TEST: 2262

La petite histoire de "Küçük Noel Baba" (1ère partie)

Par Chantal et Jacques Périn | Publié le 05/12/2021 à 18:00 | Mis à jour le 16/12/2021 à 16:18
Küçük Noel Baba Turquie père noël

 

Küçük Noel Baba Turquie

 

"Petit Papa Noël, quand tu descendras du ciel avec des jouets par milliers, n’oublie pas mon petit soulier…"

Il était une fois… Ou il n’était pas, un Père Noël chargé d’une hotte, bedonnant, à barbe blanche, à bonnet à pompon et en habit rouge aux couleurs d’une grande marque de soda américain.

D’ailleurs, qu’on croie ou non à ce charmant bonhomme, au commencement de cette belle histoire, les États-Unis d’Amérique ne sont pas concernés d’autant qu’ils n’existent pas encore. Ceci étant dit, venons-en maintenant à la véritable histoire du Père Noël.

Bien que contestée par de nombreux historiens, la date du 25 décembre est considérée, chez les Chrétiens de l’église de Rome, comme celle de la naissance de Jésus. Pourtant, il fallut attendre le IVème siècle et plus exactement l’an 354 pour que le Pape Libère décide officiellement que ce jour serait bien celui de la naissance du Christ.

 

Küçük Noel Baba Turquie
Libère, Pape de 352 à 366

   

Cependant, pour l'Église russe et les anciennes Églises d'Orient qui utilisent toujours le calendrier Julien, le 25 décembre julien correspond au 7 janvier du calendrier grégorien. 

Bref, ces problèmes de date ne font que compliquer les choses et n’expliquent toujours pas comment le Père Noël fit, un beau jour ou plutôt une belle nuit, son apparition.

C’est à Myra que tout commence...

Tout commence à Myra, ville de Lycie, sur la côte sud de la Turquie.

Nous sommes au IVème siècle et, comme dans la plupart des villes chrétiennes, un évêque dispense la parole divine et veille à ce que les préceptes de la religion chrétienne soient respectés.

C’est à cette époque que l’Empereur Constantin 1er (dit le Grand), après le partage de l’empire romain en deux empires (Orient et Occident) devient le maître de la partie orientale et fonde le 11 mai 330 la ville qu’il nomme "Nouvelle Rome", rebaptisée à sa mort le 22 mai 337 "Constantinopolis".

Converti au Christianisme en 313, Constantin légalise cette nouvelle religion sans toutefois interdire les autres cultes. Le 8 novembre 392 l’Empereur Théodose 1er déclare le Christianisme religion officielle de l’Empire romain et interdit toutes les autres religions.

                     

baba Noel Turquie
Constantin 1er      

                                  

Küçük baba Noel Turquie
  Théodose 1er

                               

 

Donc, à Myra, même si la nouvelle religion n’est pas encore imposée, on commence à compter de plus en plus de Chrétiens et le pasteur de cette petite communauté n’est autre que l’évêque Nicolas.

Né en 272 à Patara, antique port de Lycie, il est ordonné prêtre puis abbé de Sion, près de Myra et devient évêque vers l’an 300.

Au cours de la persécution des Chrétiens durant l’hiver 310-311, il est arrêté et torturé. Par chance, il survit, ce qui lui permet de participer au 1er Concile de Nicée (actuelle Iznik) organisé par Constantin 1er en mai 325. 

 

baba noel Turquie
Représentation du Concile de Nicée, Constantin 1er entouré d’évêques

 

Nicolas est un homme bon. Élevé et éduqué dans la foi, il hérite au décès de ses parents (morts de la peste), d’une fortune relativement importante qui lui permet de laisser libre cours à sa générosité naturelle. Dès lors, nombreuses sont les anecdotes ou légendes à son sujet.

Les rapports écrits sur sa vie proviennent notamment du moine André de Crète (circa 720), du moine Jean du monastère du Stoudion à Constantinople et de Michel l’Archimandrite au IXème siècle. Ces textes repris, compilés et traduits en latin au Moyen-Âge deviennent "la légende dorée" de Jacques de Voragine, chroniqueur italien qui raconte dans cet ouvrage la vie d’un grand nombre de saints, saintes et martyrs chrétiens, prenant bien soin d’enjoliver les miracles et les prodiges qui leur sont attribués.

C’est ainsi que notre bon Nicolas entre dans la légende, gratifié d’une image d’homme généreux, empathique et soucieux du bonheur des enfants.

Voyons maintenant ce qui lui valut cette belle réputation à travers les anecdotes qui sont arrivées jusqu’à nous et qui ont fait de lui le protecteur généreux des petits.

Le miracle des 3 enfants

"Ils étaient trois petits enfants qui s’en allaient glaner aux champs…".

Cette chanson populaire a été recueillie pour la première fois par Gérard de Nerval qui la rendra célèbre en la publiant dans La Sylphide en 1842, puis dans Les filles du feu en 1856). Il en existe plusieurs versions. 

L’histoire raconte la macabre mésaventure de trois innocents perdus lors d’une promenade, demandant asile pour la nuit à un boucher-aubergiste. Ce dernier décide de les tuer, de les découper et de les mettre au saloir par souci d'économie. 

