Un repas de Noël digne « d’une prison » servi dans une école du Sussex

Par Lili Auriat | Publié le 17/12/2021 à 17:21 | Mis à jour le 17/12/2021 à 17:30
Photo : Flickr
Christmas lunch

Le repas de Noël, que beaucoup d’enfants attendent à la cantine dans l’espoir de recevoir des chocolats et des crackers, en aura déçu beaucoup dans une école du Sussex. L’établissement a été obligé de s’excuser de ce repas « honteux ».

 

Alors que les Britanniques sont certainement en train de dresser leur menu de Noël, entre pudding et sauce gravy, certaines écoles ont déjà servi les « Christmas lunch » à leurs élèves pour leur procurer un petit avant-goût des fêtes. Avant-goût un peu amer pour les enfants de la Steyning Grammar School dans le West Sussex qui ont découvert dans leurs assiettes un repas « de prison » plus que de Noël. Les parents se sont évidemment offusqués sur les réseaux sociaux et l’école leur a présenté ses excuses.

 

Un repas de prisonniers

La nourriture anglaise n’est pas réputée pour être la plus appétissante, mais le repas de Noël de la Steyning Grammar School sera parvenu à repousser encore plus loin les limites de la gastronomie. Un morceau de pain blanc, une fine tranche de dinde, une sorte de mini-tarte à la viande et un roulé à la saucisse, voilà à quoi ont eu le droit les élèves pour célébrer l’esprit de Noël.

Ce repas « spécial » étant facturé au prix de £3.50, les parents n’ont pas vraiment apprécié la qualité du service et se sont tout de suite plaints sur les réseaux sociaux. Honteux, inacceptable, diabolique, dégoûtant, ressemblant à des restes, à des cours d’anatomie ou à un repas de prison, les formules pour exprimer leur mécontentement n’ont pas manqué sur twitter. Certains parents ont regretté que l’école ne « se conforme pas aux normes alimentaires scolaires obligatoires qui promeuvent une alimentation saine et équilibrée, pas seulement à Noël mais toute l'année ».

Des excuses et un remboursement

La directrice adjointe de l’école s’est excusée auprès des parents, expliquant que ce repas n'était « pas de la norme » attendue, mais que l’école avait rencontré des « problèmes imprévus vis à vis de la chaîne d'approvisionnement » et des « pénuries de personnel » liées au Covid-19. Les parents concernés ont également été entièrement remboursés.

Malgré la pluie de critiques essuyée par l’école, certains parents d’élèves, une fois le scandale passé, ont tenu a affirmé que l’école restait malgré tout « décente » et que leurs enfants y étaient heureux. « Ce déjeuner n'était évidemment pas leur heure de gloire, mais nous nous trompons tous parfois », peut-on lire sur twitter « s'il vous plaît, ne soyez pas trop durs ! ».

 

De l’autre côté de la Manche, un tout autre combat

Dans la catégorie repas de décembre incontournables, les collégiens français de Moselle se sont eux aussi plaints de ne pas avoir, non pas de repas de Noël, mais de « repas raclette » à la cantine. Autres traditions, autres causes qui nous tiennent à cœur.

Les élèves d'un collège du Ban-Saint-Martin, en Moselle, ont ainsi réclamé à leur administration une raclette à la cantine. Pour que leur revendication soit entendue, le collectif Rires et Raclettes Chantants a composé une « chanson de la raclette » et a placardé dans les couloirs de l’établissement, des affiches annonçant « Collégiens, de nos jours, le fait qu'il n'y ait pas de raclette à la cantine est devenu banal, accepté de tous. C'EST UN SCANDALE. Nous tiendrons tête à tout le personnel et chanterons jusqu'au bout le refrain de la raclette ».

Les petits manifestants ont finalement obtenu gain de cause après que le directeur ait entendu la fameuse chanson. Le 13 décembre a donc été instauré comme jour de la raclette. Une belle victoire.

 

Lili Auriat - Journaliste Londres

Lili Auriat

Lili Auriat, étudiante à Sciences Po Aix, parisienne et passionnée de sport et de voyage.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale