Au Royaume-Uni, les décès liés à l’alcool en nette augmentation depuis 2020

Par Margaux Audinet | Publié le 08/12/2021 à 14:05 | Mis à jour le 08/12/2021 à 14:09
Photo : Unsplash - Aleksandr Kadykov
De nombreuses bouteilles d'alcool entassées autour d'une poubelle

Les dernières statistiques nationales britanniques font état d’une forte augmentation des décès liés à l’alcool, et d’un changement des habitudes de consommation dans le pays.

 

La consommation excessive d’alcool peut avoir des conséquences désastreuses sur la santé physique et mentale, pouvant parfois aller jusqu’au décès. L’ONS (Office of National Statistics) et les services de santé publique anglais font état de l’augmentation de la mortalité liée à l’alcool au Royaume-Uni depuis le début de la pandémie de Covid-19.

 

Une tendance générale en forte hausse en 2020

8'974 décès ont été spécifiquement causés par l’alcool en Grande-Bretagne en 2020, ce qui représente une augmentation de 18,6% par rapport à 2019. C’est la plus importante hausse d’une année à l’autre depuis 2001, qui constitue la première année où ces données ont été relevées. Pourtant, entre 2012 et 2019, les chiffres rapportés par l’ONS étaient relativement stables.

Les études réalisées par les services de santé publique anglais démontrent qu’en Angleterre, le nombre de personnes buvant plus de 14 unités d’alcool par semaine a augmenté depuis le premier confinement national, stagnant à un niveau similaire depuis. A titre indicatif, deux pintes d’une bière à 4% représentent 4,5 unités d’alcool ; c’est 2,3 unités pour un verre de vin.

La majorité des décès relatifs à la consommation d’alcool au Royaume-Uni était due à une maladie du foie. La mortalité liée à cette pathologie a augmenté de 43% en Angleterre entre 2001 et 2019, et la maladie du foie est devenue la deuxième maladie causant le plus de morts prématurées parmi la population active.

 

Des variations importantes selon l’âge, le sexe et les régions

Le taux de mortalité liée à l’alcool est largement plus élevé chez les hommes que chez les femmes. En 2020, l’ONS dénombre 19 hommes décédés à cause de l’alcool pour 100'000 personnes, contre 9,2 femmes.

Les tranches d'âge sont elles aussi inégalement représentées dans les données nationales. Globalement, les personnes âgées entre 50 et 60 sont celles s’exposant le plus à un décès relatif à la consommation d’alcool. L’Écosse et l’Irlande du Nord sont quant à elles les régions connaissant le plus haut taux de morts causées par l’alcool.

 

Le coronavirus et son impact sur la consommation d’alcool

Les études menées par les services de santé publique anglais font état d’une hausse de la consommation d’alcool à la maison depuis le début de la pandémie, liée à la fermeture des bars durant le confinement national. Les ventes dans les magasins d’alimentation ont augmenté de 31% pour les bières, et de 26% pour les spiritueux.

Selon le Dr James Tucker, responsable de l’analyse sanitaire : « Il existe de nombreux facteurs complexes derrière le risque élevé depuis le printemps 2020. Par exemple, l’analyse de Public Health England a montré que les habitudes de consommation ont changé depuis le début de la pandémie de coronavirus, ce qui pourrait avoir conduit à des admissions à l’hôpital et, finalement, à des décès. Nous avons constaté une augmentation de la solitude, de la dépression et de l’anxiété pendant la pandémie, ce qui pourrait également avoir eu un impact. Toutefois, il faudra un certain temps avant que nous comprenions pleinement l’impact de tous ces facteurs. »

 

Margaux Audinet - Journaliste Londres

Margaux Audinet

Etudiante à Sciences Po Aix curieuse et passionnée, je transmets cette flamme à travers mes écrits et photographies, au gré de mes aventures.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale