Thibaut Vauchel-Camus, nouveau détenteur du record de la traversée de la Manche

Par Colin Porhel | Publié le 26/04/2022 à 13:13 | Mis à jour le 27/04/2022 à 14:39
Photo : Route du Rhum - Destination Guadeloupe - Capture d'écran Youtube
Thibaut Vauchel-Camus, skipper français de 41 ans, a battu, vendredi, le record de vitesse la traversée de la Manche à la voile et en solitaire

Thibaut Vauchel-Camus, skipper français de 41 ans, a battu, vendredi, le record de vitesse la traversée de la Manche à la voile et en solitaire. Un exploit dans la lignée de ceux accomplis récemment par Steve Stievenart, Tom Goron ou Phil Sharp.

 

Quelques minutes après son arrivée à Dinard (Bretagne), Thibaut Vauchel-Camus n’en revenait toujours pas. « Cela faisait plus de deux ans que l’on guettait ce record, mais nous n’avons jamais trouvé les bonnes conditions, et la crise sanitaire est passée par là. Avec Vincent Riou, nous avons estimé mercredi et jeudi matin que la situation météo était propice pour tenter le record », a-t-il expliqué, heureux.

Des circonstances favorables qui lui ont permis de couper la ligne d’arrivée à 22h33, soit près de six heures et huit minutes après son départ de Cowes, au sud de l’Angleterre. Le précédent record, vieux de quinze ans, appartenait au Français Francis Joyon. Quinze minutes séparent désormais les deux performances.

 

Thibaud Vauchel-Camus

 

La lutte contre la sclérose en plaques en toile de fond

Marin talentueux, le nouveau détenteur du record de la traversée de la Manche n’en reste pas moins un citoyen engagé avant tout. Instigateur du Défi Voile Solidaires En Peloton avec son ami Victorien Erussard, il permet à des personnes atteintes de la sclérose en plaques, une maladie affectant le système nerveux, de profiter des bienfaits d’une course au grand large. « Il existe de nombreuses allégories entre la vie de marin et celle des patients. En mer, je lutte contre les éléments, je dois faire face à une météo changeante, à des coups de baston, à des accalmies qui mettent le moral à rude épreuve. En revanche, et à la différence des patients, ce sont des problèmes que j’ai choisis », relatait le skipper à TB Press en début d’année.

Depuis 2012, il collecte des fonds en faveur de la Fondation pour l'aide à la recherche sur la sclérose en plaques (ARCEP) et accueille sur ses voiliers des centaines de patients par an. Des temps d’échange appréciés autant par le sportif que par les malades, au nombre de 120 000 en France. « Je vis avec ce projet des moments de dingue, à la fois en mer, souvent seul, mais surtout avec les patients qui m’apportent vraiment beaucoup de choses. Nous passons des moments de partage très forts. C’est fabuleux », raconte le marin.

 

La traversée de la Manche, un défi intergénérationnel

Avant Thibaut Vauchel-Camus, plusieurs grands sportifs ont inscrit leur nom au palmarès de la traversée de la Manche en solitaire. Certains en bateau, d’autres à la nage. C’est le cas du Britannique Matthew Webb, premier homme à relier Douvres à Calais en 1875 à la seule force de ses bras et de ses jambes. Un exploit que le premier Français, Georges Michel, n’accomplira que 51 ans plus tard. Depuis, les performances de haut niveau s’enchaînent. La plus marquante reste toutefois celle de Steve Stievenart. Ce nageur de l’extrême, surnommé « le phoque », est devenu le premier français à traverser la Manche aller-retour sans s’arrêter. Une prouesse réussie par vingt sportifs seulement dans le monde.

Du côté des marins, la palme revient à Tom Goron. En 2018, le jeune breton, alors âgé de 12 ans, avait battu le record de la traversée de la Manche en Optimist en seulement 14 heures et vingt minutes. Une performance de choix pour celui qui rêve de devenir skipper professionnel. Autre voileux en vue, le britannique Phil Sharp. Très engagé en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, il est devenu, en 2016, le nouveau détenteur du record du monde de la traversée de la Manche en monocoque. Les records s’enchaînent dans la Manche, qui reste un terrain de jeu et de combat pour de nombreux sportifs engagés de l’hexagone ou de l’archipel.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale