TEST: 2269

Confinement : quel est le sort réservé aux sans-abris ?

Par Charles Flageul | Publié le 09/11/2020 à 16:00 | Mis à jour le 10/12/2020 à 16:43
Photo : Cameron Venti-Unsplash
sans-abri londres reconfinement

Aujourd’hui, les associations britanniques de lutte contre l’exclusion tirent la sonnette d’alarme et appellent le gouvernement britannique à relancer le programme « Everyone In » pour le reconfinement.

En effet, la précarité des personnes à la rue s’est encore aggravée avec la crise sanitaire et le reconfinement, leur solitude n’en devient que plus criante. Face au virus, les sans-abris sont en grand danger, certains en danger de mort. En mars dernier, lors de la première période d’isolement, le programme « Everyone In » avait permis d’héberger plus de 15 000 personnes à la rue et de sauver la vie de 266 personnes sans domicile fixe.

Cependant, pour le moment, il semble que le gouvernement n’ait pas encore annoncé une reprise du programme d’hébergement social à l’occasion du reconfinement. L’heure est pourtant grave puisque les chiffres ont recensé pas moins de 3 444 personnes sans domicile fixe à Londres entre juillet et septembre 2020.

Tom Copley, député en charge du logement social au Parlement britannique, demande au gouvernement de collecter des fonds supplémentaires pour attribuer aux sans-abris des logements sociaux, le temps du reconfinement. Jon Sparkes, chef exécutif de l’association « Crisis », déclare :

« Avec le nouveau confinement, le gouvernement britannique doit annoncer le retour de Everyone In en Angleterre en attribuant des fonds aux conseils locaux afin de fournir des logements aux personnes dans le besoin. »

De plus, Keiron Williams, leader du conseil de Southwark, invite le gouvernement à suspendre la loi du « non-recours aux fonds publics » qui empêche les sans-abris d’accéder à des services de sécurité sociale à cause de leurs statuts d’immigrés. Thangam Debbonaire, membre du Labour party, regrette quant à elle l’insalubrité des logements sociaux proposés aux personnes sans domicile fixe. En effet, selon elle, les sans-abris font face à un dilemme crucial entre rester dehors ou être enfermé dans des logements sociaux bondés où les consignes sanitaires sont très difficilement respectées.

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics.

Sur le même sujet
Charles Flageul - Journaliste Londres

Charles Flageul

Étudiant en Troisième Année à Sciences Po Aix, je me destine au reportage vidéo.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale