Mercredi 23 septembre 2020

Skate, rollers, patins : vive les moyens de transport alternatifs !

Par Sarah-Laure Grossmann | Publié le 11/06/2020 à 13:55 | Mis à jour le 11/06/2020 à 14:03
Photo : Annalise Batista - Pixabay
moyens transports alternatifs

Quelle que soit votre raison de passer au roller ou au skate pour vos déplacements, la ville est un terrain de jeu fabuleux. Les adeptes revendiquent la sensation de vitesse et de liberté dans les mouvements.

 

N’y a-t-il pas de meilleur moment que ces journées ensoleillées post-confinement pour pratiquer un nouveau passe-temps en accord avec les règles de distance sociale ?

Le roller urbain, un sport complet qui allie l’effort au plaisir

S’amuser tout en musclant son corps, voilà une promesse attirante pour tous ceux pour qui le mot « sport » ne rime pas forcément avec « effort ». Le roller sollicite l’ensemble des muscles et particulièrement les membres inférieurs. Voilà une opportunité inattendue de sculpter cuisses et fessiers. Contrairement à la course à pied, cette pratique ne sollicite pas les articulations, il n’y a donc pas de chocs… à moins de passer par des ruelles pavées, ce qui est vivement déconseillé (surtout au début) ! On travaille aussi son équilibre en gainant les abdominaux. Au départ, n’ayez pas peur du ridicule. Si vous vous entrainez au parc, vous risquez bien d’attirer les regards avec votre panoplie de Robocop : casque, genouillères, coudières, protège-poignets, etc. Mais une fois les premières chutes passées, à vous la sensation de liberté. Selon la réglementation, l’usager en roller est considéré comme un piéton. Il faudra donc partager les trottoirs et adapter votre vitesse. En roulant à 15km/h de moyenne, c’est trois fois plus rapide qu’un piéton. Mieux vaut savoir maîtriser sa vitesse et freiner net, afin d’éviter les collisions avec les piétons, animaux, poussettes et autres trottinettes.

Le patin à roulettes fait son come-back

La pratique du patin à roulettes a entamé son come-back depuis déjà quelques années, mais les effets collatéraux de la pandémie confirment bien son grand retour auprès de tous les publics. Le patin à roulettes est devenu l’incarnation de la liberté pour la génération Z - à l’image de la vidéo d’Ana Coto, actrice et danseuse californienne, patinant dans les rues vides de Los Angeles et déjà visionné plus de 10 millions de fois – mais aussi des adultes en quête de sensation de liberté ! Sonia, 30 ans qui pratique cette discipline depuis deux ans à Londres recommande aux nouveaux adeptes de choisir d’abord « leur camp » avant de choisir leur équipement. Le poids, la taille et le style de patins seront différents selon les pratiques de jam skating (combinaison de dance, gym et roller), patinage artistique ou encore patinage rythmique. Tout au long du mois de juin, Play Tone organise des ateliers en ligne de patinage de rue pour vous aider à vous sentir à l'aise sur vos roulettes.

Le skate, c’est facile à transporter 

Lorsque Julien, papa londonien de 40 ans a vu sa fille se mettre aux patins à roulettes pendant le confinement, il a eu envie de ressortir son skateboard pour faire du sport en famille et se déplacer facilement. « C’est un moyen de transport facile à transporter » confie-t-il, « mais cela demande un peu de pratique avant de pouvoir l’utiliser dans les déplacements quotidiens ! ». Heureusement pour nous, Londres regorge de parcs pour s’entraîner et bien maîtriser l’équilibre sur la planche. Le prix de ces équipements à roulettes reste un atout majeur. Comptez en moyenne £ 100 à £ 300 pour un équipement de base complet comprenant les protections. Dernier bonus, le risque de vol est limité, puisque vous avez toujours sur vous votre équipement ! Pas besoin de stationnement ni d’antivol, vous emportez votre moyen de transport sur votre lieu de travail ou en promenade.

Sarah-Laure Grossmann rédactrice

Sarah-Laure Grossmann

Rédactrice freelance et spécialiste de la communication : la créativité et la curiosité sont mes moteurs.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
CINÉ

Le cinéma indien: l’usine à rêves

L’Inde est de loin le pays qui entretient le rapport le plus passionné avec le monde cinématographique. Cet engouement pour le septième art dépasse les frontières. Bollywood ? oui, mais pas que.

Sur le même sujet