Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Deux millions de Londoniens respirent de l’air toxique

Londres ville polluée pollution air toxique UlezLondres ville polluée pollution air toxique Ulez
Laurent Colin
Écrit par Marie Colombier
Publié le 3 avril 2019, mis à jour le 3 avril 2019

Le maire de Londres révèle que deux millions de londoniens - dont 400 000 enfants - sont gravement touchés par la pollution atmosphérique.

Selon ces nouvelles statistiques (London Atmospheric Emission Inventory), en 2016 plus de 400 écoles étaient encore dans des zones à haut risque et 43 sites de contrôle enregistraient des dépassements réguliers du taux légal de dioxyde d’azote dans l’air.

Le projet ULEZ comme une bouffée d’oxygène

Depuis l’arrivée de Sadiq Khan à la mairie de Londres en 2016, la situation s’est nettement améliorée. On dénote une baisse de 57 % des dépassements du taux légal de dioxyde d’azote.

Le 8 avril 2019, le maire de Londres va lancer la mise en place d’une zone à très faible émission : ULEZ (ultra low emission zone). La plupart des véhicules, y compris les voitures et les fourgonnettes, devront respecter la nouvelle réglementation en matière d’émissions de gaz d’échappement ou devront payer pour accéder à cette zone, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Comptez £12,50 pour rouler dans cette zone si vous êtes en voiture ou moto et £100 pour les camions et bus. Et ceci en plus de la « congestion charge » de £11,50.

Selon les experts, si le maire de Londres continue sur sa lancée, l’air de Londres pourrait respecter les limites légales dès 2025.

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

© lepetitjournal.com 2024