Vendredi 18 juin 2021

17 mai : la journée internationale contre l'homophobie fêtée chez nous

Par Marie Benhalassa-Bury | Publié le 17/05/2021 à 15:47 | Mis à jour le 17/05/2021 à 16:09
Photo : Rafael Leao - Unsplash
Deux hommes souriant dans les bras l'un de l'autre, recouverts de peinture multicolore

La journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie tombe à pic. En effet, au programme, nous fêtons les réouvertures, mais aussi la diversité des genres et des sexualités.

 

La levée des restrictions ce jour est une nouvelle réjouissante, puisqu’elle s’accompagne d’une foulée d’opportunités de célébrer la diversité des individus au Royaume-Uni. Des festivités qui interviennent quelques jours seulement après l’annonce salvatrice de la suppression des thérapies de conversion par Sa Majesté lors de son dernier discours. Il y a donc vraiment de quoi pousser un ouf de soulagement !

Alors que le pays a pu accueillir de plus en plus d'événements ces dernières semaines, il compte aussi le grand privilège de marquer le coup d’envoi de la Pride de Trafford, à Manchester. Une semaine riche en expériences, proposant cabarets, danses, pièces de théâtre ou encore une soirée, ce jeudi, autour du disco et de la scène drag-queen. Une marche « Loud & Proud » (haut et fort) aura également lieu à Brighton, l’une des capitales européennes d’accueil des minorités sexuelles et de genre. Un programme haut en couleurs qui, en temps de pandémie, restaure enfin l’identité festive du royaume tout en magnifiant nos différences et nos complémentarités.

La météo ou les foules vous découragent ? Vous pouvez aussi accéder à une multitude de conférences et représentations en ligne, avec par exemple un live sur l’importance de prendre soin de soi en ce 17 mai. Car les activistes LGBTQ+ ne cesseront de nous le répéter : se chouchouter est essentiel, et participe indubitablement à l’amour de soi, un pilier parmi les objectifs consacrées par la communauté queer.

Des valeurs inspirantes, à l’heure où les non-hétérosexuels et les transgenres, entre autres, sont toujours trop stigmatisés et font encore l’objet de discriminations et violences. Alors ne fermons surtout pas les yeux sur ces luttes et honorons, aujourd’hui plus que jamais, la pluralité et l’amour protéiforme, dans l’attente impatiente du retour de nos autres grandes Gay Prides.

 

Marie Benhalassa - Journaliste Londres

Marie Benhalassa-Bury

Etudiante à Sciences Po Aix, curieuse de tout, ancienne expatriée à Brighton avant de rejoindre l'équipe de rédaction de Londres
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet