement de la campagne de vaccination, qui a désormais atteint son rythme de croisière en Grande-Bretagne, reste un enjeu majeur pour le pays. Les autorités prévoient ainsi de libérer £1,65 milliard pour pérenniser le déploiement des vaccins au Royaume-Uni. Alors que le 8 mars était célébrée la journée internationale des droits des femmes, Rishi Sunak a aussi annoncé la libération de £19 millions destinés à financer des programmes de lutte contre les violences domestiques et des centres de repos pour les femmes sans domicile.

En matière de lutte contre le réchauffement climatique, les ambitions du Royaume-Uni ne sont pas assez importantes, selon le leader du Labour, Keir Starmer, pour qui « le Chancelier parle de ses compétences en matière d'écologie, mais son budget est bien en deçà de ce qui est nécessaire ». Une nouvelle banque destinée à favoriser la finance verte sera notamment construite à Leeds.

 

Hausse des impôts prévue en 2023

Redoutée par les résidents britanniques, l’augmentation de la TVA et de l’impôt sur le revenu n’aura finalement pas lieu. Les seuils d’imposition sur les droits de succession et les allocations retraites ne feront pas non plus l’objet d’une majoration avant 2026. De même, l’exonération de la stamp duty, qui devait prendre fin le 1er avril, est prolongée jusqu’au 30 juin en Angleterre et en Irlande du Nord. Une décision qui ne devrait pas faire redescendre le prix des biens immobiliers à Londres avant plusieurs mois. En ce qui concerne les produits de la vie courante, le Chancelier a confirmé que les taxes sur le vin, le cidre, la bière, ainsi que sur le carburant étaient gelées pour une année supplémentaire.

Le gouvernement a toutefois révélé que l'impôt sur les sociétés pour les bénéfices supérieurs à £250 000 passera de 19 % à 25 % en avril 2023. « Je sais que les Britanniques n’aiment pas les hausses d’impôts. Moi non plus. Mais je sais qu’ils aiment encore moins la malhonnêteté », s’est justifié Rishi Sunak.

 

Pour ne rien rater de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Colin Porhel - journaliste

Colin Porhel

Etudiant en troisième année de licence en Langues Etrangères Appliquées à l’Université de Brest Occidentale (UBO).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale