Covid19 : la situation dans les prisons se détériore

Par Lorenzo Consolazione | Publié le 15/04/2020 à 13:08 | Mis à jour le 15/04/2020 à 13:42
Photo : Matthew Ansley, Unsplash
prison coronavirus détention

Alors que la moitié des prisons en Angleterre et au Pays de Galles ont confirmé des cas de coronavirus, le gouvernement reste évasif sur les chiffres et la véritable situation en interne. D’après les dernières informations révélées par le ministère de la justice, 207 prisonniers dans 57 prisons ont été testés positifs. On y dénombre 13 décès suspectés d'être liés au Covid-19, mais encore une fois aucune certitude. Pourtant, l’épidémie semble avoir touché gravement une prison du Lancashire et aurait coûté la vie à un membre du personnel. Plusieurs détenus ont donc été transférés hors de la prison de Wymott à Leyland. Mais dans ce cas précis, le ministère de la justice n'a pas voulu révéler le nombre de contaminations qui s'y sont produites. Jo Farrar, cheffe du service des prisons et de la probation, a déclaré qu'il était « très difficile de mettre à l’écart les prisonniers ayant le virus mais qui ne présentent pas de symptômes ». L’institution judiciaire continue de chercher des solutions pour  augmenter le nombre de cellules individuelles. 

Des mesures pour pallier la suspension provisoire des parloirs

Avec le confinement annoncé le 23 mars dernier, les prisons se sont adaptées et ont logiquement suspendu les visites. Toutefois, il est toujours possible de contacter ses proches via le service de messagerie vocale de la prison ou en utilisant le courrier électronique du service des prisonniers. Plus surprenant, des téléphones sécurisés seront remis aux détenus de 55 prisons, ce qui leur permettra de parler à un petit nombre de contacts pré-autorisés.

Quelle est la situation en France ?

Selon l'Observatoire International des prisons (OIP), il y a, parmi les détenus, 48 cas positifs dont 12 hospitalisés, et 687 détenus symptomatiques ou en quarantaine, en date du 3 avril. Parmi le personnel pénitentiaire, Il y aurait 114 cas positifs dont 85 surveillants, et 931 fonctionnaires en quarantaine. La surpopulation est le facteur aggravant le plus préoccupant. Dans certains établissements, les détenus peuvent vivre à 3 ou 4 dans des cellules et certains doivent même vivre dans des dortoirs de 6 à 8 personnes. La promiscuité est donc inévitable alors que les masques, gants, et gels hydro-alcoolique sont des produits interdits en détention.

 

Pour ne rien perdre de l'actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics ! 

Lorenzo Consolazione journaliste Londres

Lorenzo Consolazione

Franco-italien, la chose que je déteste le plus est la routine. Ainsi, je suis toujours à la recherche de nouveaux sujets à vous faire découvrir.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale