TEST: 2269

Quelles sont les différences entre la boxe anglaise et la boxe française ?

Par Lili Auriat | Publié le 13/12/2021 à 18:40 | Mis à jour le 13/12/2021 à 18:52
Photo : Flickr
Rocky Balboa

Le Royaume-Uni est la terre de naissance de très nombreux sports, pouvant pour la plupart se targuer de représenter des sports de “gentleman”. La boxe anglaise voit par exemple le jour sur le territoire britannique mais elle est vite concurrencée par la boxe française, de l’autre côté de la Manche.

 

Voilà encore un sujet où les français et les britanniques tentent de tirer la couverture de leur côté : qui a inventé la « vraie » boxe ? Boxe anglaise ou boxe française ? Avant de choisir il faudrait peut-être savoir déjà un peu mieux de quoi il s’agit. Notre rédaction va donc essayer de vous exposer les principales différences entre ces deux sports afin que vous puissiez faire votre choix en toute connaissance de causes.

 

La boxe anglaise, la plus ancienne des boxes

La boxe anglaise est bien plus ancestrale que la boxe française. Elle est pratiquée dès le XVIIIème siècle au Royaume-Uni. Les combats se font alors à mains nues et ne sont que peu réglementés. Rassurez-vous, les choses ont bien changé depuis. La boxe française, de son nom originel la « Savate », apparaît elle, à Paris, un siècle plus tard. Elle est considérée comme une nouvelle version du duel, sans armes et sans risques de mort, à base de coups de pieds et de poings. Un peu plus encadrée, la Savate se pratique souvent à l’arrière des cafés.

 

La boxe française, avec pieds et les poings

La différence majeure entre la boxe française et la boxe anglaise sont les parties du corps utilisées pour se battre. Si comme Mohamed Ali ou Rocky Balboa vous ne pourrez compter que sur vos poings en boxe anglaise, la boxe française se pratique avec les poings et les pieds. Ce sport offre donc une plus grande variété d'enchaînements aux combattants qui se ressent aussi dans les compétitions.

 

La compétition : assaut ou combat ?

Les compétitions de boxe anglaise se font majoritairement sous le format d’un « combat », c’est à dire un affrontement entre deux adversaires au cours duquel, la force est une variante très importante, l’une des issues possibles afin de déterminer le vainqueur étant le KO ou KO technique.

La boxe française, elle, se divise en deux catégories de compétition. Les combats, où la puissance est privilégiée et l’assaut où celle-ci est interdite. Les assauts sont alors une forme d’affrontement où seule la technique compte, permettant aux « tireurs » de réaliser les enchaînements « poings-pieds » les plus impressionnants. À la fin, c’est à un jury de déterminer lequel des deux boxeurs aura été le plus performant. La boxe anglaise peut, elle aussi, se décliner sous forme d’assaut, mais cela s’observera plus au niveau de « compétitions transitoires », avant d’arriver à de véritables combats.

En boxe française, un peu sur le modèle des ceintures de couleur au judo, il est également possible de passer des grades intitulés des « gants ». Les gants vont du bleu au bronze et déterminent le niveau du boxeur. Pour participer à certaines compétitions de haut niveau, un grade minimum peut être requis.

 

Alors, boxe française ou boxe anglaise ?

Libre à vous de choisir de quel côté vous souhaitez enfiler les gants. Bien que la boxe anglaise soit beaucoup plus répandue au Royaume-Uni, il vaut le coup selon moi d’essayer de dénicher un club de boxe française.

Ce sport offre des possibilités techniques beaucoup plus larges, permettant aux tireurs de développer à la fois leur technique et leur puissance. Ce sport de combat, presque esthétique, allie force et souplesse permettant à tous les gabarits de boxeurs de se réaliser. Seul bémol dans ce qui pourrait être considéré comme « l’art complet » de la boxe… les tenues ! Toutes droit sorties d’un cours d'aérobic des années 1990, elles ne collent pas vraiment avec les coups de pieds au visage qui vont suivre…

 

Lili Auriat - Journaliste Londres

Lili Auriat

Lili Auriat, étudiante à Sciences Po Aix, parisienne et passionnée de sport et de voyage.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale