Mardi 19 janvier 2021

Ainsi soit je…

Par Laurent Colin | Publié le 08/01/2021 à 18:50 | Mis à jour le 09/01/2021 à 06:09
Photo : Allef Vinicius - Unsplash
Mylène farmer tristesse convid

Je me réveille ce matin les cheveux en bataille, le moral dans les chaussettes - que je n’ai pas quittées - en proie à une profonde nostalgie. Cette nuit, allez savoir pourquoi, ont défilé dans ma tête toutes les chansons et la poésie de Mylène Farmer. J’ai aussi revécu la magie de ses concerts, revu 10 000 personnes, sautillantes, à la chevelure rousse, reprendre en chœur des paroles souvent tristes, toujours bouleversantes.

 

Bulle de chagrin, boule d'incertitude

De nos destins naît que solitude

Tu dis qu'il faut du temps

 

Du temps oui, mais combien de temps. Que l’incertitude du moment nous pèse. Coupés de nos amis et de notre famille, effectivement tout n’est que solitude. La voix d'ange cristalline de Mylène Farmer continue de résonner dans ma tête, et je ne veux surtout pas que cela s’arrête.

 

Mais quel espoir

Pourrais-je avoir

Quand tout est noir ?

 

Car oui je broie du noir depuis quelques temps. Et je ne suis pas le seul. Je ne demande pas grand-chose, juste voir la sortie du tunnel, entrevoir cette petite lueur d’espoir. Et me dire que tout peut redevenir comme avant. Mais quand ?

 

Les yeux cernés de noir

À l'abri des regards

Je défie le hasard

 

Notre ami Covid a décidé de nous tenir compagnie. Quelle solution avons-nous pour nous en défaire et lui offrir un aller sans retour ? Juste cesser de nous croiser, de nous toucher, de nous embrasser. Heureusement nous pouvons encore nous regarder !

 

Je suis libertine

Bercée par un petit vent je déambule

La vie est triste comme un verre de grenadine

 

Un an après, j’en oublierais presque les soirées délirantes du « Libertine », l’un d’un fameux club londonien proche d’Oxford Circus. Il n’a de libertin que le nom, je précise, et l’on y préfère le Gin à la grenadine. Peu importe. Tous les soirs, dans l’obscurité, je déambule sur les quais de la Tamise, le virus de la nuit ne m’a pas totalement abandonné.

 

Je cherche une âme,

qui Pourra m'aider

Je suis d'une génération désenchantée

 

Ce n’est qu’un mauvais moment à passer et je pense surtout à la nouvelle génération. Que peut-on ressentir lorsqu’on a 20 ans aujourd’hui ? Je me replonge dans mes souvenirs et formulant un vœu : que chacun puisse rapidement retrouver une vie bercée d’insouciance.

 

Les prochaines années Pourvu qu’elles soient douces.

Je t’aime mélancolie, mais vraiment à petite dose.

Rester enfermé toute l’année, alors non, Sans contrefaçon !

 

 

 

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

MKhrys dim 10/01/2021 - 17:40

Joli !

Répondre
Sur le même sujet