Averti par des anges, sept ans plus tard, Saint Nicolas se rend chez le boucher et lui demande à souper. L’assassin lui propose différentes viandes mais Nicolas les refuse toutes et désigne alors le saloir maudit. Terrorisé par la perspective d’être démasqué par le Saint, l’aubergiste se met à genoux et implore le pardon. Levant trois doigts au-dessus du saloir, Saint Nicolas ressuscite les trois enfants qui croient alors s’éveiller d’un long sommeil. 

 

noel baba Turquie
Imagerie populaire du XIXème siècle

 

Le miracle des trois vierges

Nicolas avait pour voisin un homme veuf et malade qui vivait seul avec ses trois filles. Hélas ruiné, le pauvre homme ne pouvait, malgré tous ses efforts, économiser assez d’argent pour doter ses filles qu’il souhaitait marier. L’étrange et sordide idée de les prostituer afin de récolter l'argent nécessaire à leur subsistance lui vint à l’esprit. Nicolas, ayant eu vent de cette triste histoire, déposa en secret, pendant que tout le monde dormait, une bourse d’or dans les chaussettes de chacune des jeunes filles afin qu’elles puissent se marier et trouver le bonheur. C’est de cette belle histoire que vient la tradition de suspendre des chaussettes décorées près de la cheminée.

 

noel baba Turquie
Saint Nicolas jetant l'or aux trois filles pauvres (Palmerino di Guido, circa 1300.)   

                    

Le miracle des blés

Durant une période de famine qui frappe la ville de Myra, Saint Nicolas apprend que dans un port voisin des bateaux se sont réfugiés pour échapper à une terrible tempête. Il se rend alors sur place et parvient à convaincre les armateurs de décharger quelques sacs de blé en échange de la promesse que tous les bateaux arriveront à bon port. Arrivés à Constantinople, les bateaux déchargés, on mesura le blé et on s’aperçut qu’il ne manquait aucun sac et que le chargement était identique à celui d’origine. Émerveillés par ce prodige, les matelots s’empressèrent de raconter l’histoire alentour. 

 

noel baba Turquie
Bas-relief de la légende du miracle du blé (Église Saint Nicolas de Lesachtal, en Autriche)

 

Le sauvetage des matelots

Pris par une tempête sur la côte de Lycie et pensant leur dernière heure venue, des matelots appellent le secours de Nicolas. C’est alors que le Saint apparaît sur le navire, les rassure et les exhorte au courage. Il aide à la manœuvre, s'empare du gouvernail, les conduit à bon port et disparaît sous leurs yeux. Remis de leurs émotions, les matelots s'empressent alors de se rendre à Myra, reconnaissent l’Évêque au milieu de ses clercs et tombent à genoux devant leur sauveur.

 

noel baba turquie
Bas-relief du sauvetage des matelots (Église Saint-Nicolas de Lesachtal, en Autriche)

 

Le sauvetage de trois officiers

Trois officiers de Constantin Ier rentrent victorieux à Constantinople et se voient comblés d’honneurs pour leur réussite. Peu de temps après, calomniés par un Préfet du Palais corrompu par des officiers jaloux, ils sont accusés de complot contre l’Empereur, emprisonnés, jugés sommairement et condamnés à mort. Au désespoir, ils invoquent l’Évêque de Myra. Cette même nuit, l'Empereur et son préfet voient en songe Saint Nicolas qui leur ordonne de relâcher les officiers calomniés, faute de quoi de terribles châtiments les attendront. L'innocence des condamnés éclate aux yeux de Constantin qui, leur rendant leur liberté, les envoie à Myra avec des présents et un message demandant à Nicolas ses prières et son pardon.

 

noel baba Turquie
Saint Nicolas et les trois officiers. Peinture de 1485  (église Sainte-Marie de Mühlhausen, Allemagne) 

 

Est-il encore besoin de poursuivre la litanie de tous les bienfaits prodigués par le Saint-Homme en ajoutant les dizaines de miracles qui lui furent attribués au fil du temps ?

Comment Saint Nicolas devint le Père Noël

Bien que bon, doux et généreux, Nicolas n’échappe pas à son destin et meurt le 6 décembre 345 à 73 ans, exécuté dit-on, par les Romains.

Dès lors, cette date devient l’objet d’un véritable culte qui perdure depuis près de 17 siècles.

Et comme les légendes les plus connues qui lui sont attribuées concernent plus particulièrement les enfants qu’il a sauvés de la mort ou de la prostitution, c’est tout naturellement que le 6 décembre devient la fête des enfants auxquels on donne cadeaux et friandises… dans les familles aisées.

 

baba noel Turquie
 Carte postale – circa 1906  

 

A suivre... 

Chantal et Jacques Périn

Chantal et Jacques Périn

Tombés sous le charme de la Turquie en 1989, Chantal et Jacques ont mis à profit 20 séjours pour découvrir en parfaite indépendance, les merveilles de ce beau pays et la richesse de l'âme turque à travers sa population…
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale